Imprimer cette page

Initiation aux arts dramatiques pour les ainés

ainesLe théâtre, ce n’est pas une question d’âge, c’est plutôt un état …d’âme. Encourager les personnes âgées à sortir de leur zone de confort, c’est le défi que s’est lancé la Fédération des ainés franco-albertains (FAFA) autour de plusieurs ateliers  d’initiation aux arts dramatiques. Rencontre avec tous les protagonistes d’une belle histoire!

 

Un jeudi soir, au manoir St-Thomas, à Edmonton, une trentaine d’ainés s'adonne  non pas à une partie de cartes, ou bien encore à des mots croisés; mais bel et bien à jouer au théâtre. Ce projet, financé par le Ministère de Patrimoine canadien, donne une occasion unique à des personnes âgées de sortir de l’isolement et de la solitude rencontrés parfois dans les maisons de retraite et certaines communautés rurales.

C’est par l’entremise de deux professeurs aguerris, Gilles Denis, ancien professeur de théâtre en école d’immersion et André Roy, tous deux animateurs des parties pédagogiques, que les ainés peuvent s’approprier des textes. C’est sous forme de petites scénettes écrites par l’auteure France Levasseur-Ouimet que les ainés deviennent le temps d’un soir comédiens.  Ces textes ont été écrits pour la plupart « sur mesure » puisqu’ils traitent de sujets délicats et personnels. Car vieillir après tout, c’est une histoire personnelle. Le corps change, le regard des autres aussi parfois, mais certainement pas la personne que l’on est profondément. Ces ateliers permettent donc de faire un joli pied de nez aux idées reçues sur la vieillesse.  

 

Il n’y a pas d’âge pour faire du théâtre, au contraire. Et ces ateliers d’initiation aux arts dramatiques permettent donc d’exprimer les peurs et les défis que peuvent accompagner la vieillesse ou encore les échanges parfois complexes entre les hommes et les femmes. C’est sous forme de cercle que les 30 ainés ont commencé à lire des textes jeudi soir et faire quelques exercices d’échauffement. Comme l’explique André Roy, « il faut se dégêner ».

 

Comédien de profession pendant près de 51 ans, il seconde Gille Denis dans cette démarche d’extériorisation. Aujourd’hui, ces deux comédiens chevronnés mettent leurs talents au service des ainés : « On fait des exercices sur comment s’exprimer face à l’autre, avec joie, avec peine … des exercices de respiration aussi ». C’est le deuxième atelier qui est organisé, afin d’encourager des activités culturelles en français au sein des communautés rurales et des établissements pour personnes âgées.

 

Bientôt une tournée est prévue dans les régions afin de présenter la pièce Prends mes yeux tu vas voir, écrite par France Levasseur-Ouimet et jouée par Gilles Denis, André Roy et Thérèse Dallaire.

 

Ce spectacle est une belle occasion de parler de la vieillesse avec justesse, humour et délicatesse. Un bon moment aussi pour visiter les petits coins francophones à travers la province. D’après Gilles Denis, c’est aussi le moyen de transmettre un message, celui « d’amener les vieux à aller au-delà de leur zone de confort, d’accepter de vieillir en dignité… et de voir les beautés en dépit des maladies… on doit prendre l’offensive pour jouir de nos ainés quand ils commencent à vieillir ».  Le message le plus important selon lui, c’est l’espoir : « Avoir droit à ses petits moments de bonheur », avance t-il, c’est écrit dans la pièce. Il va plus loin : « Il faut valoriser le passé si on veut vraiment créer un avenir qui a du sens… ». Un message significatif pour la jeunesse, afin de comprendre l’importance du rôle des ainés et de reconnaitre leur place dans une société trop souvent régie par les dictas de la jeunesse et de la beauté.

 

Cette pièce sera bientôt en tournée et présentée à St-Isidore, Falher, Plamondon et Bonnyville pour les jeunes, comme pour les plus vieux, du 20 novembre jusqu’à la mi décembre.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)