Alors que l’épidémie à virus Ebola peine à être endiguée en Afrique de l’Ouest (près de 5 000 morts), les Guinéens de l’Alberta se font du souci pour leurs proches restés au pays, qui ne réalisent pas toujours la gravité de la situation.

Selon le bilan de l’Organisation mondiale de la santé daté du 25 octobre, la maladie hémorragique Ebola a provoqué la mort de 4 922 personnes. L’immense majorité des victimes habitaient au Libéria (2 705 morts), en Sierra Leone (1 281 morts) ou en Guinée francophone (926 morts), d’où est partie l’épidémie le 26 décembre 2013.

« Un ami avec qui j’avais étudié au collège travaillait pour la Croix Rouge locale. Il est mort », raconte Cherif Diallo (à gauche sur la photo), le président de la Communauté guinéenne d’Edmonton (EGC). « Moi j’ai un beau-frère qui était médecin, un spécialiste des maladies infectieuses, ajoute Vic Camara (à droite sur la photo), le responsable de la communication au sein de l’EGC. Il était parti à l’intérieur du pays, à Pita exactement, pour lutter contre l’Ebola. Il y a deux semaines, il a été contaminé par une patiente et trois jours après il est décédé. »

Aller au haut