Après une année d’absence, Hockey en fête était de retour à Plamondon pour sa 11e édition avec du hockey, mais aussi avec la présentation d’une compétition de volleyball féminin.

Cent-soixante athlètes francophones ont envahi la petite communauté de Plamondon, du 21 au 23 mars dernier, pour une fin de semaine de sports. « C’est notre 10e édition d’Hockey en fête ici à Plamondon. L’an dernier, l’évènement avait été présenté à Legal, mais cette année, on peut réellement dire que c’est un retour en force », s’est exclamé l’organisateur du volet hockey, Étienne Vaillancourt.


L’enseignant à l’école Beauséjour estime qu’Hockey en fête était attendu. « Ce n’est pas un problème de recruter les équipes. Certains capitaines nous écrivent même dès le mois de septembre pour pouvoir réserver leur place. Avoir huit équipes est vraiment le format idéal. Nous avons déjà accepté une 9e équipe, mais l’horaire était alors plus compliqué à
finaliser », avance-t-il.

Ce dernier reconnait toutefois qu’il y a encore place à l’amélioration. « Hockey en fête, c’est un évènement francophone à Plamondon et cela doit le rester. Certaines équipes, pour être plus compétitives, font jouer trop de joueurs anglophones et cela ne devrait pas se reproduire », soutient Étienne Vaillancourt.

Selon lui, une limite devrait être fixée à trois joueurs anglophones par équipe. « Cela nous a échappé cette année, car des équipes ont remis leur alignement trop tard. Au moins deux équipes étaient constituées majoritairement de joueurs anglophones », note-t-il.

L’organisateur est d’avis que l’aspect francophone doit primer, sans que cela ne vienne diminuer le niveau de qualité de jeu. « C’est un tournoi amical. On l’a vu lors du souper, les joueurs discutent ensemble », évoque-t-il.

D’ailleurs, si Plamondon présente Hockey en fête l’an prochain, Étienne Vaillancourt a déjà un plan de match. « On ramènerait une équipe formée de jeunes de l’école Beauséjour. Cela attirera aussi les familles de ces jeunes à venir pour les encourager », croit-il.

Ajout du volleyball
Pour la première fois depuis sa création, un volet sportif pour les femmes a été ajouté à la programmation. « Au niveau identitaire francophone, le hockey était présenté chez les hommes, mais on cherchait quelque chose pour les femmes adultes et le volleyball est ressorti », explique l’organisateur de ce volet au cours du weekend, Claude Lamoureux.

Pour cette première édition, six équipes se sont affrontées. « Idéalement, nous aurions entre huit et 10 équipes », déclare M. Lamoureux. « Mais le plus important, c’est que 80 % des membres des équipes puissent parler en français afin d’en faire une activité identitaire. D’ailleurs, cette année, une équipe a dû se désister, car elle comptait trop de joueuses anglophones », fait remarquer Claude Lamoureux.

La première édition à peine complétée, l’organisateur pense déjà à 2015. « Il y avait un petit trophée pour l’équipe championne, mais nous aimerions remettre des médailles l’an prochain. Aussi, il faudrait envisager d’offrir des bourses en argent. C’est quelque chose à penser », énonce-t-il.

Ce dernier aurait cependant tendance à écarter la présentation de volleyball masculin. « L’idée a été lancée, mais en terme d’infrastructure, cela est plus compliqué. Nous n’avons qu’un gymnase », rappelle-t-il.

Claude Lamoureux voit une autre activité s’ajouter à la programmation. « C’est encore embryonnaire, mais on pourrait ajouter le curling mixte comme activité. D’ici quelques années, ces activités pourraient devenir en quelque sorte des Jeux d’adultes francophones », rêve-t-il.

Spectacle apprécié
Autres nouveautés cette année, pour la soirée du samedi soir, l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Plamondon/Lac La Biche a décidé de présenter un spectacle d’improvisation, avec trois artistes acadiens, en plus de présenter le chansonnier Joseph Edgar, avant de terminer la soirée avec un DJ.

« C’est une nouvelle formule que nous avons tentée. Il y a deux ans, nous avions essayé de tenir notre cabane à sucre en même temps, mais cela n’avait pas été un grand succès, sans oublier que cela venait surtaxer nos bénévoles », soutient le directeur de la régionale, Daniel Carrier.

Quelque 230 billets ont été vendus pour le souper/spectacle. « C’est une réussite. Il y avait un bel équilibre dans les spectacles, tout dépendant de ce que les gens aiment. Même les anglophones qui étaient là ont été attentifs, cela leur a fait apprécier la culture francophone », souligne M. Carrier.

La régionale a également vu juste en optant pour le centre Festival, plutôt que la salle communautaire Philipp-Ménard, qui est adjacente à l’aréna. « Nous aurions été limités à une centaine de personnes. Si on ajoute les billets que nous avons vendus pour le spectacle seulement, c’est plus de 300 personnes que nous avons attirées », affirme Daniel Carrier. « L’an prochain, nous pouvons envisager de grossir encore pour que cela soit encore un plus gros party de cuisine », ajoute-t-il.

L’avenir?
Bien que la possibilité d’alterner avec Legal ait été envisagée pour la tenue d’Hockey en fête, les éléments semblent indiquer que l’évènement sera de retour à Plamondon au printemps 2015. « C’est quelque chose que nous devrons aborder dès la prochaine rencontre du CA de la régionale », mentionne Étienne Vaillancourt.

Selon M. Vaillancourt, la réussite de l’évènement ne devrait pas être évaluée en fonction des retombées financières. « Lors des premières éditions, Hockey en fête était une collecte de fonds pour les équipes de volleyball de l’école Beauséjour. Les règles ont changé et c’est pour cela que l’activité a été transférée à la régionale. Toutefois, notre objectif n’était pas de faire des surplus. Nous visons un budget équilibré », prévient-il.

Comme le fait remarquer l’organisateur, c’est toute la communauté de Plamondon qui en bénéficie. « Cela est très bon pour l’économie locale. Les hôtels sont pleins, les participants achètent ici, tout le monde en sort gagnant », conclut-il.
- Étienne Alary

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut