Imprimer cette page

Bientôt une clinique de soins de santé en français à Calgary ?

L’atelier du Comité en santé mentale qui a eu lieu le vendredi 17 octobre dans le cadre du Congrès annuel de la francophonie
fut l’occasion de prendre connaissance des avancées dans le dossier santé à Calgary.


Après un bref rapport sur le dossier de la santé mentale, l’adjointe aux opérations du Réseau santé albertain (RSA), Pauline Légaré, fit place au directeur de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Calgary, Esdras Ngenzi (photo).

L’ACFA travaille de concert avec le RSA afin de mettre en place un réseau de soins primaires en français à Calgary. « La vision est un centre de santé communautaire multiservices pour répondre aux besoins des francophones de la naissance à la fin de nos jours », précise M. Ngenzi. Les deux partenaires se sont inspirés du Edmonton Southside Primary Care Network qui offre une variété de soins primaires gratuitement et qui compte plusieurs praticiens francophones.


Esdras Ngenzi fait état de problèmes qui touchent Calgary tout particulièrement : un manque de ressources en santé mentale en dehors du programme Appartenance visant  la promotion et la prévention du bien-être dans les écoles, et une pénurie de médecins de famille qui peuvent recevoir des patients d’expression française. Le plan stratégique établi en mars 2013 par le comité de santé avait donc recommandé la création d’un centre de santé communautaire.

L’ACFA semble se rapprocher rapidement de cet objectif, notamment avec le projet d’Incubateur de services en français, qui inclut les services de santé. « Le dossier santé est prioritaire pour nous », affirme Esdras Ngenzi.

Depuis septembre 2014, un projet pilote en santé a été mis en place avec l’aide du coordonnateur Jonathan Perron-Clow. Une première étape aura été d’organiser un système de référence médicale pour jumeler les demandeurs et les prestataires de services. « Depuis septembre 2014, 150 personnes ont été connectées à près de 160 services et plus de 55 professionnels de services en santé ont été répertoriés », annonce le directeur.

De plus, le financement du projet va bon train : 50 000 $ du programme d’initiative communautaire de la province et 18 000 $ du Secrétariat francophone pour le démarrage du projet ; un autre 50 000 environ du Secrétariat francophone pour l’année en cours et l’année suivante. M. Ngenzi est également optimiste par rapport à l’obtention d’un autre 200 000 $ par an pour trois ans de Santé Canada (via le RSA), mais ce montant n’a pas encore été confirmé officiellement.

Ce financement permettrait de recruter du personnel en vue de l’établissement d’un point de services.  « On rentre dans la phase opérationnelle », annonce M. Ngenzi. Celui-ci confirme que deux médecins de famille se sont montrés intéressés ainsi qu’une infirmière praticienne : « Je l’ai rencontrée avant hier, elle est prête à commencer avant nous ! »


Par ailleurs, l’ACFA de Calgary recherche et n’est pas loin d’avoir trouvé un nouveau local afin de déménager, mais aussi de pouvoir accueillir la future clinique. « L’idée, c’est d’avoir un service continu pour que, chaque jour, l’espace soit occupé et ainsi construire le noyau auquel d’autres services pourront ensuite être ajoutés », explique Pauline Légaré. L’ACFA de Calgary annoncera prochainement lors d’une conférence de presse les avancées dans ce dossier, après l’obtention officielle de l’enveloppe de Santé Canada. 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)