Hélène Lequitte

Hélène Lequitte

Le 15 août dernier, Thérèse Dallaire fêta 30 ans de carrière.  Âgée aujourd’hui de  79 ans, la directrice de l’ACFA de Bonnyville aura passé trois décennies au service de sa communauté. Un sacré parcours que Thérèse aura bien voulu partager avec Le Franco. Rencontre avec une figure de la francophonie toujours animée par la flamme  de ces premières années !

Le samedi 20 août, des cours de premiers soins en français, ont eu lieu dans les locaux de l’ACFA de Calgary, en association avec la SPEFSA et Connexion carrière. Des cours jugés utiles et toujours très appréciés par les membres de la communauté francophone. 

Les Vainqueurs, c’est le nom du programme pour enfants amputés qu’a suivi Samuel Velie à Saskatoon. Ce jeune résident de St-Isidore âgé de 12 ans s’est rendu pour la seconde fois à ce séminaire. Un temps fort, mais aussi propice pour rencontrer et parler du handicap, ainsi que des progrès réalisés en matière de prothèse. Rencontre.

Les défenseurs de l’environnement tirent la sonnette d’alarme ! À partir du 9 août 2016, l’humanité vit à crédit sur ses ressources naturelles, scandent les écologistes. C’est du moins ce qu’ont déterminé les récents résultats d’un institut de recherches. Une nouvelle qui donne matière à réfléchir sur ce que nous laisserons aux futures générations.  

JKenney

Vous le croiserez peut-être sur les routes albertaines au cours du mois d’août : Jason Kenney, ancien ministre sous le régime de Stephen Harper, sillonne la province à bord d’un camion bleu dans le but de réunir les forces conservatrices de l’Alberta, et surtout, de défaire le gouvernement néodémocrate (NPD) de Rachel Notley à la prochaine élection. Pour ce faire, M. Kenney a l’intention de fonder un nouveau parti politique qui logera à l’enseigne la plus à droite de l’échiquier politique.

Garçon, un café et un sourire s’il vous plaît ! Si vous entrez un jour à Da Capo, vous entendrez certainement l’accent chantant du sud de la France vous servir dans la langue de Shakespeare ou bien celle de Molière. Outre le bon café italien que l’on vous sert, une des forces  de ce café branché, de style italien rétro sur la Whyte, est sans conteste la qualité de son service : celle de Maxime Viallade. Cela fait trois ans que Maxime, Français expatrié originaire de la Livinière, est gérant au Da Capo. Un parfum d’Europe émane de la Whyte.

Il y a quelques jours, les Canadiens fêtaient la Fête nationale du Canada. Un jour avant, le 30 juin, était aussi à marquer d’une pierre blanche pour les membres de la communauté congolaise. Cette date représente la Fête de l’Indépendance du Congo! Une journée qui est célébrée par les uns, mais ne fait pas l’unanimité pour les autres. Que pensez alors de cette journée ? Certains se sont exprimés sur la question de l’indépendance.

 

Henri Lemire High Res   4724-2

Vendredi 3 juin, une fête fut donnée en l’honneur de M. Henri Lemire, Directeur général du Conseil scolaire Centre Nord depuis environ 35 ans.

NPD

Le 7 avril dernier, le député François Choquette, porte-parole du NPD en matière de Langues officielles, était de passage à la Cité francophone. Une visite qui ne pouvait pas mieux tomber, puisque les enjeux et les défis ne font que s’accentuer, notamment depuis le rejet définitif de la cause Caron. Voici un état des lieux auprès d’un représentant des langues officielles très à l’écoute lors de cette journée.

blueAvec l’arrivée des beaux jours, il semblerait que le temps s’éclaircisse un peu concernant la création d’une politique sur les services en français en Alberta. La récente rencontre entre Rachel Notley et les principaux représentants de l’ACFA provinciale s’est donc déroulée sous de bons auspices. C’est une Rachel Notley ouverte qui a répondu à l’invitation au dialogue, contrairement à sa prédécesseure Alysson Redford fermée à cette idée. Comme on dit, le vent tourne, finira t-il partourner pour de bon ?

Pour certains, le rejet de la cause Caron par la Cour suprême le 20 novembre 2015 a été vécu comme une fatalité. Pour d’autres, il n’en est rien. Au contraire, il incitera la communauté à continuer d'avancer ! On peut vraiment parler alors d’un avant et d’un après la cause Caron. Pour les Franco-albertains, accrochés pendant 12 ans à l’espoir de voir les choses changer si la cause aboutissait, existe t-il aujourd’hui une autre approche que le volet juridique pur et dur ?

À l’époque où la mondialisation incite les personnes à se déplacer, parler deux langues est un minimum, voir une nécessité dans un environnement de plus en plus compétitif. Et si l’avenir du français au Canada se déclinait autour d’un bilinguisme organisationnel, où l’éducation de base de chaque Canadien devrait être la maîtrise obligatoire des deux langues, plutôt que le vecteur récurrent de l’opposition à autrui ?

La communauté francophone, habituée par le passé à être ignorée par le précédent gouvernement conservateur, voit aujourd’hui un cabinet présentant une sensibilité aussi bien aux francophones qu’aux francophiles de la province. L’heure est à l’ouverture et non plus à la peur. Les temps changent, les gens changent et les perceptions aussi. Se construire avec, et non en opposition à, pourrait être l’opportunité pour les politiques de se réinventer sur un thème vieux comme le monde.

Le nuage de l’ancien régime conservateur se trouve pour le moment derrière nous. Le vent semble souffler dans la bonne direction, il ne reste plus qu’à garder la cap de la Francophonie, messieurs les libéraux. Le bilinguisme organisationnel pourrait être un atout et le garant de la future élite intellectuelle de l’Alberta. Ô Canada !

Page 17 sur 19
Aller au haut