Voici mon attaque à cinq :

 

Dans les traces de Bob Gainey et de Larry Robinson

Bien que David Desharnais soit le seul joueur francophone dans l’enlignement du Canadien, Max Pacioretty et P. K. Subban ont démontré leurs prouesses dans la langue de Molière durant leurs récentes conférences de presse.  Lorsque Pacioretty fut nommé le 29e capitaine du Tricolore, il constate : « Je prends des cours depuis un an et il est évident que l’annonce d’aujourd’hui me motivera à en faire encore plus ».  On doit noter que l’organisation met à la disposition des joueurs motivés un professeur privé qui les accompagnent.  À ce chapitre, Subban a une bonne longueur d’avance : « Apprendre le français a toujours été un effort constant pour moi… J’apprends avec un tuteur, deux fois par semaine ».  Au délire des partisans et des journalistes, ces jeunes leaders se feront le devoir de parler de façon régulière le français.

 

Le stratagème

Au baseball des ligues majeures, l’expression « Moneyball » réfère à une stratégie de recrutement qui tente de contrer le pouvoir d’achat astronomique des clubs les mieux nantis.  Est-ce pareil au hockey?  Prenez l’exemple des récentes acquisitions d’Alexander Semin et de Tomas Fleischmann par le Bleu-Blanc-Rouge, ou bien de Pierre-Alexandre Parenteau par les Maple Leafs.  Ce sont effectivement des joueurs mis de côtés qui cherchent à rétablir leur juste valeur avec une autre formation.  Mais que recherchent les dirigeants?  En quelques mots, ces derniers recherchent un maximum de retour par rapport au coût—tant pour le succès de l’équipe que par le biais d’une transaction.  Voilà la nuance dans l’ère du cap salarial, tous les clubs de hockey même les plus riches, se servent de ce stratagème, car ils ont tous principalement le même pouvoir d’achat.

 

La responsabilisation

La saison dernière, David Perron a déclaré aux médias qu’il y avait un manque de sens des responsabilités dans l’organisation des Oilers tant chez les joueurs, que les entraîneurs et les dirigeants. Cela expliquerait en partie leur mauvais rendement durant la saison.  Bien qu’il fût expédié aux Penguins, il avait possiblement raison.  Le 18 septembre passé, lors d’une pratique tenue au Centre de récréation de Leduc, le nouvel entraîneur Todd McLellan est revenu aux fondements du jeu.  « Tout de suite en arrivant, Todd voulait mettre en œuvre la responsabilité», explique l’ailier Ted Purcell.  Ce dernier a  été claire, en ajoutant : « Il n’y aura pas de jours de congé et personne ne pourra tourner autour du pot ».

 

« Le Capitaine » sera le mieux rémunéré

Bien qu’il lui reste toujours un an sur son contrat actuel, les Flames ont négocié une nouvelle entente de six saisons avec le défenseur Mark Giordano pour l’ancrer à Calgary jusqu’en 2022.  Le nouveau contrat lui rapportera 40,5 millions $, dont 6,75 millions $ par année.  Avant de se blesser au tendon du biceps au mois de février dernier, le grand 6’0” et 203 livres se classait deuxième chez les défenseurs du circuit avec 47 points en 61 matchs, ce qui lui rendait un candidat favori pour le Trophée Norris.  Giordano débutera sa dixième saison avec les Flames ce mercredi 7 octobre.

 

Le débat entoure les poignets

Todd Ewen, un ancien bagarreur de 6’3” et de 230 livres, s’est suicidé à l’âge 49 ans.  Originaire de Saskatoon, « The Animal » a joué 518 matchs et 11 saisons avec St-Louis, Montréal, Anaheim et San Jose.  En carrière, il a accumulé 36 buts, 40 assistes, 150 bagarres  et 1 911 minutes de punition.  Sa famille a révélé qu’il était aux prises avec des problèmes de dépression depuis de nombreuses années, tout comme les hommes forts Wade Belak, Derek Boogaard et Rick Rypien qui, eux aussi, ont mis fin à leurs jours en 2011.  Malgré cette mort tragique, le nom et la mémoire de Todd Ewen restera gravée à jamais sur la Coupe Stanley de 1993.

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Plus dans cette catégorie :

Éléments similaires (par tag)

Aller au haut