Voici mon attaque à cinq.

 

Chaque semaine, j’offre une perspective du hockey pour les francophones de l’Ouest.  Mon attaque à cinq, qui fait référence à un avantage numérique en situation de jeu, met en lumière cinq actualités qui ont marqué le cours de ma semaine. La voici!

 

Patrik Laine se fait surveiller par Jordan Eberle pendant la Classique Héritage 2016 de la LNH le dimanche 23 octobre 2016 (crédit : Terry Lee / Icon Sportswire)

 

N’oubliez pas Laine

 

Parmi les meneurs des buts cette saison, il y a égalité entre Alex Killorn (Lightning), Richard Panik (Blackhawks), Wayne Simmonds (Flyers), Auston Matthews (Maple Leafs) et Patrik Laine (Jets) avec six filets chacun. 

 

Parmi les cinq, Laine est le deuxième joueur le plus utilisé par son équipe (155,30 minutes de jeu en huit rencontres). 

 

Laine est aussi le joueur avec le moins de buts accordés lorsqu’il est sur la patinoire (1,55 buts-contre par 60 minutes). 

 

C’est un début impressionnant pour la deuxième sélection du repêchage d’entrée de 2016.

 

La Bataille de l’Alberta, en chiffres

 

Qui aurait pensé que les Oilers sont meilleurs défensivement que les Flames pour entamer la saison ? 

 

En toutes situations de jeu, les deux équipes sont égales pour le nombre de buts-pour marqués avec 29 (les Oilers ont un match en main), mais les Flames sont bien en arrière pour les buts-contre (31 pour Calgary, 17 pour Edmonton). 

 

Par conséquence, l’on aperçoit une grosse différence par rapport aux performances devant les buts.  Le pourcentage d’arrêts en équipe est 88,60 % pour le Rouge et Jaune contre 93,46% pour le Bleu et Orange.

Offensivement, les hommes de Glen Gulutzan réussissent beaucoup plus de tirs-pour par 60 minutes que ceux de Todd McLellan (29,22 contre 28,62) et leur différentiel de tirs par 60 minutes est nettement supérieure (-0,32 contre -3,88). 

 

Néanmoins, ils demeurent l’équipe la plus malchanceuse selon le PDO (99,38 contre 106,13). 

 

Au niveau des occasions de marquer par 60 minutes, la troupe de McDavid génère plus de chances que la troupe de Giordano (11,75 contre 6,84).  Ils en allouent moins aussi (10,00 contre 11,40).

Il faut noter aussi que les Flames sont plus punis que les Oilers.  Calgary se classe au deuxième rang du de la LNH avec plus petit différentiel de punitions avec -7, tandis qu’Edmonton se retrouve au neuvième rang avec -3.

 

Des arbitres ou des justiciers ?

 

Si les Flames n’ont pas été assez puni l’an passé pour le geste de Wideman contre le juge de ligne Don Henderson, il parait qu’ils le sont toujours de façon informelle.  Selon le commentateur et analyste Kelly Hrudey du programme Hockey Night in Canada, les Flames sont toujours sous la mire des officiels. 

 

Il n’est pas le seul à le dire.

 

Au mois de mars 2016, le journaliste Eric Francis a remarqué que les Flames ont été une des équipes les moins punies lors des premiers 48 matchs la saison passée (ils ont mérité 115 punitions avec une moyenne de 2,39 par match).  Suite au coup de Wideman, Calgary a accordé 75 jeux de puissance à l’adversaire en 21 matchs, ce qui revient à une moyenne de 3,57 punitions par match.

 

Cette saison, les Flames mènent la ligue pour le nombre d’infractions mineurs avec 49 en neuf rencontres (5,44 pénalités par match) et ils sont troisième pour la plus grande somme de minutes de pénalité avec 103 (11,44 minutes par match).

 

Pourtant, ils n’ont qu’une pénalité majeure depuis le commencement de la saison.  En fait, ils ont la plus grande moyenne de temps écarté entre les bagarres de la LNH avec 552,26 minutes.

 

Le premier tiers en panne

 

Carey Price des Canadiens de Montréal n’a pas alloué de buts en première période cette saison (il a eu cinq départs), tandis que son gardien de renfort, Al Montoya, n’en a accordé que deux.  Une statistique étonnante, pour en être certain. 

 

Même s’ils sont présentement la quatrième équipe avec la plus grande moyenne de buts par matchs par 60 minutes (3,41 buts par match), ils ont seulement inscrit trois filets pendant la première période depuis le début de la saison. 

 

Ce phénomène se généralise au travers la ligue pendant la première période de jeu.  Historiquement, 30 % des buts sont marqués en première période.  Cette saison, ce pourcentage a baissé à 27,56 % (194 buts sur 704 au total).

 

Des tigres affamés

 

Les Tigers de Medicine Hat sont sur une lancée incroyable avec une fiche de 10 victoires, quatre défaites en temps réglementaire et une défaite en prolongation. 

 

Le vendredi 28 octobre, ils ont surpassé les Rebels au classement de la division centrale avec un gain de 5-2 à Red Deer.  Le lendemain, ils se sont amusés avec les Oil Kings à la nouvelle Place Rogers avec une victoire de 7-3.

 

Les Tigers sont l’équipe la plus productive de la Ligue de hockey de l’Ouest (WHL), ayant inscrit 71 buts en 15 matchs.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Plus dans cette catégorie :

Aller au haut