Restructuration bien reçue

Le 10 septembre dernier, le ministre de la Santé Fred Horne, accompagné de sa désormais ministre adjointe Janet Davidson, a ordonné une restructuration massive de la gouvernance d’Alberta Health Services. Cinq des 80 cadres ont été licenciés, 65 autres perdant leur titre de vice-présidents et gagnant, en contrepartie, des responsabilités plus proches des employés de première ligne. De 80, on passe donc à une bureaucratie composée de 10 cadres supérieurs.

Cette restructuration vient dans la foulée de l’enquête de l’ex-administratrice d’AHS, Mme Davidson prescrit par le ministre Horne après qu’il ait licencié le Conseil d’Administration d’AHS en juin dernier. Cette restructuration reflète, entre autres, la volonté du ministère de la Santé de s’imposer comme acteur décisif dans la gestion des services de santé de la province. 


« On sentait, comme ça a été mis en évidence dans le rapport, que la vision d’AHS ne s’arrimait pas avec celle du ministère », considère le directeur du Réseau de santé albertain (RSA), Luc Therrien.

L’organisme voit d’un bon œil la restructuration de la gestion des services de santé, mais aussi la nomination de Janet Davidson comme bras droit du ministre de la Santé. « Janet Davidson est une infirmière de formation, une spécialiste de la santé », applaudit M. Therrien. Il compte sur Mme Davidson pour concrétiser les nouvelles directions prises dans son rapport.

Ce rapport recommande notamment que la structure de gestion appuie plus fermement les intervenants en santé. Dans le passé, certaines initiatives proposées par les organismes francophones ou les membres des conseils consultatifs (où siègent plusieurs francophones depuis leur création) avaient été refusées sous prétexte qu’elles ne pouvaient pas être implantées partout en province.

Par ailleurs, les conseils consultatifs de santé (Health Advisory Councils), composés de citoyens qui représentaient les 12 zones locales de santé, ne se sentaient pas très écoutés.

« Je pense qu’avec le changement des structures et l’attitude qui transparait du rapport de Janet Davidson, c’est très positif », se réjouit Luc Therrien. Celui-ci pense notamment que la réaffectation des cadres à des postes plus proches du terrain fera en sorte qu’ils seront « plus au courant et comprendront mieux le contexte des soins dans lesquels les professionnels de santé œuvrent ».

De plus, avec un organigramme allégé et une communication plus étroite entre le ministre, Janet Davidson, le nouvel administrateur d’AHS, Dr John Cowell et le président-directeur général, Chris Eagle, davantage d’efficacité décisionnelle pointe à l’horizon.

Les zones ont elles aussi été réorganisées en deux : sud et nord autour de Calgary et Edmonton. Pour l’instant, les répercussions sur la représentativité des conseils de santé sont inconnues, mais selon Michelle Margarit, qui siège sur celui du Nord, « ça ne devrait pas changer grand-chose ».

La directrice de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Grande Prairie n’entrevoit pas non plus d’autres changements majeurs dus à l’annonce de Fred Horne, du moins pour l’instant. « On a rencontré nos chefs de file du Nord-Ouest, et on pense que ça va prendre du temps pour les changements », dit-elle.

Mme Margarit et les autres bénévoles du conseil de santé ont eu l’assurance que les services d’avion et d’hélicoptère d’urgence en partance pour les hôpitaux de la capitale ne seraient pas supprimés, même si ceux-ci seront déménagés à l’Aéroport international d’Edmonton.

Les 12 conseils de santé doivent rencontrer M. Horne et Mme Davidson le 20 septembre. « Le ministère reprend le contrôle après plusieurs années difficiles », se réjouit Luc Therrien.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut