Imprimer cette page

Du radon dans nos maisons

Radon, ce nom ne vous dit sans doute rien. Ce mystérieux gaz vit pourtant peut-être sous votre toit. C’est en tout cas ce contre quoi mettent régulièrement en garde de nombreux organismes, dont Santé Canada et l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

 

Interrogée à ce sujet, Renata MacQueen, co-fondatrice de Radon West, une entreprise de test de radon basée à Okotoks, explique ce qu’est ce gaz incolore et inodore. « Le radon provient de la désintégration de l’uranium dans le sol, la roche et l’eau. Les particules radioactives de l’uranium se retrouvent donc dans le radon, qui se concentre dans les maisons et dans l’air que vous respirez. ». La teneur du radon dans les habitations peut donc varier, mais à des taux élevés cela peut causer des cas de cancers du poumon, à raison de 3 000 victimes par an au Canada.

 

D’après une étude de Santé Canada de 2012, 11 % des foyers canadiens affichent des taux de radon dangereux, et selon une carte de Radon Environmental Management Corp datant de 2011, l’Alberta serait particulièrement touchée, de par son environnement géologique. « Cela ne veut pas dire que chaque maison albertaine contient des hauts taux de radon » précise Renata MacQueen, « une maison peut avoir des taux importants et sa voisine pas du tout », cela dépend en grande partie des fissures et failles qui peuvent exister dans la construction.

 

Selon Renata MacQueen la première chose à faire est donc de tester sa maison, par exemple avec un testeur de traces alpha. Il relève les niveaux pendant trois mois dans la pièce habitée la plus basse du logement puis un laboratoire se charge d’analyser les résultats. Pour Santé Canada, en-dessous de 200 Bq/m3 le niveau est acceptable, mais selon l’OMS il ne faut pas dépasser 100 !

 

Si votre maison affiche un haut taux de radon, il y a plusieurs moyens de retourner cette tendance : système de dépressurisation sous la dalle, remplacement des appareils de chauffage, rendre étanche la plomberie, la construction, etc. Il est probable que les maisons à construire à l’avenir comprendront un système permettant de déceler le radon, et prêteront plus d’attention à leur étanchéité. Selon Renata MacQueen, le Québec est davantage proactif sur le sujet notamment en testant systématiquement toutes les écoles. Il ne reste donc aux autres provinces qu’à suivre le mouvement !

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)