Imprimer cette page

Le Coin du Raisin #86

Voici mon attaque à cinq.

 

Chaque semaine, j’offre une perspective du hockey pour les francophones de l’Ouest.  Mon attaque à cinq, qui fait référence à un avantage numérique en situation de jeu, met en lumière cinq actualités qui ont marqué le cours de ma semaine. La voici!                  

 

Une mise-au-jeu du match historique des Canadiennes de Montréal contre l’Inferno de Calgary le samedi 10 décembre au Centre Bell de Montréal.

 

1. Un match historique

 

Le samedi 10 décembre, les Canadiennes de Montréal ont accueilli l’Inferno de Calgary pour le tout premier match de hockey féminin professionnel au Centre Bell.

 

C’était la première fois que les deux équipes s’affrontent depuis la finale de la Coupe Clarkson la saison passée.  L’Inferno a remporté la Coupe Clarkson, mais les Canadiennes se sont vengées avec une victoire de 1-0. 

 

Marie-Philip Poulin a marqué l’unique but de la rencontre, tandis que Charline Labonté a repoussé les 25 tirs de la formation calgarienne.  De l’autre côté, la gardienne de but Emerance Maschmeyer a repoussé 31 tirs.

 

Près de 6 000 partisans sont venus encourager les 13 athlètes olympiques qui participaient au match.

 

2. Relever le défi

 

Suite au match des Canadiennes, c’était au tour des Canadiens de disputer un 16e match à domicile.

 

Pour les deux matchs suivant les blessures aux joueurs de centre Alex Galchenyuk et David Desharnais, le Tricolore a réussi 15 buts et ils n’ont accordé que trois.

 

« Une fois que [les blessures à Glachenyuk et Desharnais] ce sont produits, je pense que plusieurs gens s’attendaient que notre production offensive connaisse des difficultés », explique le joueur de soutiens Brian Flynn, auteur de deux filets samedi soir contre l’Avalanche.

 

« Les gars s’impliquent et marquent des buts », ajoute-t-il.

 

Tenez Tomas Plekanec, qui a réussi un but et six passes lors des premiers 25 matchs cette saison.  Depuis que Galchenyuk s’est blessé contre les Kings, le joueur tchèque a réussi le même compte en seulement trois matchs.

 

3. Prêt pour un changement d’adresse

 

Jarome Iginla poursuit sa quête pour la Coupe Stanley, mais ça ne sera probablement pas avec l’Avalanche du Colorado. 

 

Après avoir quitté Calgary en 2013, l’ailier-droite a déjà tenté son coup avec les Penguins de Pittsburgh et les Bruins de Boston.

 

Alors que le vétéran disputait son 1 500e match dans la LNH, l’Avalanche a connu une dégringolade de 10-1 samedi soir face au Canadien.

 

En ce moment, l’Avalanche représente le pire club de la ligue avec une fiche de 10 victoires, 15 défaites en temps réglementaire et une défaite en brie d’égalité.  Ils ont aussi le pire différentiel de buts avec -28.

 

Elliotte Friedman rapporte que le vétéran renoncera sa clause de non-échange.

 

4. Un retour vers le berceau ?

 

Après 25 parties, Iginla n’a produit que trois buts et trois passes.  Il affiche néanmoins 614 buts et 1 279 points en carrière. 

 

L’expérience de l’ancien capitaine des Flames serait un atout pour les deux jeunes formations albertaines, car ils ont tous les deux des chances pour accéder aux séries éliminatoires.

 

Après un début de saison affreux, les Flames ont retrouvé leur forme avec huit victoires, une défaite en temps réglementaire et une défaite en brie d’égalité à leurs dix derniers matchs.  C’est assez pour se classer au 3e rang de la Division Pacifique avec un recul d’un point contre les Oilers.

 

Les Oilers pourront s’intéresser à ce joueur du coin aussi (Iginla est originaire de Saint Albert).  Ils sont égaux avec les Ducks pour la première place de la division avec 35 points.

 

5. Les irréductibles gaulois de l’Ouest

 

Les partisans des Oilers et des Jets ont eu droit à un match bien bizarre dimanche soir à la Place Rogers.  Les Oilers ont cassé une séquence de défaites consécutives lorsqu’un joueur de l’équipe adverse a marqué le but gagnant dans son propre filet.

 

Bien que Mark Letestu (deux buts) et Patrik Laine (l’auteur de la gaffe) ont retenu l’attention des partisans, on a quand même eu droit à des excellentes performances des joueurs francophones des deux côtés.

 

Le joueur de centre québécois Mathieu Perreault des Jets a mérité la troisième étoile du match.  Il a ouvert la marque en première période sur un rebond du tir de Bryan Little et il a mené son équipe avec six tirs au but.  L’entraineur-chef Paul Maurice lui a fait confiance pour 15 minutes et 49 secondes.

 

Benoit Pouliot a réalisé un fort match à son tour.  Je dirais même sa meilleure performance de la saison.  Même si l’ailier-gauche des Oilers a été blanchi sur la feuille de pointage, il a créé des excellentes chances de marquer, notamment sur son échappée en troisième période.  Les Oilers se voyaient plus coriaces lorsque le Franco-Ontarien était sur la patinoire avec une moyenne de 3,07 tirs-pour de plus que lorsqu’il était absent.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)