Le coin du raisin : les 10 évènements marquants de 2014

Voici mon attaque à cinq

(pour une pénalité double-mineure) :

 

La génération dorée

Aux Olympiques de Sotchi, l’équipe canadienne masculine, formée d’une génération de joueurs qui ont contribué à cinq conquêtes consécutives du Championnat de hockey junior depuis 2005, a dominé le programme de hockey grâce à son jeu défensif hors pair (ils n’ont alloué que trois buts en six matchs).  Tout comme l’équipe masculine, l’équipe féminine a défendu sa place au sommet du podium depuis les Olympiques précédentes. Lors du match final, en prolongation, Marie-Philip Poulin a scellé la victoire suite à une remontée  extraordinaire qui nous a coupé le souffle.

 

Au service des partisans…

À court terme, la grève patronale du 16 septembre 2012 au 14 janvier 2013 a coûté cher aux propriétaires de la LNH. La ligue a donc introduit six − je dis bien six − grands évènements à l’extérieur afin de récupérer des fonds : la Classique héritage à Vancouver, la Classique hivernale à Ann Arbor (Michigan) et les Séries des stades à Los Angeles, New York, Chicago et Santa Clara (Californie).

 

 

La « Slurpee Cup »

Le 25 janvier 2014, la troisième édition de la Classique héritage de Saint-Jean s’est déroulée sur une patinoire de neige fondue alors qu’il faisait 7 degrés Celsius. La qualité de la glace causait tant d’ennuis aux joueurs que la partie a été raccourcie à deux périodes de jeu. La décision fut avantageuse aux Anciens − ils menaient 4-1 − alors que les Centurions se dessinaient une remontée. Il faut notamment souligner la performance de Justin Mahé qui a signé un fabuleux tour du chapeau. Ses prouesses au hockey lui ont été léguées par son grand-père, Antoine Mahé, qui portait les couleurs de Saint-Jean à l’époque du juniorat. Une superbe vidéo du match, préparée par Alexander Dufour, est disponible en ligne : http://vimeo.com/85991701

 

Le « Capitaine Canada » honoré

Le 12 avril, les Oilers ont terminé leur saison à domicile avec une victoire de 5-2 contre les Canucks. On se rappellera moins de la victoire que de la dernière apparition de Ryan Smyth à la Place Rexall. Cette partie fut son 1 270e match en carrière. En tant que joueur, on l’identifie tellement comme un Oiler : il fut le dernier morceau de l’équipe de 2006 − l’équipe qui s’est rendue jusqu’à la finale de la Coupe Stanley en 2006 − et on l’associe à une époque plus glorieuse qu’aujourd’hui... L’évènement a réchauffé le cœur de bien des partisans, même s’il n’a pu battre le record de franchise établi par Glen Anderson pour le plus grand nombre de buts comptés en supériorité numérique. Il a fièrement porté le « C » des Oilers pour la première fois − et la dernière − dans la LNH.

 

Une deuxième chance réussie

Après la défaite de 2012 au tournoi de la Coupe Memorial, bien des gens ont cru que les Oil Kings d’Edmonton avaient raté leur chance de mériter la gloire vu que certains joueurs clés quittaient le club pour débuter leurs carrières dans la LNH. Pourtant, le retour de Griffin Reinhart et les performances stupéfiantes de Tristan Jarry, Henrik Samuelsson, Curtis Lazar, Edgars Kulda et Ashton Sautner ont permis aux Oil Kings de lever la coupe le 25 mai. Ils ont remporté la finale 6-3 contre le Storm de Guelph.

