Un budget pour l’Ouest

Dans la grande majorité des discussions qu’on pouvait entendre depuis des semaines à propos du budget fédéral révélé la semaine dernière, une question était constamment sur toutes les lèvres : le gouvernement conservateur, majoritaire, montrerait-il ses vraies couleurs en procédant à une réduction draconienne de l’État?

Finalement, le budget s’est révélé plutôt modeste à cet égard. Certes, il y a bien une restriction du rôle de l’État, les coupes à Radio-Canada/CBC et la réduction du nombre de fonctionnaires en étant de bons exemples. Pratiquement tous les ministères devront restreindre leur appétit financier. Toutefois, le gouvernement continue d’investir dans certains domaines, comme c’est le cas pour l’éducation pour les Autochtones.


Bref, en comparaison avec les budgets libéraux de Paul Martin du milieu des années 1990, celui des conservateurs fait plutôt pâle figure pour les partisans des coupes draconiennes. La grande réforme espérée par les faucons fiscaux comme Andrew Coyne du National Post ou encore ceux du Edmonton Sun, qui ont parlé d’un budget « trudeauesque », ont été amèrement déçus.

En fait, ces derniers exagèrent, car, à la fin de l’exercice, le gouvernement canadien sera moins présent dans la vie des citoyens et des services auront été abolis. Clairement, les conservateurs ne veulent pas d’un gouvernement établissant les grandes normes du vivre ensemble, comme le faisaient les libéraux qui se prétendaient, au tournant des années 2000, les dépositaires du « nouveau Canada ».

Les conservateurs en ont une autre conception : le Canada est un espace économique qui se développera au diapason de l’industrie de l’énergie, d’où le rôle du gouvernement qui est de mettre en place les conditions favorisant ce secteur.

C’est pourquoi, en rétrospective, la vraie question qu’il fallait se poser n’était pas celle consistant à savoir à quel point le budget serait conservateur, mais plutôt la suivante : le budget favoriserait-il les économies de l’Ouest du pays, basées sur les ressources naturelles comme le pétrole et le gaz, ou celles de l’Est à vocation manufacturière? Or, ainsi posée, la question reçoit la réponse que le budget est taillé sur mesure pour les provinces comme l’Alberta, la Saskatchewan et la Colombie-Britannique qui, à des degrés divers, reposent sur le développement énergétique.

Qu’on en juge aux éléments budgétaires suivants : des mesures pour accélérer les processus d’évaluation environnementale, d’autres pour assouplir les conditions de la venue des immigrants désirant travailler dans l’Ouest auxquels s’ajoutent des fonds accordés pour le développement de l’éducation chez les Autochtones, ainsi que des sommes modestes pour améliorer la sécurité des pipelines (13, 5 millions $) et celle des navires pétroliers (35,7 millions $). Tout cela a fait dire qu’il s’agissait d’un exercice budgétaire « pro-pipeline » (Calgary Herald), voire d’un « Gateway Budget », comme l’a dit un analyste financier d’Edmonton.

Ainsi, c’est un budget qui, au plan idéologique, reste à droite, tout en prenant un tournant géographique et régional en direction de l’Ouest. Un tournant qui, à mon avis, à beaucoup à voir avec la décision de Barak Obama de retarder la mise sur pied du projet d’oléoduc Keystone XL vers le sud des États-Unis.

Depuis ce moment, on sent une urgence de la part du gouvernement de Stephen Harper de trouver des débouchés vers les marchés asiatiques. Le premier ministre a d’ailleurs passé une bonne partie de l’hiver à sillonner cette région du globe, notamment avec un important voyage en Chine. En ce sens, la dimension politique du budget éclipse jusqu’à un certain point sa dimension économique.

Politiquement chargé, ce budget fédéral aura des répercussions dans les prochaines années quant à la façon dont le pays se conçoit, le Canada étant maintenant tourné vers le Pacifique. Les provinces qui sont situées à l’est du Manitoba devraient en prendre bonne note.

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut