Voici mon attaque à cinq :

 

Ce n’est qu’un au revoir

La saison des Canadiens a pris fin en deuxième ronde après une série de six matchs.  À leur dernier affrontement contre le Lightning, les hommes de Michel Therrien ont accordé deux buts en deuxième tiers et ils n’ont pu effectuer une remontée.  Au niveau des statistiques, le match était plus serré qu’il ne le semblait, même si le Tricolore paraissait essoufflé :

 

 

Tirs au but

Tirs manqués

Chances de marquer à forces égales

Corsi-pour à forces égales

Avantage numérique

Buts marqués

Match

5

6

5

6

5

6

5

6

5

6

5

6

Canadiens

29

19

16

10

18

23

49

35

0/3

0/2

2

1

Lightning

25

28

10

7

24

19

46

37

0/0

1/2

1

4

 

 

Cet été, Marc Bergevin, le directeur-général, tentera surement d’offrir un contrat pour Jeff Petry (agent libre sans restriction), Alex Galenchyuk (agent libre avec restriction) et Torrey Mitchell (agent libre sans restriction).  Il devra néanmoins redresser des lacunes à l’attaque.

 

Le gros jambon

Récemment, les médias ont critiqué Bergevin pour ne pas avoir trouvé un fameux « gros joueur de centre » pour son alignement.  On se demande si Galchenyuk pourrait se mesurer à cet égard, mais tenez compte des espoirs du club, dont Michael McCarron des Generals d’Oshawa.  Repêché 25e par le CHC en 2013, ce géant de 6’6” participera au Championnat de la Coupe Memorial dans quelques jours.  Il affiche neuf buts et neuf passes en 21 rencontres des séries éliminatoires de la Ligue de hockey de l’Ontario (OHL)—la ligue junior au plus haut calibre du monde.

 

Wernher von Draisaitl

En plus du Tricolore, les Oilers aussi font preuve d’un gros joueur de centre au championnat de la Coupe Memorial.  Leon Draisaitl mesure 6’1” et il accuse 10 buts et 18 passes en 19 rencontres pour les Rockets de Kelowna lors des séries éliminatoires.  Il est au sommet de la Ligue de hockey de l’Ouest (WHL) au chapitre des points.  J’ai bien hâte de suivre son progrès au Colisée de Québec entre le 22 et le 31 mai.

 

Finalement vainqueur

Pour les cinq dernières années, le Canada a subit des revers en quart de final lors du Championnat du monde de hockey.  Cette année, le Canada était parfait en 10 présences avec une victoire de 6-1 contre la Russie en finale.  « Nos gars voulaient vraiment gagner », racontait l’entraineur-chef Todd McLellan.  Le succès de l’entraineur aurait certainement influencé la décision des Oilers de l’embaucher en tant que 14e chef de leur histoire.  Lors du tournoi, celui que l’on surnomme « le professeur du hockey » a fait connaissance de ses futurs joueurs Taylor Hall et Jordan Eberle—ceux-ci ont connu 13 points (5 buts et 8 passes) et 12 points (7 buts et 5 passes) en 10 matchs, respectivement, sous sa tutelle.  N’oublions pas que McLellan a connu ses débuts dans la LNH sous Mike Babcock qui, en 2005, l’a sélectionné en tant qu’entraineur adjoint avec les Red Wings.

 

Un ajustement ou une préretraite?

Mercredi passé, Mike Babcock a signé une entente de 50 millions $ sur huit ans afin de devenir le 30e entraineur-chef des Maple Leafs.  En rapportant 6,25 millions $ par année, il est l’entraineur le mieux récompensé du circuit Bettman—le plus proche serait Joel Quenneville des Blackhawks à 2,75 millions $ par année.  Vu que les attentes sont basses pour les Maple Leafs, est-ce que Babcock redressera son club pour tailler une place en séries éliminatoires?  Ou profitera-t-il d’une diminution du niveau d’effort à seulement 82 matchs par saison?

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Plus dans cette catégorie :

Aller au haut