Voici mon attaque à cinq :

 

De « Penguins » à « Pingouins ».

Sidney Crosby a intérêt de pratiquer son français, car son équipe compte le plus grand nombre de joueurs francophones.  Au mois de janvier, Jim Rutherford a ajouté les noms de David Perron et Maxim Lapierre à ceux de Pascal Dupuis, Simon Després, Kristopher Letang et Marc-André Fleury, sans par ailleurs négliger les rumeurs qu’il cherche à se procurer l’attaquant Antoine Vermette des Coyotes.  Suite à son échange par les Oilers, Perron raconte : « C’était plaisant, j’avais hâte de jouer avec des Québécois ou des francophones pour ça. Cette année, c’était la première fois avec [le Franco-Ontarien] Benoit Pouliot, mais c’est encore plus intéressant ici puisqu’il y en a [plusieurs] ». Est-ce que cette nouvelle French Connection (je fais allusion aux Sabres de 1972-1979) inspirera les Fransaskois Blake Comeau (natif de Meadow Lake) et Derrick Pouliot (originaire de Estevan) à retrouver leur langue d’origine?

 

Une époque révolue

Après seulement sept présences avec les Blues, le légendaire Martin Brodeur, âgé de 42 ans, accroche ses patins pour de bon. Champion de trois coupes Stanley en 21 ans avec les Devils (ainsi que 17 présences en séries éliminatoires), il détient de nombreux records en tant que gardien de but. En saison régulière, il a joué 1 226 matchs et il a obtenu 691 victoires, 125 blanchissages, une moyenne de buts alloués de 2,24 et un pourcentage d’arrêt de 91,2 %. En séries éliminatoires, il a remporté 113 victoires contre 91 défaites, 24 blanchissages, une moyenne de buts alloués de 2,02 et un pourcentage d’arrêt de 91,9 %. En plus de ses quatre trophées Vézina, il est le seul gardien à avoir obtenu 40 victoires par saison pour huit saisons consécutives. « Je quitte le hockey avec un grand sourire que je n'aurais peut-être pas eu l'an dernier », a expliqué Brodeur, en français, lors de sa conférence de presse.

 

#MerciCarey

Lors de ses neuf prestances au mois de janvier, le gardien du Tricolore mène la ligue avec un pourcentage d’arrêts de 95,1 % et une moyenne de buts alloués de 1,22 − j’ai bien révisé les calculs.  Grâce en partie à son jeu sensationnel, l’équipe de Carey Price représente la formation qui accorde le moins de buts sur la saison avec 110 buts sur 49 matchs (cela représente une moyenne de buts alloués de 2,24). Ses derniers blanchissages contre les Rangers et les Capitals lui méritent le cinquième rang dans la franchise pour le nombre de blanchissages − ses 29 jeux blancs égalisent la marque de Patrick Roy (Price a réalisé cet exploit en 408 matchs au lieu de 551 pour Roy). Si la tendance se maintient, Price sera bien menaçant en séries éliminatoires.

 

Les spécialistes de la troisième période

Samedi dernier, les Flames accusaient un recul de 2-0 en troisième période contre les Oilers avant de réaliser une remontée spectaculaire de quatre buts sans réponse. Malgré l’effort de Jordan Eberle (1 but, 1 passe) en première période pour Edmonton, ce sont Lance Bouma (2 buts), Mikael Backlund (2 passes) et David Jones (2 passes) de Calgary qui se sont démarqués afin de sceller la victoire. Cette remontée suit une tendance : la formation calgarienne est au sommet de la ligue pour le plus de buts réussis (63) et le moins de buts alloués (32) en troisième période, alors que les Oilers n’ont remporté que 7 des 11 matchs où ils profitaient d’une avance de deux buts. Effectivement, le 31 décembre dernier, les Flames ont effacé une avance de 2-0 des Oilers, même si le match s’est décidé en prolongation.

 

Des statistiques numérisées

Ceux qui ont écouté le match des étoiles se rappelleront de l’expérimentation de la LNH avec de nouvelles technologies de suivi. Grâce à des puces électroniques placées dans les rondelles et dans les gilets, des experts ont tracé sur leurs plateformes électroniques la vitesse et la trajectoire de la rondelle, ainsi que le positionnement, le temps d’utilisation et la vitesse des joueurs. Cette manière automatisée de recueillir des données nous permet, en tant qu’amateur, de consommer le jeu de façon plus interactive.  John Collins, le Directeur des opérations de la LNH, a spécifié que le site web lnh.com intégrera ces nouvelles technologies à partir du mois prochain.  Les statistiques fines (dont les calculs Corsi, Fenwick et PDO) seront présentés en temps réel avec plus de rapidité, de fiabilité et de précision. Aussi, ces nouvelles données nous permettra de comparer des joueurs de différentes époques.  Avec nos données actuels, il est difficile de comparer un joueur comme Wayne Gretzky à un joueur comme Sidney Crosby en termes de vitesse, de positionnement, de son utilisation sur la glace, la puissance de ses tirs, etc.  Dans le futur, on pourra plus facilement comparer une supervedette du futur à Sidney Crosby grâce à ces nouvelles statistiques.

 

Photo : Michael Miller

 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut