Voici mon attaque à cinq.

Chaque semaine, j’offre une perspective du hockey pour les francophones de l’Ouest.  Mon attaque à cinq, qui fait référence à un avantage numérique en situation de jeu, met en lumière cinq actualités qui ont marqué le cours de ma semaine. La voici!

La commissionnaire de la Ligue canadienne du hockey féminin, Brenda Andress, présente la Coupe Clarkson à la capitaine de l’Inferno de Calgary, Brianne Jenner, le dimanche 13 mars à Ottawa (Photo : Justin Tang / La Presse canadienne)

1. Une première pour l’Ouest

Le 13 mars passé, l’Inferno de Calgary a passé à l’histoire en défaisant les Canadiennes de Montréal par la marque de 8-3 au Centre Canadian Tire d’Ottawa.  Blayre Turnbull, Brianne Jenner, Jessica Campbell et Rebecca Johnston ont inscrit deux filets chacune pour l’Inferno, tandis que Marie-Philip Poulin, Noemie Marin et Kim Deschenes ont compté les trois buts des Canadiennes.  La gardienne de but Delayne Brian de l’Inferno a repoussé 38 tirs, tandis que Charline Labonté des Canadiennes a fait face à 25 tirs.  Haley Wickenheiser, qui vient de remporter les honneurs de tous les niveaux du hockey féminin, pensait à ses coéquipières suite à la victoire : « Je pensais à ces joueurs.  On a une policière, une enseignante, une avocate et remporter un championnat de la sorte, ça leur revêt beaucoup d’importance.  C’est la raison pour laquelle cette ligue est si importante ».  Malgré leur défaite, les Canadiennes ont participé dans six des huit finales, ayant remporté le trophée trois fois.

2. Le mouton noir

En plus de la Coupe Clarkson, il y a un autre honneur qui préoccupe les Albertains, spécialement les partisans des Oilers.  Je me réfère bien sûr au trophée Calder, un prix remis annuellement à la recrue de l’année de la LNH.  Connor McDavid (Oilers), Artemi Panarin (Blackhawks), Jack Eichel (Sabres), Dylan Larkin (Red Wings), Max Domi (Coyotes) et Shayne Gotisbehere (Flyers) sont tous des candidats, mais d’après Andrew Berkshire de SportlogiQ, la course se résume réellement aux deux premiers joueurs.  Panarin est le meilleur buteur et pointeur de toutes les recrues sur l’année avec 25 buts et 37 passes, tandis que McDavid se classe septième au chapitre des points.  Donc, pourquoi considérer McDavid?  Même si ce dernier ne peut jouer qu’un maximum de 45 matchs (un peu plus de la moitié du nombre de matchs joués par les autres candidats), il mène tous les autres au chapitre des chances de marquer sur le but, les passes dans l’enclave et les passes en attaque (tous à forces égales par 20 minutes de jeu).  À ce rythme, McDavid pourra terminer la saison avec 48 points en 45 matchs (1,07 point par match), tandis que Panarin aura 74 points en 80 matchs (0,93 point par match).  L’écart est plus grand à cinq contre cinq, grâce aux 37 points en 45 matchs (0,82 point par match) pour McDavid et 52 points par 80 matchs (0,65 point par match) pour Panarin.  McDavid déclenche des tirs plus dangereux avec 35,8 % de ses tirs dans l’enclave contre 12,7 % pour Panarin, même si ce dernier a plus de chances de marquer par 20 minutes (5,9 contre 4,65 chances).  Malgré sa saison raccourcie, ses compagnons de trio moins talentueux et son déficit d’âge (Panarin est âgé de cinq ans de plus), McDavid se démarque comme un joueur hors pair dans la LNH.

3. Retenter l’expérience au centre

Alex Galchenyuk des Canadiens vient de réussir 11 buts et une passe en huit matchs avec le Tricolore, dont trois matchs de suite avec deux buts, ce qui lui rend le pointeur le plus productif de la ligue depuis le 24 février.  Avec 13 matchs qui restent sur la saison, il devrait atteindre, sans ennuis, le plateau des 30 buts pour la première fois de sa carrière.  C’est tout un accomplissement pour le jeune de 22 ans qui, en raison des nombreuses blessures dans l’alignement, a saisi sa chance au pivot du capitaine Max Pacioretty et l’ailier droit Sven Andrighetto au sein du premier trio.  En plus de lui accorder du temps de glace supplémentaire, l’état-major du Bleu blanc rouge lui fait confiance sur la première unité de l’attaque massive, un scénario où il avait l’habitude de suivre sur le banc.  Ses performances ne seront probablement pas assez pour propulser le Tricolore en séries éliminatoires, car ils affichent un retard de neuf points sur les Red Wings au dernier poste de repêchage.  Par contre, les partisans ont droit de s’emporter, peu importe si « Chucky » joue au centre ou à l’aile.

4. Le jeu de possession s’est amélioré

À la date limite des transactions, le directeur général Brad Treliving des Flames a exporté l’ailier droit David Jones et le défenseur Kris Russell.  Effectivement, ce sont les deux joueurs avec les pires statistiques de possession de rondelle (des pourcentages Corsi de 43,2 et 43,62, respectivement, ou bien -5,88 et -5,58 relativement à l’équipe).  Todd Cordell, un blogueur pour les Flames, a remarqué que, pendant les 60 matchs qui précédaient les transactions, les hommes de l’entraineur-chef Bob Hartley n’ont contrôlé que 47,6 % des tirs tentés et 49,3 % des chances de marquer à forces égales.  Suite aux transactions, Calgary était en possession de 50,8 % des tirs tentés et 50,9 % des chances de marquer.  L’échantillon est toujours mince avec seulement sept parties de jouées, mais les transactions semblent avoir amélioré cet aspect du jeu.

5. La rivalité ENMAX

La saison de 72 parties achève dans la Ligue de hockey de l’ouest (WHL), où il ne reste que deux ou trois matchs à jouer par équipe, et les luttes sont serrées pour le classement.  Les Rebels de Red Deer, classé troisième dans la Division de l’Est, et les Hurricanes de Lethbridge, classé deuxième dans la même division, se sont affrontés la fin de semaine passée lors de deux matchs collés.  Le vendredi soir, au Centrium ENMAX de Red Deer, les Hurricanes ont cassé la séquence de cinq victoires consécutives des Rebels avec un score de 6-1.  Le prochain soir, les Rebels leur ont joué le même tour, cette fois au Centre ENMAX de Lethbridge.  La défaite des Hurricanes leur ont coûté la première place dans la division, qui se retrouve présentement à quatre points des Wheat Kings.  Pourtant, le combat n’est pas terminé.  Les Rebels sont à trois points de Lethbridge avec un match en main.

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Plus dans cette catégorie :

Aller au haut