Voici mon attaque à cinq :

L’Université de Calgary accueille le Championnat de hockey féminin SIC 2015

Du 12 au 15 mars, les huit équipes de hockey féminin qui se sont qualifiées pour le Championnat du sport interuniversitaire canadien (SIC) se disputeront les honneurs au Centre Markin MacPhail. Parmi les équipes, on retrouve les Pandas de l’Alberta (championnes Canada-Ouest : 20-7-1 en saison régulière et 4-0 en séries) et les Dinos de Calgary (demi-finalistes Canada-Ouest : 14-9-5 en saison régulière et 2-2 en séries). Notez aussi les Aigles bleues de Moncton (finalistes Sport universitaire atlantique : 17-5-2 en saison régulière et 2-2 en séries) et leur défenseur franco-albertaine Manon Lamarre (dont j’ai fait le profil dans le Coin du Raisin #2).

La rivalité Montréal-Boston se poursuit

La Coupe Clarkson, nommée en honneur de l’ancienne gouverneure générale du Canada, Adrienne Clarkson, est la récompense suprême pour le hockey féminin… et non une coupe de cheveux. Offerte annuellement à l’équipe championne de la Ligue canadienne de hockey féminin (CWHL) et la Ligue féminine de hockey de l’Ouest (WWHL), ce sont les Blades de Boston qui l’ont emporté contre leurs rivaux, les Stars de Montréal, lors d’une victoire de 3-2 en surtemps le samedi 7 mars. Les Blades ont accédé en finale après avoir vaincu les championnes de l’an passé, les Furies de Toronto, tandis que Montréal a blanchi l’Inferno de Calgary pour deux matchs consécutifs. « C’est le but le plus important de ma vie », constate Janine Weber, auteure du but gagnant des Blades.  C’est la deuxième fois en trois ans que les Blades remportent la coupe en finale contre les Stars.


Des Franco-Albertaines sur l’équipe Américaine?

Monique Lamoureux des Blades de Boston fut nommée la meilleure défenseur du championnat Coupe Clarkson 2015. Si le nom vous semble familier, vous avez une bonne mémoire : avec sa sœur jumelle, Jocelyne, elles ont mérité la médaille d’argent aux Olympiques de Sotchi pour les États-Unis. Même si elles ont grandi à Grand Forks au Dakota du Nord, leur père, Jean-Pierre, est originaire de Lamoureux, Alberta (un hameau qui porte le nom de leur ancêtre sur la rive opposée de Fort Saskatchewan). « Nos grands-parents sont francophones… Nous avons toujours un chalet familial en Alberta et nous essayons d’y aller au moins une fois par été », raconte Jocelyne.

Les Lamoureux de Lamoureux

Jean-Pierre Lamoureux a évolué en tant que gardien de but à l’Université du Dakota du Nord de 1979 à 1983. Ensemble avec son épouse Linda, ils ont élevé une famille dont six enfants font carrière dans le hockey professionnel. En plus des jumelles Monique et Jocelyne, le frère ainé, Jean-Philippe, est gardien de but pour le VSC EC en Autriche. Jacques a joué pour les Aces d’Alaska de la Ligue de hockey de la Côte Est (ECHL), tandis que Mario joue présentement pour les Mallards de Quad City de la Ligue de hockey de la Côte Est(ECHL). Pierre-Paul a joué pour les Rebels de Red Deer de 2004 à 2007 avant de devenir entraîneur adjoint pour l’Université du Dakota du Nord.

La fierté de Bonnyville

Lorsque le Wild a perdu des joueurs en raison de blessures, ils ont rappelé en renfort Justin Fontaine, 27 ans, que l’équipe a signé l’an passé en tant qu’agent libre. L’impact fut immédiat : à ses derniers 10 matchs, l’ancien des Pontiacs de Bonnyville affiche quatre buts et trois passes, dont deux buts contre les Oilers à la Place Rexall le 20 février passé. « J’ai joué à Bonnyville quasiment toute ma vie, explique-t-il, et je n’ai jamais arrêté de travailler. Toute ma vie, j’avais l’objectif de me rendre dans la LNH et maintenant que je suis rendu, j’ai ressenti quelque chose de bien spécial ».

 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Plus dans cette catégorie :

Aller au haut