Contributions définies ou prestations définies?

Connaissez-vous la différence entre ces deux types de régimes de retraite? Le régime à prestations définies (PD), jadis le plus répandu, est aujourd’hui appelé à disparaître, tandis que le régime à contributions définies (CD) est de plus en plus présent.

Les régimes de type PD se retrouvent aujourd’hui principalement dans les institutions publiques. Le régime de pensions du Canada (RPC) est un exemple de ce type de régime.


La façon de fonctionner est simplement de garantir à tous un revenu au moment de la retraite. Ce revenu est garanti par l’employeur. Il peut être obtenu de différentes façons, par exemple en prenant 60 % de la moyenne du revenu des cinq dernières années du travailleur.

Ce régime est extrêmement avantageux pour l’employé, car il n’a pas à se préoccuper de la gestion de ses avoirs au moment de la retraite. Son ex-employeur s’occupera de lui fournir sa pension, peu importe qu’il vive 5 ou 55 ans de plus.

Pour l’employeur toutefois, ce type de régime peut devenir extrêmement coûteux s’il est mal administré. En effet, si l’épargne accumulée dans le régime ne correspond pas à ce que l’entreprise devra verser, cette situation pourrait mettre la compagnie en faillite. C’est ce qui a entre autres amené la compagnie GM au pied du mur en 2008.

La question de gérer cette caisse de retraite peut devenir problématique. L’entreprise désire que ses employés y versent un certain montant afin d’augmenter sa capitalisation; l’entreprise s’occupe d’y déposer la somme manquante pour que la capitalisation soit adéquate à long terme.

La « juste valeur » de la capitalisation est toutefois difficile à mesurer. En effet, le défi est d’identifier aujourd’hui des paiements à effectuer plus tard, et ce sur une durée inconnue. Ainsi, les gestionnaires des caisses de retraite se baseront sur des avis d’experts (comme des actuaires) afin de déterminer la contribution à faire.

En temps de récession économique, où l’entreprise réalise des pertes importantes, elle pourrait être tentée de retarder ses contributions. En effet, sachant qu’elle pourrait être au bord de la faillite, elle pourrait préférer payer les salaires courants ou les fournisseurs et ainsi retarder la date fatidique. À long terme toutefois, l’entreprise devra y déposer sa contribution.

La bulle boursière de la fin des années 90 a permis à plusieurs entreprises de croire que leur régime était correctement financé. Aujourd’hui, il est clair qu’elles ont commise une grave erreur et plusieurs retraités en paient les frais aujourd’hui.

Le régime à contribution définie est-il une meilleure solution? En fait, comme son nom  l’indique, le régime CD suppose que chaque employé choisit le montant qu’il désire mettre de côté pour sa retraite, montant que l’entreprise bonifie.

Typiquement, les conventions collectives déterminent la contribution de l’employé et celle de l’employeur. Ce régime laisse beaucoup moins de latitude à l’employeur, car il se doit de déposer (donc de garantir) le montant de la retraite qui sera disponible à l’employé lorsque se terminera sa carrière.

Une fois ce montant déterminé toutefois, le nouveau retraité a la responsabilité de bien jauger ses revenus pour profiter du temps qu’il lui reste.

Ainsi, le nouveau retraité, recevant de son ex-employeur l’ensemble des sommes accumulées via ses contributions, devra déterminer comment étendre ses avoirs, selon qu’il croit avoir besoin de 5 ou 55 ans de revenus supplémentaires.

Il faut comprendre que dans le cas des régimes CD, les employeurs se dégagent du risque associé à la gestion de la caisse de retraite des employés.

La question à savoir si l’épargne accumulée est suffisante ne leur revient pas, mais est maintenant du ressort de chaque employé.

Voilà la principale raison qui fait que de plus en plus d’employés se retrouvent avec des régimes de type CD. Si les employés ne déposent pas suffisamment dans leur compte de retraire (ou si leur employeur ne contribue pas assez), ce seront les retraités, et non l’ex-employeur, qui devront en supporter le coût.
 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut