Voici mon tour du chapeau.

Chaque semaine, j’offre une perspective du hockey pour les francophones de l’Ouest.  Mon tour du chapeau, qui fait référence aux trois buts marqués par un joueur lors d'une rencontre, met en lumière trois actualités qui ont marqué le cours de ma semaine. Le voici!

Les Oilers saluent la foule lors du dernier match à la Place Rexall le mercredi 6 avril.

1. Un adieu historique

Le mercredi 6 avril, les Oilers ont célébré 42 ans d’histoire dans la Place Rexall, autrement nommée le Colisée Northlands ou le Centre Skyreach.  Une l’histoire, certes, qui a débuté dans l’Association mondiale du hockey (AMH), où Edmonton fut une des 12 équipes originales lors de la fondation de la ligue en 1971, avant de déménager au Colisée en 1974.  C’est au Colisée que les Oilers se sont intégrés à la LNH (une des quatre équipes à le faire) lors de la fusion de 1979.  Les Oilers ont remporté quatre de leurs cinq Coupes Stanley sur cette surface de glace lors de leur période de dynastie.  Si l’on compte les finales de 1983 et de 2006, cet aréna a accueilli sept fois les finales de la Coupe Stanley.  Il a reçu de nombreux jeunes talents lors de la récente période de restructuration. Mené sur l’écran géant par le tenor emblématique des Oilers, Paul Lorieau (interprète des hymnes nationaux de 1981-2011 et décédé le 2 juillet 2013), l’univers du hockey a eu droit à une célébration spectaculaire pour cet endroit historique qui a vu son dernier jour dans la LNH.  À la grande satisfaction de la foule, les Oilers ont vaincu les Canucks par la marque de 6-2.

Voici mon attaque à cinq (pour une pénalité double-mineure).
 
Chaque semaine, j’offre une perspective du hockey pour les francophones de l’Ouest.  Mon attaque à cinq, qui fait référence à un avantage numérique en situation de jeu, met en lumière cinq actualités qui ont marqué le cours de ma semaine. Pour débuter l’année, j’offre une rétrospective sur l’année 2015 avec les 10 évènements marquants.  La voici!
Carey Price aux honneurs en 2015 (Credit de photo : John Locher / The Associated Press).
1.  La Coupe Stanley retourne aux Blackhawks
 
Le 15 Juin, les Blackhawks ont remporté leur troisième Coupe Stanley en six ans avec une victoire de 2-0 contre le Lightning.  Ce fut leur première occasion de remporter la coupe à domicile depuis 1938 et la première fois au United Center.  Voilà un autre honneur pour le Franco-Manitobain Jonathan Toews qui,  étant le capitaine de son club, a soulevé le grâle du hockey le premier.  Un autre manitobain, le défenseur Duncan Keith, a remporté le trophée Conn Smythe pour la meilleure performance individuelle lors des séries éliminatoires.
 

Voici mon attaque à cinq :

À Calgary, on s’en rappellera longtemps

Quelle ambiance au Saddledome lorsque les Flames ont éliminé les Canucks par la marque de 7-4 !  Tirant de l’arrière 3-0 en première période, les Cardiac Kids ont nivelé la marque 3-3 avant d’effectuer une autre de leurs fameuses remontées en troisième période.  Matt Stajan, le héros du match, a inscrit le but gagnant avec moins de cinq minutes à écouler au match, terminant ainsi la série avec quatre victoires contre deux revers.  Ajoutez ce match au coffret DVD des meilleurs matchs de l’histoire des Flames… et que ça presse !

Un beau duel de gardiens

Les partisans des Canadiens et des Sénateurs ont eu droit à une série qui mettait en vedette des performances de gardiens de but extraordinaires.  Si vendredi soir passé, Craig Anderson a réussi 45 arrêts pour remporter la cinquième joute au score de 5-1, c’était au tour de Carey Price, dimanche, de réussir 43 arrêts pour signer son cinquième jeu blanc des séries éliminatoires en carrière. Cette victoire assure la présence de son équipe à la deuxième ronde.  Même si le Tricolore n’a pas pu secouer la léthargie de son attaque à cinq, ce ne fut pas le cas pour l’infériorité numérique qui a réussi à blanchir les Sénateurs à quatre reprises.  L’Edmontonien Brendan Gallagher fut l’auteur du but gagnant.

Aller au haut