Imprimer cette page

L’ADCdaire du VIH/SIDA

Le 1er décembre de chaque année est consacré à la Journée mondiale de lutte contre le SIDA. En Alberta, ou en Afrique, le virus est relativement méconnu. Voici l’essentiel de ce que vous devez savoir.

Ayant pour but de sensibiliser le grand public à la pandémie du SIDA et aux souffrances quotidiennes des personnes atteintes du VIH, cette journée est un rappel de la nécessité d’un effort international de :
1) former les populations à risque
2) développer des interventions efficaces pour prévenir, gérer et potentiellement soigner cette maladie

Qu’est-ce que le VIH/SIDA?

Le VIH (virus de l’immunodéficience humaine) est un virus relativement méconnu. Le virus est transmis principalement par les fluides corporels infectés tels que le sang et le sperme. À cause de sa présence dans ces fluides, la transmission se fait surtout par le contact sexuel avec une personne atteinte et par le partage d’aiguilles contaminées. Entre une mère et sa progéniture, la transmission à travers le placenta, à l’accouchement et via le lait maternel est possible. Cependant, il n’y a pas de preuve que le VIH est transmis par la salive ou par le contact physique (par exemple en serrant la main ou en serrant quelqu’un dans ses bras).


Lorsque le virus pénètre dans le corps humain, le VIH s’introduit dans les cellules du système immunitaire. Une fois dans la cellule, le virus se sert de la machinerie cellulaire pour fabriquer des copies virales. Le VIH continue de se reproduire jusqu’à l’éclatement de la cellule immunitaire et la libération des copies virales. Ce processus d’invasion cellulaire et d’autoréplication jusqu’à la destruction des cellules immunitaires provoque un déclin de la défense immunitaire.  Quand le nombre de cellules immunitaires se trouve au-dessous d’une valeur minimale, il s’agit du SIDA (syndrome d’immunodéficience acquise). À ce stade, le système immunitaire est peu fonctionnel et les personnes atteintes du virus sont sensibles aux infections bactériennes, fongiques, virales, voire à plusieurs formes du cancer.  Ces infections secondaires et les cancers sont potentiellement mortels chez les patients atteints du VIH/SIDA. Sans traitement, la progression de l’infection initiale de VIH au SIDA peut prendre 10 ans ou moins.

À présent, les médecins peuvent ralentir la progression du SIDA avec des combinaisons de médicaments appelés des antirétroviraux. Deux ou trois antirétroviraux sont utilisés à la fois pour éviter le développement rapide de résistance par le VIH. Malheureusement, présentement il n’y a pas de traitement curatif ou de vaccin à cause, en partie, à l’adaptabilité du virus. 

Le VIH en Afrique et en Alberta

En Afrique, plus de 25 millions de personnes et leurs familles sont touchées par cette maladie. La prévalence (portion de la population atteinte) est la plus élevée en Afrique du sud et la moins élevée dans les pays de l’Afrique occidentale. Le VIH/SIDA est un fléau pour ce continent en plein essor car la population la plus atteinte, entre l’âge de 18 et 49 ans, est considérée comme la plus importante pour le développement économique. Des efforts de soutien pour les programmes de sensibilisation, la diffusion des médicaments contre le VIH et le dépistage de VIH sont toutes des activités qui ont aidé à diminuer le nombre de nouveaux cas au cours des dernières années.

En Alberta, il y a environ 5000 personnes vivant avec le VIH. Bien qu’une portion importante des personnes atteintes de VIH soient des hommes homosexuels, la plupart des personnes atteintes est hétérosexuelle. D’ailleurs, 17,8% des porteurs en Alberta sont nés dans un pays où le VIH est prévalent. Cette considération est importante pour les efforts de sensibilisation dans la province.

Des efforts locaux

La Journée mondiale de lutte contre le SIDA est une occasion de se souvenir de ceux et celles qui ont été touchés par cette maladie. Des millions de personnes ont péri suite à des complications liées au SIDA. À Edmonton, la Fondation Madeleine Sanam organise un concert-bénéfice le 5 décembre à 19h à l’auditorium du Campus Saint-Jean. Le spectacle mettra en vedette le group polyvalent Le Fuzz, le mélange éclectique de djembés et de cornemuse écossaise de Wajjo et la chanteuse de pop franco-albertaine Mireille Moquin.

Collaboration spéciale, Stephen Williams (pharmacien francophile, passionné par le domaine de la santé, et le français)

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)