Imprimer cette page

« C’est une façon de reprendre le sport en douceur après l’accouchement »

Mercredi 1er avril, le premier cours printanier de « yoga bébé » proposé par l’Institut Guy-Lacombe s’est tenu à La Cité francophone. Cinq jeunes mamans y ont participé.

Studio de La Girandole, 13h. Cinq jeunes femmes s’installent en demi-cercle sur des tapis de sol autour de Charlotte Le Mellédo, la professeure de yoga. Particularité du cours ? Cinq bébés accompagnent leurs mamans.

Certaines se connaissent déjà, mais toutes se présentent en précisant, à la demande de la prof, si elles ont accouché par voie basse ou par césarienne. En effet, Charlotte conseille d’attendre 4 à 6 semaines dans le premier cas, 12 dans le second, avant de (re)faire du yoga, pour des questions de cicatrisation. Eva Lemaire, mère du petit Matteo, a accouché il y a seulement 5 semaines. « Attention à l’ouverture des hanches », prévient Charlotte, encourageant la jeune mère à « ne pas aller trop loin dans les étirements ».

Après quelques anecdotes personnelles permettant de détendre l’atmosphère, les participantes peuvent commencer les exercices, en suivant les indications de la professeure qui donne ce cours depuis septembre 2014 et enseigne le yoga depuis trois ans.


Le premier exercice consiste simplement à s’asseoir avec le bébé devant soi, à fermer les yeux et à respirer par le nez, en écoutant une musique relaxante. Le second préconise de rentrer et de sortir le dos, en se tenant à quatre pattes, puis de pencher sa tête vers la gauche et la droite. Le bébé reste en vue, tranquillement installé devant sa maman. Le troisième exercice demande de passer d’une posture agenouillée fœtale (« balasana ») à une position permettant de faire des pompes avec les genoux à terre, ce qui permet d’embrasser le bébé à chaque descente. En plus des sourires, des bisous et des chatouilles, les nourrissons auront droit à des exercices spécifiques, comme celui de ramener leurs genoux vers la poitrine. « C’est bon pour les problèmes gastriques ! », assure l’enseignante.

En une heure, de nombreux mouvements s’enchaînent paisiblement, au sol ou debout. Selon Charlotte Le Mellédo, « certaines postures de yoga corrigent le mauvais alignement de la colonne vertébrale » dont peuvent souffrir les jeunes mamans. Il permet aussi de « tonifier les muscles du plancher pelvien », d’« aider l’utérus à retrouver sa taille et sa position normale », voire même d’augmenter la production de lait ! Par ailleurs, le yoga peut aider à combattre la dépression post-natale dans certains cas. En bref, « cela contribue à l’épanouissement de la maman qui sera mieux disposée à prendre soin de son bébé », affirme la professeure.

« C’est un moment à partager avec le bébé, avec beaucoup de relaxation », confirme pour sa part Eva Lemaire, qui estime aussi que « c’est une façon de reprendre le sport en douceur après l’accouchement ». Adèle Maisonneuve, maman de Laura (3 mois et demi), avoue que « les journées comme jeunes mamans, ça peut être un peu solitaire » et que le yoga permet tout simplement de s’occuper. Elle apprécie la flexibilité du cours qui lui permet d’arrêter un exercice pour consoler sa petite quand elle pleure ou de lui donner à boire. Pendant la séance, la professeure propose même de prendre un bébé avec elle pour qu’une des mamans puisse se concentrer sur un mouvement particulier. « Il n’y a pas de stress, l’ambiance est chaleureuse », ajoute Adèle, qui participe à quelques autres activités avec sa fille : Bout’choux en musique à l’Institut Guy-Lacombe et une marche hebdomadaire avec d’autres mamans.

Et les papas dans tout ça ? Charlotte Le Mellédo les invite à faire du yoga avec leur bébé, en précisant qu’« il n’est jamais trop tard pour s’y mettre ! ».

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)