Voici mon attaque à cinq.

Chaque semaine, j’offre une perspective du hockey pour les francophones de l’Ouest. Mon attaque à cinq, qui fait référence à un avantage numérique en situation de jeu, met en lumière cinq actualités qui ont marqué le cours de ma semaine. La voici!

Les Generals de Bentley célèbrent leur troisième Coupe Allan le samedi 16 avril à Steinbach (Manitoba). (crédit : Mike Arsenault / Global News).

1. Champions

Pour une deuxième fois en sept ans, les Generals de Bentley (Alberta) ont battu le South East Prairie Thunder (Steinbach, Manitoba) pour remporter leur troisième Coupe Allan. Depuis sa conception en 1908, ce trophée est remis annuellement aux champions du hockey masculin du calibre sénior AAA du Canada. Ayant réussi 47 tirs sur le gardien adverse contre 33, les joueurs du Thunder, hôtes du tournoi, sont venus très près de défendre le titre qu’ils ont mérité aux dépens des Generals, l’année dernière. Par contre, Carter Rigby, des visiteurs, a inscrit le but gagnant en prolongation, remportant le match final par la marque de 4-3.

Voici mon attaque à cinq.

Chaque semaine, j’offre une perspective du hockey pour les francophones de l’Ouest. Mon attaque à cinq, qui fait référence à un avantage numérique en situation de jeu, met en lumière cinq actualités qui ont marqué le cours de ma semaine. La voici!

Petr Mrázek réussit un jeu blanc à son premier départ contre le Lightning le dimanche 17 avril (crédit : nhl.com).

1. Des perdants qui sont gagnants et des gagnants qui sont perdants

Est-ce que la LNH reverra sa politique d’accorder un point au classement pour les équipes qui subissent une défaite en temps supplémentaire? Les effets se font ressentir vers la fin de la saison, lorsque les clubs luttent pour une place en séries éliminatoires.  Stéphane McCrum de Grande Prairie (Alberta) m’a fait remarquer que les Red Wings (41 victoires, 30 défaites et 11 défaites en prolongation) et les Bruins (42-31-9) ont terminé la saison avec chacun 93 points au classement de la division Atlantique. En raison de la règle de bris d’égalité, les Red Wings, qui ont perdu un match de plus que les Bruins, affrontent le Lightning dans la première ronde. Entre temps, les Bruins jouent au golf et Claude Julien, leur entraineur-chef, risque de perdre son poste. On voit une situation semblable dans la division Centrale, où l’Avalanche (39-39-4) a réussi une victoire de plus que le Wild (38-33-11). Pourtant, ce sont les derniers qui ont été repêchés pour la première ronde des séries éliminatoires.

Voici mon attaque à cinq.
 
Chaque semaine, j’offre une perspective du hockey pour les francophones de l’Ouest.  Mon attaque à cinq, qui fait référence à un avantage numérique en situation de jeu, met en lumière cinq actualités qui ont marqué le cours de ma semaine. La voici!
 
Le gardien de but Niklas Backström des Flames effectue un arrêt contre Lars Eller des Canadiens lors du match du 20 mars 2016 (photo : Paul Chiasson / La Presse canadienne).
 
1. Une disette persistante
 
Avec seulement une dizaine de matchs qui reste dans la saison régulière pour chaque équipe de Ligue nationale de hockey (LNH), les chances qu’une équipe canadienne accède aux séries éliminatoires sont extrêmement minces, voire inexistantes.  L’unique fois que les séries éliminatoires ont été réservées exclusivement aux clubs américains, c’était en 1970, lorsque Bobby Orr des Bruins a marqué son fameux but en prolongation contre Glenn Hall des Blues.  Le Canada devra attendre encore une année de plus avant de revoir la Coupe Stanley sur son territoire.  La disette dure depuis 23 ans.

Voici mon attaque à cinq.

Chaque semaine, j’offre une perspective du hockey pour les francophones de l’Ouest.  Mon attaque à cinq, qui fait référence à un avantage numérique en situation de jeu, met en lumière cinq actualités qui ont marqué le cours de ma semaine. La voici!

La commissionnaire de la Ligue canadienne du hockey féminin, Brenda Andress, présente la Coupe Clarkson à la capitaine de l’Inferno de Calgary, Brianne Jenner, le dimanche 13 mars à Ottawa (Photo : Justin Tang / La Presse canadienne)

1. Une première pour l’Ouest

Le 13 mars passé, l’Inferno de Calgary a passé à l’histoire en défaisant les Canadiennes de Montréal par la marque de 8-3 au Centre Canadian Tire d’Ottawa.  Blayre Turnbull, Brianne Jenner, Jessica Campbell et Rebecca Johnston ont inscrit deux filets chacune pour l’Inferno, tandis que Marie-Philip Poulin, Noemie Marin et Kim Deschenes ont compté les trois buts des Canadiennes.  La gardienne de but Delayne Brian de l’Inferno a repoussé 38 tirs, tandis que Charline Labonté des Canadiennes a fait face à 25 tirs.  Haley Wickenheiser, qui vient de remporter les honneurs de tous les niveaux du hockey féminin, pensait à ses coéquipières suite à la victoire : « Je pensais à ces joueurs.  On a une policière, une enseignante, une avocate et remporter un championnat de la sorte, ça leur revêt beaucoup d’importance.  C’est la raison pour laquelle cette ligue est si importante ».  Malgré leur défaite, les Canadiennes ont participé dans six des huit finales, ayant remporté le trophée trois fois.

Chaque semaine, j’offre une perspective du hockey pour les francophones de l’Ouest.  Mon attaque à cinq, qui fait référence à un avantage numérique en situation de jeu, met en lumière cinq actualités qui ont marqué le cours de ma semaine. La voici!

Un gros deux points

Les joueurs des Oilers qui ont été sélectionnés à la première ronde de repêchage ont chacun inscrit un but lors de la bataille de l’Alberta, le 17 octobre, ce qui a mené leur équipe vers une première victoire en saison.  Une victoire, il faut le noter, contre leurs principaux rivaux, les Flames.  Le club d’Edmonton a été dominant avec 28 tirs contre 24, 20 tirs bloqués contre 19 et 32 chances de marquer contre 19.  D’après le capitaine adjoint Ryan Nugent-Hopkins, la bonne énergie qui a envahi son équipe du début à la fin a fait toute la différence. « On a obtenu du succès dans la zone neutre pour ralentir une équipe rapide.  Et nos joueurs ont interdit—j’appelle ça de la glace blanche—il y avait peu de glace blanche pour [les joueurs de] Calgary », a lancé l’entraineur chef Todd McLellan.

Aller au haut