Voici mon attaque à cinq.

 

Chaque semaine, j’offre une perspective du hockey pour les francophones de l’Ouest.  Mon attaque à cinq, qui fait référence à un avantage numérique en situation de jeu, met en lumière cinq actualités qui ont marqué le cours de ma semaine. La voici!                  

 

Une mise-au-jeu du match historique des Canadiennes de Montréal contre l’Inferno de Calgary le samedi 10 décembre au Centre Bell de Montréal.

 

1. Un match historique

 

Le samedi 10 décembre, les Canadiennes de Montréal ont accueilli l’Inferno de Calgary pour le tout premier match de hockey féminin professionnel au Centre Bell.

 

C’était la première fois que les deux équipes s’affrontent depuis la finale de la Coupe Clarkson la saison passée.  L’Inferno a remporté la Coupe Clarkson, mais les Canadiennes se sont vengées avec une victoire de 1-0. 

Voici mon échauffement d’avant-match.
 
La saison régulière 2016-2017 de la Ligue nationale de hockey (LNH) débutera le mardi 12 octobre.  Votre cher Raisin inaugure cette nouvelle saison de hockey en partageant quelques pensées avant ces premières mises-au-jeu.
 
Patrick Laine des Jets décoche un tir contre les Oilers d’Edmonton le vendredi 30 septembre 2016 au Centre MTS de Winnipeg (photo : Trevor Hagan, La Presse canadienne).
 
En misant sur le développement de ses joueurs espoirs, les Jets de Winnipeg sont une équipe très prometteuse.

Voici mon attaque à cinq.

Chaque semaine, j’offre une perspective du hockey pour les francophones de l’Ouest.  Mon attaque à cinq, qui fait référence à un avantage numérique en situation de jeu, met en lumière cinq actualités qui ont marqué le cours de ma semaine. La voici!

Sam Bennett (gauche) célèbre un but avec Jiri Hudler le 13 janvier 2016 (crédit de photo : Jeff McIntosh / CP).

 1. Chez nous, on est un gang de fous

Les Flames ont une fiche de 14 victoires et neuf défaites à domicile. Sur la route, leur fiche est de sept victoires, 12 défaites et trois défaites en prolongation.  Même s’ils allouent, en moyenne, près du même nombre de buts par match à domicile ou sur la route (2,9 et 3, respectivement) et qu’ils obtiennent le même nombre de tirs sur le but adverse par match (29,3 et 28,3), ils sont quand même capables de compter près d’un but de plus par match à domicile (3 contre 2,3).  La différence s’explique partiellement par la qualité des chances de marquer par match.  À domicile, ils ont 1,5 chance de marquer par match de plus que sur la route (11,9 contre 10,4).  En nombre absolu, une chance et demie de plus ne parait pas comme une grosse différence, mais cela représente quand même une augmentation de 14%.  Une chose est claire : les Flames devront améliorer leurs chances de marquer sur la route s’ils veulent accéder aux séries éliminatoires cette année.

Voici mon attaque à cinq.

Chaque semaine, j’offre une perspective sur le hockey pour les francophones de l’Ouest. Mon attaque à cinq, qui fait référence à un avantage numérique en situation de jeu, met en lumière cinq actualités qui ont marqué le cours de ma semaine. La voici!

Juste pour le fun, les sous-titres réfèrent à des chansons du rappeur Eminem, bien qu’ils soient traduits de l’anglais.

Leon Draisaitl (gauche) et Taylor Hall (droite) mènent l'équipe au chapitre des points.

 1.  Ils agissent comme ils oublièrent Drai

On parle beaucoup de Taylor Hall, qui accuse 24 points en 20 matchs pour se classer quatrième à ce chapitre dans la LNH. Par contre, son coéquipier Leon Draisaitl a réussi sept buts et dix passes en dix matchs seulement pour se tailler la deuxième place sur l’équipe. Effectivement, il existe une belle alchimie entre Hall et Draisaitl sur le deuxième trio. « On se complète très bien », explique Draisaitl en entrevue d’avant-match. « Je sais qu’il est un patineur très rapide. Il aime jouer à pleine vitesse et j’aime distribuer la rondelle. Avec sa vitesse, je me dois de lui envoyer le disque ». Bien que les journaux européens le surnomment le « Gretzky allemand », Draisaitl se compare aussi à Mark Messier, car « l’Orignal » est le dernier des Oilers à réussir 17 points lors de ses dix premiers matchs pendant une saison (sept buts et dix assistes en 1989-90).

Voici mon attaque à cinq :

Une excellente acquisition

Mathieu Perreault, le seul joueur des Jets de Winnipeg à compter quatre buts dans un match, représente une des plus belles surprises de l’année dans la LNH. Acquis l’an passé sur le marché des joueurs autonomes, le natif de Drummondville (Québec) a été libéré par son ancien équipe, les Ducks, alors que ces derniers ont transigé pour les services de Ryan Kesler (Canucks) et Nate Thompson (Lightning). Ce fut un bon coup par Kevin Cheveldayoff, le vice-président et directeur général des Jets, qui a su identifier un joueur sous-estimé. Le contrat de ce joueur de centre est évalué à 9 millions $ pour trois ans — une véritable aubaine pour les Jets.

Aller au haut