Maladie mentale: Gravir des sommets pour remonter la pente

C’est pour sensibiliser les gens à la maladie mentale que Jean-François Dupras tentera du 7 juin au 14 juillet l’impossible : l’ascension du mont Denali en Alaska. Cette ascension ambitionne un double objectif : gravir chacun des sommets les plus hauts des sept continents, et enfin lever des fonds pour l’Association canadienne de la santé mentale de Calgary et Mental Health America. Cet Albertain de 39 ans ne connaît désormais qu’un seul leitmotiv, promouvoir « le pouvoir du rêve et de la passion ». Rencontre au sommet !

Ascension

Une voix calme et posée, un discours clair et ordonné, impossible de déceler quoique ce soit au premier échange, et pourtant il s’agit bien d’un écorché vif. Atteint lui-même à deux reprises par une pathologie mentale qui a bel et bien failli lui coûter la vie, le dépassement de soi lui a probablement sauvé la vie.

Natif du Québec, Jean-François est resté marqué par des épisodes lourds de son passé : « à la suite d’événements traumatisants au début de mon adolescence, j’ai commencé à être affecté par la dépression, et ce, sans vraiment le savoir ».  

L’histoire de Jean-François Dupras fait partie des statistiques canadiennes, puisqu’elle coïncide avec les conclusions de l’institut de recherche en santé du Canada (IRSC), statistique sur la santé mentale de 2015. Selon l’IRSC, 70 % des problèmes de santé mentale se déclarent durant l'enfance ou l'adolescence.

Selon cette même étude, un Canadien sur cinq sera aux prises avec une maladie mentale au cours de sa vie. Jean-François n’a donc pas passé une adolescence comme les autres, allant même jusqu’à tenter le pire. « Je n’en pouvais plus de souffrir et de me sentir perdu, j’ai essayé tous les moyens possibles afin de me libérer de cette souffrance qui m’empêchait d’être heureux ».

L’Alberta, coffre-fort du bonheur

Aujourd’hui, cela fait 12 ans qu’il habite à Canmore et c’est aussi en Alberta qu’il a trouvé la clé de sa guérison. La magie s’opère un printemps 2001, lors de sa première visite dans la région de Banff. « J’ai eu un coup de foudre », dit-il ! De nature rêveuse, c’est un peu comme si se retrouver au milieu de nulle part l’aidait à s’orienter. Il tombe sous le charme des montagnes, allant même jusqu’à laisser quelques petites larmes s’échapper. Une passion est née et sa vie vient de basculer, mais ça, il ne le sait pas encore.

Très vite les premières ascensions débutent, et ce n’est pas du mal des montagnes dont il est atteint, mais de son bien-être. À l’aide d’une de ses citations fétiches, il va même jusqu’à comparer gravir des montagnes à la maladie mentale : « dans la vie comme en montagne, l’important ce n’est pas le sommet, mais l’expérience qu’on y acquiert ». Il apprend à se découvrir, à dépasser ses limites et à percevoir enfin un coin de ciel bleu.

Un ciel bleu qui n’est pas toujours sans nuages. En 2015,  Jean-François se blesse au travail et les premiers signes de la maladie ressurgissent. Cette fois l’homme n’est plus le même, et il n’est plus question de chuter. Jean-François ne restera pas envahi sous l’avalanche de la dépression, et il aura le courage d’aller chercher de l’aide auprès de spécialistes. Ce lien de cause à effet entre l’alpinisme et son état de santé mentale n’est donc plus un doute à ses yeux, la solution est là, devant lui : ce sont les montagnes.   

« Vaincre la maladie mentale, un sommet à la fois »

Lui qui avait tenté de s’ôter la vie, va finalement la contempler sur les sept toits du monde. Accompagné de deux alpinistes Patrick Maguire et Christopher Peppler qui sont devenus de vrais amis, Jean-François Dupras va relever le défi d’un certain Richard Bass.

C’est en lisant son livre il y a 20 ans, alors qu’il était en pleine crise que l’idée a germé dans sa tête. Depuis, elle n’a jamais quitté son esprit. Le concept de Richard Bass voit le jour dans les années 1980. Il propose une expédition sur les sept sommets les plus élevés des sept continents. Aujourd’hui, seulement 14 Canadiens ont réussi à relever le défi.

« Ce projet c’est à la fois l’occasion de montrer qu’avoir une passion peut être un remède dans la vie, mais aussi qu’il est important de rêver ». Selon lui l’idéal serait de réussir ces ascensions, mais surtout d’amasser la symbolique somme 43 319 dollars pour l’Association canadienne de la santé mentale région de Calgary et Mental Health America, somme qui correspond au total de l’élévation des 7 montagnes.

Via son site internet, ou celui de la Fédération du Sport francophone de l’Alberta, partenaire de l’évènement, il est aussi possible de faire des dons*.  

Une soirée de vente aux enchères au profit de l’association est également prévue le 19 avril sur sa commune de Canmore à l’IRON GOAT. « Ce sera un moment de partage et de sensibilisation, avec des témoignages d’anciens malades ou de spécialistes, et notez le rendez-vous ! » insiste-t-il.

Pour faire un don : www.jean-francoisdupras.com

Les sept rendez-vous de Jean-François Dupras :

1- Mont Denali / 6194 m / Amérique du Nord / Alaska Range

2- Cerro Aconcagua / 6962 m / Amérique du Sud / Andes (prévu pour Janvier 2019)

3- Kilimandjaro / 5895 m / Afrique / Kilimandjaro / Tanzanie

4- Elbrouz / 5642 m / Europe / Caucase  / Russie

5- Mont Vinson / 4892 m / Antarctique / Ellsworth Mountains

6- Pyramide de Carstensz / 4884 m / Australie – Nouvelle Guinée

7- Mont Everest / 8850 m / Asie / Himalaya / Népal

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut