Voici mon attaque à cinq.

Chaque semaine, j’offre une perspective du hockey pour les francophones de l’Ouest.  Mon attaque à cinq, qui fait référence à un avantage numérique en situation de jeu, met en lumière cinq actualités qui ont marqué le cours de ma semaine. La voici!

Pierre-Luc Dubois, un Québécois repêché le jour de la Saint-Jean-Baptiste, endosse son nouveau gilet des Blue Jackets. Ce jour fut aussi son anniversaire de naissance (photo : Blue Jackets de Columbus).

 1. Un repêchage à l’image de la Saint-Jean-Baptiste

Du 24 au 25 juin, plusieurs Canadiens francophones ont été sélectionnés lors des trois premières rondes du repêchage de la Ligue nationale du hockey (LNH).  Au premier tour, Pierre-Luc Dubois (3e sélection au total) a été repêché par les Blue Jackets, ainsi que Julien Gauthier (21e) par les Hurricanes.  Au deuxième tour, Pascal Laberge (36e) a été sélectionné par les Flyers, suivi de Samuel Girard (47e) chez les Predators.  Au troisième tour, les Canadiens ont réclamé William Bitten (70e), un Franco-Ontarien natif d’Ottawa, tandis que Frédéric Allard (78e) est passé aux Prédateurs et Brandon Gignac (80e), aux Devils.  Zachary Sawchenko, un gardien de but franco-albertain originaire de Calgary, a été ignoré lors du repêchage, mais il se présentera au camp de développement des Predators.

Voici mon attaque à cinq.
 
Chaque semaine, j’offre une perspective du hockey pour les francophones de l’Ouest.  Mon attaque à cinq, qui fait référence à un avantage numérique en situation de jeu, met en lumière cinq actualités qui ont marqué le cours de ma semaine. La voici!
 
Le gardien de but Niklas Backström des Flames effectue un arrêt contre Lars Eller des Canadiens lors du match du 20 mars 2016 (photo : Paul Chiasson / La Presse canadienne).
 
1. Une disette persistante
 
Avec seulement une dizaine de matchs qui reste dans la saison régulière pour chaque équipe de Ligue nationale de hockey (LNH), les chances qu’une équipe canadienne accède aux séries éliminatoires sont extrêmement minces, voire inexistantes.  L’unique fois que les séries éliminatoires ont été réservées exclusivement aux clubs américains, c’était en 1970, lorsque Bobby Orr des Bruins a marqué son fameux but en prolongation contre Glenn Hall des Blues.  Le Canada devra attendre encore une année de plus avant de revoir la Coupe Stanley sur son territoire.  La disette dure depuis 23 ans.
Aller au haut