Voici mon échauffement d’avant-match.
 
La saison régulière 2016-2017 de la Ligue nationale de hockey (LNH) débutera le mardi 12 octobre.  Votre cher Raisin inaugure cette nouvelle saison de hockey en partageant quelques pensées avant ces premières mises-au-jeu.
 
Patrick Laine des Jets décoche un tir contre les Oilers d’Edmonton le vendredi 30 septembre 2016 au Centre MTS de Winnipeg (photo : Trevor Hagan, La Presse canadienne).
 
En misant sur le développement de ses joueurs espoirs, les Jets de Winnipeg sont une équipe très prometteuse.
 
En remportant quatre de leurs sept matchs d’exhibition cette saison, les partisans ont pu observer la finesse de leur relève : Patrick Laine, Kyle Connor et Josh Morrisey.
 
Ce ne sont pas, non plus, des petits joueurs.
 
Les Jets, après avoir terminé la saison régulière au 25e rang, furent l’équipe la plus chanceuse du repêchage d’entrée de 2016.  En remportant la deuxième sélection par un tirage au sort, le directeur général Kevin Cheveldayoff a choisi le grand ailier gauche finlandais Patrick Laine (1,93 mètre et 91 kilogrammes).  Selon les derniers rapports, Laine s’est taillé une place à la gauche du deuxième trio avec Bryan Little et Drew Stafford.
 
Connor, un Américain du Michigan qui mesure 1,85 mètre et qui pèse 80 kilogrammes, fut sélectionné dans la première ronde (17e au total) du repêchage d’entrée de 2015.  Il a été finaliste du prix Hobey Baker de 2015, un prix remis annuellement au meilleur joueur du championnat universitaire masculin de la National Collegiate Athletic Association (NCAA) aux États-Unis.  Connor jouera sur le troisième trio à la gauche du vétéran Mathieu Perreault et du jeune Joel Armia.
 
Morrisey, un défenseur gaucher originaire de Calgary (1,83 mètre et 84 kilogrammes), fut la 13e sélection au total du repêchage d’entrée de 2013.  Même si Winnipeg lui a accordé un contrat à deux volets en 2013, il a continué de jouer au niveau junior majeur avec les Raiders de Prince Albert.  Après avoir été échangé au Rockets de Kelowna en décembre 2014, il a mené son équipe à la finale de la Coupe Memorial de 2015 avec Leon Draisaitl, également un ancien des Raiders, qui joue présentement avec les Oilers.  Morrisey va joindre Mark Stuart sur la troisième paire défensive.
 
Les trois joueurs seront de la formation des Jets lors du match d’ouverture le jeudi 13 octobre contre les Hurricanes de la Caroline.   
 
En parlant de la formation des Jets, les prolongations de contrat accordés à Dustin Byfuglien (cinq ans, 38 millions $), Mark Scheifele (huit ans, 49 millions $) et Mathieu Perreault (quatre ans, 16,5 millions $) depuis le mois de février ont aminci l’espace sous le plafond salarial. 
 
Pourtant, les Jets sont présentement la quatrième équipe avec le plus petit budget.  Ils ont une formation de 24 joueurs, 44 contrats, une masse de 63,9 millions $ et un restant de 9,09 millions $ sous le plafond.  Cela représente une grosse marge de manœuvre pour le directeur général.
 
Il est donc surprenant de voir à quel point Cheveldayoff a été tranquille pendant la saison morte.  Il n’a ajouté que les attaquants Shawn Matthias (deux ans, 4,25 millions $) et Brandon Tanev (un an, 874,125 $) à sa formation.  Ce sont encore des « gros six pieds » : le premier mesure 1,93 mètre et 105 kilogrammes, tandis que le dernier mesure 1,83 mètre et 82 kilogrammes.
 
Bien que les Jets représentent une des formations les plus lourdes du circuit Bettman, ils jouent aussi dans une des divisions les plus robustes et les plus concurrentielles.  Même s’ils se sont qualifiés pour les séries éliminatoires en 2015, ils ont terminé au fond de la division centrale l’an passé en compilant 21 points de moins au classement par rapport à la saison précédente.
 
En plus de la récente controverse qui entoure le défenseur Jacob Trouba (il a demandé un échange), il y a aussi des ennuis devant le filet.
 
En 2014-2015, les Jets se sont classés neuvième dans la LNH pour le meilleur pourcentage d’arrêts en équipe à cinq contre cinq (92,81 %).  L’année passée, ils ont chuté au 23e rang (92,04 %).
 
Le gardien Ondrej Pavelec, un vétéran, est en grande partie responsable.  En 2014-2015, dans la situation de jeu à cinq contre cinq, il a connu un pourcentage d’arrêt de 93,0 % et une moyenne de buts alloués de 1,36 en 50 présences.  Après 33 matchs la saison passée, ses taux ont baissé à 91,84 % et 1,70 buts.
 
Malgré les difficultés de Pavelec devant la cage, la relève était forte.  La grande recrue Connor Hellebuyck (1,93 mètre et 94 kilogrammes) a réussi un pourcentage d’arrêts de 93,89 % et une moyenne de buts alloués de 1,23 en 26 départs (toujours à cinq contre cinq).  Ses performances lui ont mérité le poste de gardien partant sur l’équipe de l’Amérique du Nord à la Coupe du monde de hockey 2016.
 
Avec plus de départs cette saison, espérons que Hellebuyck, étant entouré de son club jeune et lourd, pourra propulser les Jets de nouveau en séries.
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Plus dans cette catégorie :

Aller au haut