Le député et ancien ministre responsable du Secrétariat francophone, Hector Goudreau, a annoncé le 27 janvier qu’il ne se représenterait pas dans Dunvegan-Central Peace. Au crépuscule d’une carrière politique bien remplie, nous avons demandé à ceux qui l’ont côtoyé de nous en parler.

Dans quel contexte avez-vous connu Hector Goudreau?

Marc Arnal : J’ai rencontré Hector Goudreau dans le contexte de mes responsabilités de doyen au Campus Saint-Jean à une période où on essayait de faire construire un édifice de sciences et où, dans la même période, on a mis de l’avant un collège. Hector, ce n’est pas une personne qui faisait énormément de bruit mais quand on lui demandait d’organiser quelque chose ou de faire des contacts, il nous questionnait premièrement et, ensuite, j’ai toujours trouvé qu’il était efficace pour nous emmener à bon port. Dans le dossier de l’édifice de sciences, avec le concours d’Hector Goudreau, on avait réussi à rencontrer le ministre (de l’Éducation supérieure) qui à l’époque était Denis Herard. Et je crois que si M. Herard avait été là plus longtemps, on l’aurait eu notre édifice de sciences. Malheureusement, quand M. Herard est parti, il n’y avait pas la même compréhension du dossier à l’Assemblée législative.

« Le français était la première langue européenne parlée en Alberta... Il y a plus de 2 000 villes, villages, monuments et autres sites naturels qui rendent hommage au rôle de la francophonie dans l’établissement de notre province…L’Alberta profite de la plus importante croissance nette de la population francophone au Canada après le Québec et l’Ontario et est la troisième plus grande communauté en situation minoritaire francophone après l’Ontario et le Nouveau-Brunswick. » C’est ce qu’Hector Goudreau, député de Dunvegan-Central Peace-Notley, à l’Assemblée législative de l’Alberta, a rappelé lors de l’ouverture du Congrès annuel de la francophonie albertaine, le 17 octobre dernier, au centre de conférence Shaw, à Edmonton.

Parlant au nom du premier ministre Jim Prentice, de la ministre Maureen Kubinec (ministre de la Culture et du Tourisme et ministre responsable du Secrétariat francophone) et de tous ses collègues du gouvernement, il a signalé que le gouvernement de l’Alberta s’est engagé à bâtir un lieu accueillant et inclusif pour tous les Albertains par l’entremise de ses programmes et initiatives et par son soutien aux opportunités culturelles et linguistiques.  Le gouvernement veut ainsi contribuer à créer un sentiment d’appartenance et d’identité pour la francophonie en Alberta.

Aller au haut