Chaque semaine, j’offre une perspective sur le hockey pour les francophones de l’Ouest.  Mon attaque à cinq, qui fait référence à un avantage numérique en situation de jeu, met en lumière cinq actualités qui ont marqué le cours de ma semaine. La voici!

 

Une nouvelle image

Pour commencer la nouvelle saison de hockey, certaines équipes de la Ligue canadienne de hockey féminin (LCHF) ont dévoilé de nouveaux noms, de nouveaux emblèmes et de nouveaux gilets pour leurs franchises.  Les Stars de Montréal ont été rebaptisées « les Canadiennes », une référence directe à une équipe féminine des années 1930. Le logo sur leurs uniformes illustre  la Sainte flanelle avec un nouvel emblème qui incorpore le « C » du Canadien et l’étoile stylisée des Stars.  Les Furies de Toronto ont dévoilé un nouvel emblème qui représente mieux leur attachement aux Maple Leafs et la ville de Toronto. L’Inferno de Calgary, qui portait les couleurs des Flames depuis 2013, aura un nouveau logo, qui remplacera le mot « Calgary » sur le devant de leur uniforme.

Ça prend un nouveau chef

Lors des matchs d’exhibition, les équipes de la ligue nationale de hockey (LNH) ont tenu leurs premiers essais avec le nouveau format de prolongation à trois contre trois.  Voici quelques observations : Premièrement, le format fonctionne bien pour déterminer un gagnant. Dans la majorité des cas, une équipe réussit à trouver le fond du filet dans le délai alloué de cinq minutes.  Deuxièmement, le but vainqueur est normalement le résultat d’une échappée ou d’une situation de surnombre.  Troisièmement, il est très difficile d’effectuer des changements sur la glace.  Étant donné que les jeux de transition sont très rapides, les joueurs risquent d’être fatigués ou hors de leur position, surtout si leur équipe ne possède pas la rondelle.  Pour mieux se préparer, certaines équipes, dont les Blues, conçoivent un nouveau poste d’entraineur-adjoint pour répondre à ces défis.

 

Morinville tient son souffle

L’ailier gauche originaire de Morinville, Bryce Van Brabant, âgé de 23 ans, tente de craquer l’alignement des Flames alors que camp d’entrainement tire sa fin.  Le 14 juillet, il a accepté un contrat d’un an à deux volets de 874 125 dollars.  Reconnu pour sa robustesse, le grand de près de deux mètres pesant 93 kilos, veut améliorer son jeu pour devenir un joueur plus complet.  Pendant l’été, il s’est entrainé avec l’ancien joueur Gary Roberts pour travailler sa force, sa vitesse et sa souplesse : « C’est du réglage minutieux: Être plus fort dans les situations délicates et être plus explosif ».  Van Brabant a marqué 15 points et obtenu 54 minutes de pénalité en 52 matchs avec les Flames d’Adirondack la saison dernière.  De 2008 à 2011, il a joué dans la catégorie junior pour les Saints de Spruce Grove avant de passer au hockey universitaire de 2011 à 2014 avec les Bobcats de Quinnipiac.  

 

« Un joueur élite », selon Connor McDavid

Le joueur russe Anton Slepyshev s’est démarqué parmi les nombreux choix de première ronde lors du camp de développement des Oilers.  Relativement peu connu en Amérique du Nord, l’ailier gauche de 21 ans a joué trois saisons dans la ligue continentale de hockey (KHL) avec l’équipe Salavat Ioulaïev Oufa.  Le 27 mai, il a signé son contrat d’entrée de 925 000 dollars par année sur trois ans avec Edmonton.  Mesurant 1,89 mètre et pesant 85 kilos, il a eu la chance de jouer sur le trio de Connor McDavid et de Leon Draisaitl pendant les derniers matchs à Winnipeg et à Saskatoon, même si les trois joueurs sont gauchers.  Accèdera-t-il l’alignement du grand club?  « En ce moment, il [pousse les autres joueurs dans le dos] et c’est tout ce qu’on peut espérer », répond l’entraineur-chef Todd McLellan.

 

Le renfort

Cet été, les Jets ont décidé de ne pas renouveler le contrat des agents libres Jim Slater, Lee Stempniak, Jiri Tlusty et Michael Frolik, ce qui libère quatre postes pour la relève.  La profondeur du système des Jets est bien évidente—tenez, par exemple, les attaquants Nikolaj Ehlers (aile gauche/droite), Brendan Lemieux (aile gauche), J. C. Lipon (aile droite), Chase de Leo (centre), Andrew Copp (centre) et Nic Petan (centre), qui ont tous de l’expérience dans des compétitions internationales.  Selon l’entraineur-chef Paul Maurice, les sélections sont difficiles : « Chaque soir, les différentes apparences et les différents styles des joueurs seront pris en compte ».

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Plus dans cette catégorie :

Aller au haut