Voici mon échauffement d’avant-match.

La Coupe du monde de hockey 2016 aura lieu du 17 septembre au 1 octobre, tandis que la saison régulière 2016-2017 de la Ligue nationale de hockey (LNH) débutera le mardi 12 octobre.  Votre cher Raisin inaugure cette nouvelle saison de hockey en partageant quelques pensées avant ces premières mises-au-jeu.

Brad Treliving en conférence de presse le 11 avril 2016 (crédit : Larry MacDougal / Presse canadienne).

 

Les Flames de Calgary sont effectivement dans leur quatrième année d’une restructuration qui a débuté avec l’ancien directeur général Jay Feaster.

Pendant la saison morte, le directeur général actuel, Brad Treliving, a eu l’occasion de mener sa propre restructuration.  Treliving était offert son poste en avril 2014.

En 2014-2015, lors de sa première année à Calgary, les Flames se sont qualifiés pour la deuxième ronde des séries éliminatoires.  Pourtant, sa deuxième année (la saison passée) fut désastreuse.  

Les Flames ont connu un départ difficile avec deux victoires à leurs 11 premiers matchs.  Sur l’année, ils ont connu une fiche de 35 victoires, 40 défaites en temps règlementaire et sept défaites en prolongation.

L’entraineur-chef Bob Hartley et ses adjoints, embauché par Feaster en mai 2012, ont connu de la misère avec les unités spéciales.  Les Flames se sont classé au 30e rang en infériorité numérique et au 22e rang pour l’attaque massive. 

Évidemment, les entraineurs sont responsables pour la performance des leur équipe.  Treliving les a donc remerciés pour leurs quatre années de service.

Pour remplacer ses entraineurs, Treliving a embauché du personnel selon ses propres préférences.  Glen Gulutzan (ancien entraineur-adjoint des Canucks) agira comme entraineur-chef, tandis que Paul Jerrard (ancien entraineur-chef des Comets de Utica) et Dave Cameron (ancien entraineur-chef des Sénateurs d’Ottawa) seront ses adjoints.  Ces deux derniers s’occuperont de l’infériorité numérique et de l’attaque à cinq, respectivement.  Ensembles, ils implémenteront des nouveaux systèmes de jeu qui s’accorderont avec le style de hockey voulu par Treliving. 

Pourtant, Bob Hartley avait été abandonné par ses gardiens de but. 

Même si les Flames se sont classé au dixième rang de la LNH pour le plus grand nombre de buts-pour (229) dans tous les situations de jeu, ils ont également alloué le plus de buts-contre (257) et la pire moyenne de buts accordés (3,13 buts par match).

Dans la LNH contemporaine, un bon gardien de but devrait arrêter 92 % des tirs-contre.  L’année passée, le gardien de but partant, Jonas Hiller, en a arraché avec un pourcentage d’arrêts de 87,9 % en 26 présences.  Karri Ramo et Joni Ortio s’en ont sorti légèrement mieux avec 90,9 % en 37 matchs et 90,2 % en 22 matchs, respectivement.

Les trois gardiens valaient très chers avec 8,52 millions de dollars sous la masse salariale (11,9 % du cap).  En comparaison, les 30 équipes de la LNH ont dépensé 6,5 millions de dollars (9,1 % du cap) en moyenne pour leurs « goaleurs ».

Donc, après s’être débarrassé de ses entraineurs, Treliving a déblayé son demi-cercle.

Le directeur général a acquis Brian Elliott des Blues de Saint-Louis en échange pour son choix de deuxième ronde en 2016 (35e au total) et de son choix conditionnel de troisième ronde en 2018. 

L’an passé, Elliott a réussi un pourcentage d’arrêts de 93,0 % et une moyenne de buts alloués de 2,07 en 42 présences.  En séries éliminatoires, il a bloqué 92,1 % des tirs-contre et il a cédé une moyenne de 2,44 buts avec une fiche de neuf victoires et neuf défaites.  Il profitait d’une excellente brigade défensive devant lui.

Le vétéran Elliott a joué sept saisons complètes dans la LNH.  Vu qu’il joue la moitié des matchs de son club (une moyenne de 50,5 % des départs), il connait son meilleur hockey lorsqu’il partage ses devoirs dans un tandem de gardiens.

Pour combler ce besoin, Treliving a signé le joueur autonome Chad Johnson (né à Saskatoon, mais originaire de Calgary).  

Johnson est en sa troisième saison dans la LNH.  La saison passée, avec les Sabres de Buffalo, il a réussi un pourcentage d’arrêts de 92,0 % et une moyenne de buts alloués de 2,36 après 45 départs.  Ce sont des statistiques considérables dans les circonstances, car la défense des Sabres connaissait de la misère.  Ils se classaient au quatrième rang des clubs qui allouaient le plus de tirs-contre à cinq contre cinq (1 990 tirs) et leur taux Corsi par 60 minutes se classait au cinquième rang des pires formations.

Ensembles, le tandem vaut 4,2 millions de dollars (5,75 % du cap).  Les deux joueurs sont tous les deux sous contrat pour un an.

Âgés de 31 ans et 30 ans, Elliott et Johnson sont aussi au sommet de leurs formes. 

En somme, Treliving a répondu à des besoins flagrants des Flames.  J’ai bien hâte de voir les nouveaux systèmes de jeu des entraineurs pour améliorer les unités spéciales.  Je m’impatiente pour suivre ce nouveau tandem devant la cage.  

Malgré cela, je me pose toujours des questions au long terme, surtout dans les buts.  Il faut donc croire que la restructuration reste inachevée, ou du moins, elle prend un nouveau tournant.  Ce sont réellement les premiers efforts du nouveau directeur général de façonner l’équipe à son image.

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Plus dans cette catégorie :

Aller au haut