Chaque semaine, j’offre une perspective sur le hockey pour les francophones de l’Ouest.  Mon attaque à cinq, qui fait référence à un avantage numérique en situation de jeu, met en lumière cinq actualités qui ont marqué le cours de ma semaine. La voici!

 

Une nouvelle image

Pour commencer la nouvelle saison de hockey, certaines équipes de la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF) ont dévoilé de nouveaux noms, de nouveaux emblèmes et de nouveaux gilets pour leurs franchises.  Les Stars de Montréal ont été rebaptisées « les Canadiennes », une référence directe à une équipe féminine des années 1930. Le logo sur leurs uniformes illustre  la Sainte flanelle avec un nouvel emblème qui incorpore le « C » du Canadien et l’étoile stylisée des Stars.  Les Furies de Toronto ont dévoilé un nouvel emblème qui représente mieux leur attachement aux Maple Leafs et la ville de Toronto. L’Inferno de Calgary, qui portait les couleurs des Flames depuis 2013, aura un nouveau logo, qui remplacera le mot « Calgary » sur le devant de leur uniforme.

Voici mon attaque à cinq :

 

On fracasse les cotes d’écoute du Championnat mondial junior

7,13 millions de téléspectateurs (6 millions sur le canal TSN et 1,13 million sur RDS) ont écouté la finale de la médaille d’or alors que le Canada a vaincu la Russie à la marque de 5-4. C’est une augmentation de 6% par rapport à la finale de 2011 où  les Russes ont dessiné une remontée impressionnante contre le Canada entre troisième période pour remporter la victoire 5-3 (ils perdaient 3-0 en début de période).  Cette année, malgré un déficit de 5-1, les Russes ont passé bien près de niveler la marque vers la fin de la deuxième période, mais en troisième période, la formation canadienne ne s’est pas fait hanter par son passé.  En tout, 19,4 millions de Canadiens – plus de la moitié de la population entière – ont suit le Championnat à la télévision, ce qui représente une augmentation de 14% par rapport au Championnat de 2012 à Edmonton et Calgary (la dernière fois que le tournoi a eu lieu en sol canadien).

Le monde du hockey est en deuil.  Voici mon infériorité numérique :

Pat Quinn

La semaine passée, j’ai mentionné que Pat Quinn a contribué à la première Coupe Memorial des Oil Kings d’Edmonton en 1963, mais il a passé une partie de sa carrière avec chacune des deux franchises albertaines également.  Décédé le 23 novembre, le défenseur intimidant de 6’3” et 215 livres a débuté sa carrière pour les Maple Leafs en 1968-1969, alors que les repêchages d’expansion de 1970 et 1972 l’amèneront au Canucks de Vancouver et aux Flames d’Atlanta.  À partir de 1977, il entamera sa carrière d’entraineur à la barre des Flyers, des Kings, des Canucks, des Maple Leafs et des Oilers. Homme intelligent, il obtient son baccalauréat en droit lorsqu’il fait partie de l’organisation des Flyers. Il est très décoré : il a remporté le trophée Jack Adams comme entraineur de l’année en 1980 et en 1992, une médaille d’Or aux Olympiques de 2002, un championnat de la Coupe de monde en 2004, deux médailles d’or au Championnat de hockey junior en 2008 et 2009, ainsi qu’une seconde Coupe Memorial en tant que copropriétaire des Giants de Vancouver en 2007.

Toutes les semaines, je vais partager cinq pensées au sujet du hockey qui touche les Francaltains. Sans plus tarder, voici mon attaque à cinq :

Le jeu de puissance retrouve sa force

Malgré le fait que le Canadien de Montréal se retrouve premier dans le classement de la LNH, il n’a su compter sur ses premiers 27 jeux de puissance de la saison. Avec le vétéran Sergei Gonchar en renfort, l’avantage numérique a établi le ton du match jeudi soir sur un gain de 5-1 contre les Bruins. Le Tricolore circulait bien la rondelle et il créait de nombreuses chances de marquer.  Samedi soir, contre les Flyers, le CH a su trouver le fond du filet trois fois sur trois attaques massives pour signer un gain de 6-3.

Les Oilers, une équipe bâtie pour la Conférence de l’Est

Ce n’est pas un secret que les Oilers ont une fiche impressionnante de 6 victoires contre 2 défaites contre les équipes de l’Est. Le succès des plus petits membres de l’équipe, dont Mark Arcobello et Ryan Nugent-Hopkins, n’est pas plus surprenant vu qu’ils sont bien à l’aise dans un style de jeu rapide et ouvert. Au mois de novembre, « Nuge » accuse 6 de ses 7 points contre des équipes de l’Est, tandis que pour Arcobello, ce sont 2 de ses 3 points.

Aller au haut