Le savoir métis pour le bien-être

Quelque 21 femmes de six communautés métis ont célébré le 28 juin dernier le lancement du projet Santé et bien-être des femmes métis dans la région de Batoche, en Saskatchewan. Le but de ce projet est de mettre en valeur la contribution des femmes métis à leur culture. Quatre chercheuses d'origine métis, dont Cindy Gaudet, professeure adjointe en études autochtones au Campus Saint-Jean, participent à ce projet.

flag metis

Ce projet c’est aussi l’histoire de 21 femmes qui vont mener la vie dure à cette fausse croyance au Canada, qui admettrait à tort que « les Métis représentent un groupe d’individus d’ascendance amérindienne » (Sondage - Centre de collaboration nationale de la santé  autochtone – 2016). Pourtant, Brenda MacDougall, présidente de la Chaire de recherche sur les Métis à l’Université d’Ottawa, nous l’assure dans son livre « La terre, la famille et l’identité : contextualiser la santé et le bien-être des Métis » publié en 2017 : « En tant que peuple autochtone, l’identité métis est nourrie et soutenue par son histoire, ses traditions et les pratiques culturelles de leurs ancêtres… Le déni de l’appartenance autochtone des Métis est l’un des déterminants sociaux du bien-être et de la sécurité culturelle des Métis ».

Réunir autour des enseignements des aînées Élise Sanderson et Leah Dorion, était donc à l’ordre du jour du 28 juin. « Le point de départ du projet était de mettre en lumière les approches de nos ancêtres pour s'assurer que nos familles vivent et soient bien dans le présent et le futur », nous explique Cindy Gaudet professeure adjointe en études autochtones au Campus Saint-Jean. Durant cette journée elles ont mangé, prié, écouté, ri ensemble dans le but de partager leurs histoires, et tout ça sur des terres historiquement métis. « On avait préparé le site de cérémonie et allumé le feu sacré afin de recevoir les enseignements de nos aînées », raconte la professeure adjointe Mme Gaudet.

Accompagnée d’une cérémonie typique, « le centre du projet était donc de rassembler autour de la notion de Vécu / Savoir / Diversité / et Perspective en lien avec le contemporain », développe la professeure adjointe en études autochtones. Elles se sont souvenues de leurs vies, de leurs familles et de leurs responsabilités de renforcer et d’étendre leurs relations d’affinités et de parentés. « Savoir qui sont nos ancêtres et se souvenir de nos ancêtres est primordial » précise-t-elle avant de terminer par « ce fût un moment historique qui aura su marquer les esprits ».

Ce projet n’a pas encore vu le jour en Alberta, mais lorsqu’on l’interroge à ce sujet, Cindy Gaudet répond qu’il pourrait s’étendre jusqu’ici, du moins elle « l’espère ». Selon statistique Canada, les Métis représentent 32,3% de la population autochtone totale (Statistics Canada 2013), et les plus importantes sont celles de l’Alberta avec 96 865 personnes.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut