Voici mon attaque à cinq.

Brent Burns des Sharks effectue une passe contre Brian Dumoulin le samedi 4 juin 2016 (photo : Christian Petersen / Getty Images).

Chaque semaine, j’offre une perspective du hockey pour les francophones de l’Ouest.  Mon attaque à cinq, qui fait référence à un avantage numérique en situation de jeu, met en lumière cinq actualités qui ont marqué le cours de ma semaine. La voici!

1. Jouer sur ses talons

Lors du troisième match de la finale de la Coupe Stanley le samedi 4 juin, les Penguins de Pittsburgh ont réussi 42 tirs sur le gardien adverse, Martin Jones, et ils n’ont permis que 26 tirs sur leur gardien, Matthew Murray.  Une performance offensive impressionnante?  Pas nécessairement.  La troupe du capitaine Sidney Crosby a bloqué 38 tirs des Sharks de San Jose, dont 16 en troisième période, alors qu’ils ont l’habitude de bloquer 17,5 tirs par match en moyenne (lors des deux premiers matchs de la série) ou bien 16,4 par match (pendant les trois premières rondes des séries éliminatoires).  Cela parait pire en voyant que Brent Burns des Sharks a réussi 17 tentatives à lui seul (12 ont été repoussés, dont 8 en forces égales), que son équipe a bloqué 22 tirs et qu’ils ont enregistré trois tentatives de tirs au but de plus (79-76) ainsi que 7 départs en zone adverse de plus (29-22).  Cela indique que les hommes de Mike Sullivan ont passé trop de temps dans leur zone défensive, ce qui a permis à leur adversaire d’effectuer une remontée de deux buts pour clore la partie en prolongation.

2. Le retour du  « Capitaine Kirk »

Après un exile de cinq ans, Kirk Muller retournera chez le Canadien à titre d’entraineur associé.  Cette embauche représente un grand coup pour le directeur général Marc Bergevin, car Muller a déjà été entraineur-chef dans la Ligue nationale de hockey et il entretenait des offres de certaines équipes.  En tant qu’associé, Muller aura plus d’autorité que les entraineurs adjoints Jean-Jacques Daigneault, Daniel Lacroix, Clément Jodoin et Stéphane Waite.  L’arrivée de Muller mettra de la pression sur Therrien, car Bergevin vient d’acquérir un candidat de premier plan si jamais il décide de changer d’entraineur-chef.

3. Des bouchées doubles

L’embauche de Muller devrait redresser deux aspects du Tricolore, en panne depuis le départ de Gérard Gallant en 2014-2015. Premièrement, il devra améliorer l’attaque massive qui a terminé la saison avec 16,2 % (25e rang).  Muller connait beaucoup de succès dans ce domaine, car il s’occupait du jeu de puissance des Blues, qui a connu une efficacité de 22,3 % (4e rang) en 2014-2015 et 21,5 % (6e rang) en 2015-2016, en plus de celui du Bleu Blanc Rouge entre les années 2006 et 2011 (Tableau A).  Il devra aussi rétablir des relations étroites entre les joueurs et l’entraineur-chef.  Reconnu comme un communicateur hors pairs, Muller devra s’assurer que les messages sont bien compris entre les entraineurs et les joueurs.

4. Un jeu plus complexe

Avec un entraineur-chef, un entraineur associé et quatre entraineurs adjoints, il manque de place sur le banc du CHC.  En fait, un des entraineurs adjoints devra céder sa place pour Muller sur le banc et assister aux matchs de la galerie de presse.  Ceci est un symptôme de la façon dont le personnel de soutien continue de gonfler dans l’ère de la masse salariale.  On est loin des années où ça prenait seulement un entraineur-chef pour s’occuper de la stratégie, des pratiques et des alignements, ainsi que deux entraineurs adjoints pour gérer le vestiaire (un pour les attaquants, l’autre pour les défenseurs).  C’était le cas en 2008-2009, quand les Penguins avaient remporté la Coupe Stanley avec seulement Dan Bylsma, Tom Fitzgerald et Mike Yeo derrière le banc.

5. Une première Coupe d’Afrique de hockey?

Du 24 au 31 juillet 2016, les patinoires de Rabat et de Casablanca au Maroc vont accueillir les Aigles de Carthage de Tunisie, les Anubis et les Pharaons d’Égypte, les Corsaires d’Alger, les Bears de Casablanca et les Capitals de Rabat.  Selon Robert Frosi de Radio-Canada, ce projet représente le rêve de trois frères montréalais d’origine marocaine qui remonte jusqu’à 2005.


Tableau A : l’efficacité de l’avantage numérique avec l’entraineur Kirk Muller de 2006 à 2016
 
  2006-2007
(MTL)
2007-2008
(MTL)
2008-2009
(MTL)
2009-2010
(MTL)

2010-2011
(MTL)

2011-2012
(CAR)
2012-2013
(CAR)
2013-2014
(CAR)
2014-2015
(STL)
2015-2016
(STL)
Pourcentage 22,8 24,1 19,3 21,8 19,7 16,7 14,5 14,6 22,3 21,5
Rang 1 1 13 2 7 20 27 28 4 6
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Plus dans cette catégorie :

Aller au haut