 

L’ébullition tranquille

Étant la seule équipe canadienne à se tailler une place en séries éliminatoires, le Canadien a surpris le monde du hockey en battant les Bruins − les champions de la Coupe du Président − en deuxième ronde, avant de succomber face aux Rangers en six matchs. En chantant l’hymne national en dépit de ses soucis médicaux, Ginette Reno a porté chance au Tricolore. Bien que Carey Price fût spectaculaire entre les poteaux, son absence contre les Rangers a fait valoir une place à Dustin Tokarski. Le jeune noyau de l’équipe a su prendre de l’expérience. Ce fut notamment la deuxième fois en quatre ans que le CH se rend aussi loin en séries éliminatoires, alors qu’ils ont été éliminés en 2010 par les Flyers en finale de conférence.

 

Le règne de l’Ouest

Si les Rangers ont pu mettre fin à la croisade des Canadiens, ils affrontaient une équipe qui, pour la première fois de l’histoire, a décidé ses trois premières rondes lors du septième match. Pour la première fois depuis que les Yankees ont affronté les Dodgers en 1981, on a vu une finale opposant les villes de New York et Los Angeles. La machine de marketing de la LNH a eu de quoi se réjouir, car les cotes d’écoute ont plafonné aux États-Unis. Cette fois-ci, les joueurs de Darryl Sutter ont clos la série lors du cinquième match : Alex Martinez a marqué en deuxième période de surtemps pour graver le nom de son équipe sur la 121e présentation de la Coupe Stanley. En répétant l’exploit de 2012, ils ont repris leur bien.

 

Une nouvelle vision du jeu

La nouvelle entente entre Rogers et la LNH a transformé la manière de consommer le hockey au Canada. Hockey Night in Canada change de mains entre CBC et Sportsnet afin de présenter une plus grande sélection de matchs sur un plus grand réseau de canaux les samedis soirs. Les partisans francophones des Canadiens devront écouter TVA Sports les mercredis et les samedis soirs pour soutenir leur équipe, tandis que ceux qui résident à l’ouest de Belleville (Ontario) n’auront plus accès aux matchs présentés sur RDS. Gamecentre Live offre de nouvelles options payantes pour visionner des matchs sur une variété de plateformes numériques. Le plus grand changement? L’entente de 5,232 milliards $ sur 12 ans vaut bien plus que l’entente de 2 milliards $ sur 10 ans entre la NBC et la LNH aux États-Unis. Autrement dit, les droits de diffusion pour les sept équipes canadiennes représentent 70% du revenu total de la LNH pour les contrats de télévision. Donc, cela hausse le seuil du cap salarial afin de permettre de plus gros salaires. Cela permet aussi de rêver à l’intégration de nouveaux clubs canadiens dans la LNH.

 

Un retour en terre sainte

Après avoir été rejeté deux fois dans le passé, Brent Sutter, le propriétaire des Rebels de Red Deer, a de quoi se réjouir. Le conseil d’administration de la Ligue de hockey canadienne (LCH) a sélectionné la soumission des Rebels pour le tournoi de la Coupe Memorial en 2016, préférant celle-ci sur celle des Giants de Vancouver. C’est la première fois en 42 ans que le tournoi se déroulera en sol albertain, car le dernier a eu lieu au Stampede Corral à Calgary en 1974.

 

L’adieu au Gros Bill

Une des plus grandes manchettes canadiennes de l’année − à part celles de Rob Ford et Jian Ghomeshi − a été la mort de Jean Béliveau. Ses funérailles nationales ont eu lieu le 10 décembre dernier à la Cathédrale Marie-Reine-du-Monde au centre-ville de Montréal et ils furent diffusés en entier sur la majorité des postes de nouvelles et du sport − tant sur internet qu’à la télévision et à la radio.  Ses anciens coéquipiers Yvan Cournoyer, Serge Savard, Guy Lafleur, Bobby Rousseau, Phil Goyette et Jean-Guy Talbot l’ont porté sur leurs épaules une dernière fois. Les témoignages de nombreux hauts dignitaires et de membres de la famille furent bien émouvants. En somme, l’évènement fut simple, élégant et formidable − tout à l’image de cet homme qui a su toucher le pays.

 

Photo : Brendan Lee

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Plus dans cette catégorie :

Aller au haut