×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 72

Le 15 juillet s’est célébré en bleu à Calgary : la victoire de la France lors de la Coupe du monde a réuni des centaines de personnes à travers la ville. De bar à café, jusqu’au restaurant breton, les ambiances étaient diverses et variées afin de célébrer entre amis et famille cette première place prestigieuse.

Bleus a Calgary 2 1

Pour la deuxième année consécutive, la Société de la petite enfance et de la famille du Sud de l’Alberta (SPEFSA) renouvelle son partenariat avec le Portail de l’immigrant association (PIA) et le Calgary Olympique Football Club (COFC) afin de proposer une saison de « soccer en français ». Pendant deux mois, les enfants de la prématernelle à la 6e année pourront manier le ballon rond tout en pratiquant le français.

Soccer

Le ministre de l'Infrastructure et des Collectivités, l'honorable Amarjeet Sohi, a annoncé vendredi 16 mars à Edmonton que la commune sera une ville-hôte dans la candidature d’UNIS 2026 pour la Coupe du Monde de la FIFA 2026.

Unis 2026

Jeunes et moins jeunes se sont laissé emporter, le 15 octobre dernier, par l'ambiance festive du match des Stampeders contre les Alouettes. Les francophones ont eu droit à une réduction sur le billet, leur permettant d'assister à cette soirée francophone au Stade Mcmahon.

Sur le terrain, le joueur de football étoile Étienne Boulay n’a jamais donné dans la demi-mesure. L’athlète de 33 ans, aujourd’hui à la retraite, a rendu visite les cinq, six, sept et huit avril aux élèves de certaines écoles francophones de l’Alberta. Sportif passionné, cet athlète de haut niveau a connu une jeunesse qui n’a pas toujours été de tout repos. Persévérance, détermination et discipline, voilà toutes des qualités qui l’ont mené à ce qu’il est, aujourd’hui.

Trois fois champion de la Coupe Grey, Étienne Boulay est aussi animateur à la télévision, analyste et conférencier. Voulant s’inspirer de ses expériences vécues pour encourager les jeunes à persévérer, il a préféré demeurer honnête. « Évidemment, je parle des choses positives. Mais je dois aussi parler de mes moins bons moments, des cotés plus difficiles, et de comment je réussis à trouver ma place aujourd’hui à travers les épreuves », a admis l’ex-footballeur.

L’élément déclencheur

Au début du secondaire, Étienne était un jeune turbulent. « J’avais hâte d’aller à l’école, mais c’était pour les mauvaises raisons. J’avais hâte d’aller niaiser avec mes amis », se remémore-t-il. Mauvaises notes, mauvaises fréquentations, il était reconnu comme étant le « bouffon » de la classe.

baeQuand il a découvert le Football, Étienne n’avait sûrement pas imaginé qu’il serait le jeune joueur sollicité qu’il est devenu. Pour pouvoir jouer dans l’équipe, il a dû travailler fort et obtenir de meilleures notes à l’école. Selon Statistique Canada, un Albertain sur dix ne termine pas son secondaire. « Au début, avec les Alouettes (de Montréal), on allait dans les écoles pour contrer le décrochage scolaire. Mais même après le football, j’ai continué à y aller, parce que j’y ai pris goût », a expliqué Étienne.

Lors de sa conférence, il a parlé entre autres de ses blessures sportives. « Quand je me suis blessé, la première chose que j’ai faite a été d’appeler ma mère », a sans gêne avoué l’athlète. « Elle m’a dit de me concentrer sur les choses que je peux contrôler, et d’oublier celles qui sont hors de mon contrôle », a-t-il confié aux élèves. Pour lui, ce conseil a été décisif dans la façon dont il percevait les défis.

Prendre sa retraite a été une épreuve pénible pour Étienne Boulay. Il a confié qu’après le Football, il a commencé à faire la fête et à consommer de l’alcool. Après quelques années difficiles, Étienne a repris sa vie en main en consultant des spécialistes et fait aujourd’hui la promotion d’un mode de vie sain.

 

C’est pour cette raison que la Fédération du sport francophone de l’Alberta (FSFA) a voulu inviter l’athlète. Dans le cadre de leur projet de promotion de la santé, les organisateurs préparent des activités au niveau de la vie active, de la saine alimentation et de la vie mentale. « Oui, il a parlé beaucoup de vie active, mais la raison pour laquelle on l’a fait venir, c’est pour le côté santé mentale », a mentionné l’agente de projet, Renée Levesque-Gauvreau.  « On savait qu’il avait eu des choses à surmonter, et c’est le message de motivation qu’on voulait passer dans les écoles », a-t-elle ajouté.

Le dicton qui dit : « ce qui ne vous tue pas vous rend plus fort » n’aura jamais sonné plus vrai. Aujourd’hui, bien dans son corps et bien dans sa tête, Étienne Boulay est un bel exemple pour la jeunesse, dans ses forces comme dans ses faiblesses.

GS-5

Par solidarité avec la France, et en guise d'hommage aux victimes, à leurs familles et aux français, nous ne parlerons pas de soccer dans ce numéro, mais bien de football ou « foot ». Terme employé pour parler du sport le plus populaire dans "l'Hexagone."

La France endeuillé, joueurs personnellement touchés par la perte de proches et solidarité dans l’Europe du football. La fin du parcours de l’Ottawa Fury FC en LSNA s’accompagne avec la carrière d’un géant du football, le buteur espagnol Raúl González.

Le 30 novembre, l’équipe de football canadien de Calgary, les Stampeders, ont remporté pour la septième fois de leur Histoire la coupe Grey. Deux jours plus tard, les joueurs célébraient cette victoire avec leurs supporters devant l’hôtel de ville de Calgary.

 

C’est à 11h30 ce mardi que le rendez-vous avait été fixé. Des centaines de Calgaréens vêtus des maillots rouges des Stamps ont fait le déplacement, prenant sur leur pause déjeuner pour voir les nouveaux champions de la coupe Grey en chair et en os. Le disc-jockey DJ Nitro et la mascotte Ralph the Dog ont fait patienter les supporters quelques minutes en les faisant chanter et danser dans une ambiance joyeuse et communicative.

 

Des vidéos de présentation des joueurs et un résumé de la finale de dimanche ont été diffusés devant un parterre au comble du bonheur. Les supporters calgaréens ont ensuite entonné l’hymne canadien, puis les Stampeders ont enfin fait leur apparition. Les gagnants de cette 102e édition de la coupe Grey n’ont pas résisté à l’envie de prendre leurs fans en photo, et de leur offrir quelques mini-ballons à l’effigie de leur équipe.

Aller au haut