Le football au service de la francophonie

Jeunes et moins jeunes se sont laissé emporter, le 15 octobre dernier, par l'ambiance festive du match des Stampeders contre les Alouettes. Les francophones ont eu droit à une réduction sur le billet, leur permettant d'assister à cette soirée francophone au Stade Mcmahon.

« Pour les Stampeders, la venue des Alouettes représentait une belle occasion de rassembler les francophones », affirme Joëlle Savard, spécialiste des communications et du marketing au sein du CDÉA. L'initiative de cette soirée vient effectivement de l'équipe de football de Calgary. Elle organise fréquemment des événements pour rallier diverses communautés, comme le mentionne Mme Savard.

14711531 1309057652479389 4417619208230023857 o« Il y a plusieurs année, cette soirée francophone accueillait des centaines de personnes, mais ça s'est un peu essoufflé dans les dernières années, pour finalement cesser d'avoir lieu », poursuit-elle. Cette année marque la deuxième édition depuis que l'événement a repris, et selon Mme Savard, le nombre d'inscription a augmenté. Les gens se sont d'ailleurs rencontrés avant le match lors d'un tailgate, pendant lequel de la nourriture et des breuvages étaient servis. De plus, puisque les billets habituels pour les matchs des Stampeders ne sont pas toujours abordables - surtout pour les familles qui doivent en acheter plusieurs - c'est très apprécié de la part des francophones d'obtenir cette réduction annuelle.

Les stampeders ont donc sollicité l'aide du CDÉA, de l'ACFA, du Conseil Francosud et de plusieurs autres organismes francophones afin de publiciser l'événement au maximum et d'en faire un succès. « L'ambiance de fête qui émanait était très belle à voir, ainsi que les étincelles dans les yeux des enfants, et même des adultes, lors de la rencontre avec les joueurs », admet la principale intéressée.

Tout comme l'année dernière, certains joueurs sont restés à la suite du match pour rencontrer le groupe de francophones directement dans le Stade. « C'est assez particulier, surtout pour les fanatiques de football, de pouvoir accéder à ce terrain qui est sacré pour les joueurs. Il y a quelque chose de mythique dans tout ça », confie Mme Savard. Elle précise que les gens ont réellement apprécié rencontrer des joueurs francophones de l'équipe et interagir avec eux.  

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

1 Commentaire

  • hubertlemurto

    hubertlemurto - lundi 25 décembre 2017

    carpe diem

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut