Imprimer cette page

Le Coin du Raisin #83

Voici mon attaque à cinq.
 
Chaque semaine, j’offre une perspective du hockey pour les francophones de l’Ouest.  Mon attaque à cinq, qui fait référence à un avantage numérique en situation de jeu, met en lumière cinq actualités qui ont marqué le cours de ma semaine. La voici!
 
Chad Johnson des Flames effectue un arrêt contre Thomas Vanek des Red Wings lors d’une victoire sur la route de ces premiers le dimanche 20 novembre (crédit : Raj Mehta / USA Today).
 
1. De l’espoir sur la route
 
Les hommes de l’entraineur-chef Glen Gulutzan ont débuté un voyage à l’étranger de six matchs en neuf soirs avec une victoire de 3-2 contre les Red Wings de Détroit. 
 
Avec un début de saison difficile avec huit victoires, dix défaites en temps réglementaire et une défaite en prolongation, Calgary a particulièrement de la misère à domicile avec seulement trois victoires.
 
Pourtant, ils connaissent du succès sur la route avec une fiche de 5-4-1, probablement en raison de leur succès sur les unités spéciales. 
 
Bien que les Flames aient le pire pourcentage d’efficacité sur l’avantage numérique dans la LNH (9,0 %), ils se classent au 13e rang (16,7 %) sur la route. 
 
Pour le pourcentage d’efficacité en infériorité numérique, Calgary se classe 29e au total avec 73,9 %.  Sur la route, ils grimpent au 17e rang avec 81,8 %.
 
2. De la profondeur sur la ligne bleue
 
Selon David Staples du Journal d’Edmonton, Darnell Nurse et Matt Benning connaissent le meilleur différentiel de chances de marquer à forces égales chez les défenseurs des Oilers depuis la saison 2010.
 
Nurse mène l’équipe avec un différentiel de +1,8 chances, tandis que Benning suit de près avec +1,7 chances.
 
Même si les deux jeunes ne font pas face aux meilleurs trios de l’adversaire et même si l’échantillon de 19 matchs est encore relativement petit, cette statistique est encourageante pour un club qui n’est pas reconnu pour sa profondeur à la ligne bleue.
 
3. Le facteur russe
 
La fougue d’Alexandre Radulov doit être contagieuse, car les joueurs russes du Canadien sont méconnaissables.
 
Alex Galchenyuk mène son équipe avec 19 points (sept buts et 12 passes), suivit par son compagnon de trio Radulov avec 16 points (trois buts et 12 passes).
 
Sur la ligne bleue, le vétéran Andrei Markov, âgé de 37 ans, connait le meilleur hockey de sa carrière.  Il suit Shea Weber au deuxième rang des défenseurs de la LNH avec 14 points (deux buts et 12 passes).  Markov mène toujours le pourcentage Corsi-relatif de son club avec 6,6.
 
Même Alexei Emelin, jumelé sur un duo défensif avec Shea Weber, s’implique à l’attaque comme on ne l’a jamais vu.  Il est deuxième sur son club pour le temps de glace avec un moyenne de 17 minutes et 57 secondes par match.  Jusqu’à présent, il se classe au sixième rang de la LNH pour ses 61 mises-en-échec et il compte un but et trois passes.
 
4. Une cohorte très patiente
 
Le lundi 14 novembre, quatre nouveaux membres du Temple de la renommée du hockey ont été intronisés : Rogatien Vachon, Eric Lindros, Sergei Makarov et Pat Quinn. 
 
Vachon, l’ancien gardien de but des Canadiens et des Kings, a finalement accédé au hall des grands du hockey à l’âge de 71 ans. 
 
Lindros, l’ancien captaine des Flyers de la Philadelphie, a été ignoré par le comité de sélection à six reprises. 
 
Makarov, un ailier droite qui faisait partie de la première vague de joueurs de hockey soviétiques avec la permission de jouer dans la LNH, est maintenant le troisième intronisé du fameux « Russian Five ». 
 
Et quoi dire de Pat Quinn, l’homme le plus patient de tout.  Quinn a dédié plus de 50 ans en tant qu’ancien joueur, entraineur-chef et directeur général.  Décédé le 23 novembre 2014 à l’âge de 71 ans, ce dernier n’a jamais vu son nom immortalisé sur la Coupe Stanley ou dans le panthéon des honneurs.  Sa fille, Kalli, a parlé en son nom lors de son intronisation.
 
5. À l’honneur des joueurs métis
 
Le mercredi 16 novembre passé, c’était la journée Louis Riel, qui a lancé une semaine de célébrations pour le patrimoine des Métis.  À cette même date en 1885, ce grand chef a été exécuté pour avoir dirigé la rébellion du Nord-Ouest afin de défendre les droits de son peuple. 
 
Le peuple de Riel a produit de formidables joueurs de hockey, dont René Bourque du Lac la Biche (Alberta), Sheldon Souray d’Elk Point (Alberta), les frères Dwight et Dwayne King de Meadow Lake (Saskatchewan), Wade Redden de Hillmond (Saskatchewan), Arron Asham de Portage la Prairie (Manitoba) et Victor Mercredi de Yellowknife (Territoires du Nord-Ouest).
 
Ce mercredi 23 novembre, une équipe d’anciens joueurs autochtones de la LNH, dont Asham, Reggie Leach, Bryan Trottier et Ric Nattress, fera face à une équipe formée d’anciens Oilers, incluant Dave Lumley, Joaquin Gage, Mark Fistric, Matt Kassian, Fernando Pisani et Mike Bishai.  La partie aura lieu à l’aréna Twin Rinks du Casino River Cree près d’Edmonton à partir de 19h45.
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)