Il se passe rarement une journée, en Alberta, sans qu’on ne parle des soubresauts qui agitent l’industrie pétrolière, notamment des incessantes fluctuations du prix du baril de pétrole. Or, les deux dernières semaines ont été fertiles en événements touchant les projets de développement de pipelines. D’abord, c’est le vote qui s’est tenu, il y a maintenant deux semaines, à la Chambre des représentants américaine qui a remis l’Alberta au cœur des débats.

En effet, la construction du Keystone XL y a été approuvée une énième fois par les représentants, suivi quelques jours plus tard par le même exercice au Sénat, sans succès dans ce dernier cas. Mais ce fut de justesse puisque qu’il ne manquait que le vote d’un seul sénateur pour atteindre le nombre de 60 qui aurait obligé Barack Obama à se prononcer sur la construction du pipeline. Or, un nouveau vote devrait se tenir au début de l’année 2015 et probablement avec succès, car les républicains détiendront alors la majorité au Congrès à la suite des élections de mi-mandat.

Aller au haut