Imprimer cette page

Ubuntu Edmonton et le Centre César : un partenariat en plein essor!

Ubuntu Edmonton est une organisation charitable qui se voue au bienêtre et à l’autosuffisance des femmes et des enfants qui ont survécu au génocide rwandais de 1994. En partenariat avec le conseil d’administration du Centre César à Kimironko, en banlieue de Kigali, Ubuntu Edmonton contribue à mobiliser les forces vives du milieu, tout en cherchant à donner une cohérence locale au développement communautaire.


Fondé en 2004, Ubuntu Edmonton a, sous l’égide de Maman Nicole (Nicole Pageau), ouvert le Centre César à Kimironko en juin 2005. Après sept années de déploiement d’énergie personnelle et collective, Maman Nicole, une vraie pionnière et la première coordinatrice du Centre César, a pris sa retraite en avril 2012. Après toutes ces années de développement et de progression, le présent conseil d’administration (CA) voit l’occasion propice de souligner l’engagement et le dévouement inlassables de Mme Pageau. Elle a non seulement contribué à la création et au développement d’une petite communauté pour les mamans à Kimironko, mais elle a aussi insufflé vie au Centre César.

 

Depuis sa création, Ubuntu Edmonton a principalement eu comme objectif d’apporter un appui aux mamans et leurs familles afin qu’elles puissent se prendre en main et assurer elles-mêmes leur épanouissement. Organisme de concertation et de mobilisation des différents acteurs locaux pour l’atteinte de buts communs, Ubuntu Edmonton vise non seulement l’éclosion et la croissance d’activités axées sur la formation des mamans, mais aussi sur la création d’emploi, sur l’identification d’opportunités économiques, sur l’apprentissage préscolaire et parascolaire, et sur le développement social et communautaire.

Ses objectifs sont de mettre en valeur les réussites communautaires à Kimironko, de promouvoir de nouveaux projets pour les mamans, d’identifier ou de reconfirmer des domaines d’action prioritaire et d’élaborer un plan d’action pour les prochains cinq ans. L’organisme mise sur la prise en charge collective en appuyant des projets et des initiatives qui créeront une synergie et amélioreront la qualité de vie des mamans et leurs familles à Kimironko.

Toute une gamme de services axés sur le développement communautaire et économique est offerte à l’ensemble des veuves et leurs descendants dont, entre autres, une garderie, un atelier de couture, un programme de parrainage pour les enfants d’âge scolaire, et diverses formations professionnelles.

Le bon fonctionnement du Centre César est assuré par une équipe de travail dévouée, une nouvelle coordonnatrice intérimaire, les membres des conseils d’administration (Ubuntu et Centre César) et de nombreux bénévoles engagés dans des projets de levées de fonds, principalement à Winnipeg (Jazz pour l’humanité) et à Edmonton.

À ceci s’ajoutent évidemment les contributions financières de plusieurs mécènes à l’échelle du pays, sans qui la diversité des services offerts ne pourrait se maintenir.

Revoir les services
À la suite d’une préoccupation de devoir mieux structurer les programmes offerts au Centre César, le CA d’Ubuntu Edmonton a décidé, avec l’accord du CA local, de rationaliser les services offerts. À la suite à mon voyage au Rwanda, j’ai constaté que cette décision était validée. En effet, malgré sept années d’existence, le Centre César était loin d’avoir atteint un niveau d’autosuffisance satisfaisant. Le CA du Centre César ne semblait pas être pleinement impliqué dans la gestion du centre.

Ceci était dû, du moins en partie, à un manque de formation. Une formation sur le leadership communautaire a été offerte et d’autres formations suivront bientôt. Dorénavant, chaque membre du CA a un rôle particulier qui est soit axé sur la gestion d’un projet particulier ou d’un comité. Ceci contribuera à une prise de décision résultant d’une réflexion informée accrue.

Par l’entremise de cette réorganisation du CA du Centre César, Ubuntu Edmonton s’assure d’avoir une structure locale capable de concevoir l’ensemble des besoins et qui sera désormais mieux informée pour y répondre. La préoccupation d’Ubuntu était d’avoir sur place un organisme autonome, issu du milieu et répondant aux besoins spécifiques de la clientèle locale.

Il est donc essentiel, en ce sens, que le CA du Centre César soit impliqué dans un modèle de développement intégré, c’est-à-dire que le CA se doit d’être concerné par tous les aspects de gestion du Centre. Ceci contribuera à une vision commune du développement du Centre César et ses projets et réunira leurs actions de façon concertée. L’atteinte d’un développement harmonieux qui mise sur le développement durable et une meilleure qualité de vie pour les mamans et leurs familles constitue, sans conteste, un élément central dans cet effort de concertation.

Pour ce qui est des projets au Centre César, à la suite de ma visite, j’ai constaté qu’il est essentiel d’identifier des manières de mettre en valeur les projets actuels et de faciliter les possibilités d’en créer d’autres. Un exemple criant est l’atelier de couture. Quoique bien formées, les mamans manquent de travail. Elles ne peuvent pas concurrencer le grand marché de Kimironko ou d’autres ateliers de couture à Kigali, mieux structurés.

Il suffirait uniquement d’un accès plus facile à de nouveaux marchés pour encourager davantage l’excellent travail de ces mamans devenues couturières professionnelles. Elles se doivent de limiter voire même de cesser la production d’objets d’artisanat (stylos, colliers, étuis faits en perles, etc.) et uniquement se concentrer sur des commandes reçues au préalable afin de s’assurer un revenu calculé et fiable. La plupart des visiteurs au Centre César (moi inclus) se font faire des chemises sur mesure qui sont d’excellente qualité. Une recommandation serait de chercher des avenues propices à la vente de telles chemises au Canada et ailleurs…

Garderie populaire
Un autre volet du Centre César qui fonctionne bien est sa garderie. Cette dernière est, selon ce que j’ai pu constater, l’unique garderie de Kimironko. L’évidence du nombre important de jeunes enfants à proximité du centre assurerait un important potentiel de croissance pour la garderie.

Actuellement, une quarantaine d’enfants sont inscrits à la garderie du Centre César.

La garderie prépare les enfants pour l’école primaire, leur donnant ainsi un important avantage sur les autres enfants du quartier qui ne profitent pas du service. La garderie est composée de deux salles de grandeur moyenne dans ce qui était autrefois un grand poulailler.

Lors de mes visites à la garderie pour des distributions d’autocollants et de friandises et lors de la prise des photos qui accompagnent cet article, les enfants semblaient manquer d’espace, et ce, plus particulièrement lors de la sieste. Quoiqu’il y ait une petite aire de jeux, la possibilité d’activités physiques y est limitée. Une recommandation serait de pourvoir ce terrain avec de l’équipement de jeu extérieur ou un module de jeux pour cour d’école. Ceci permettrait aux enfants de se dégourdir durant la récréation et contribuerait à un début de conditionnement physique.

Une autre suggestion serait d’agrandir la garderie. Il existe sur la propriété un petit garage où étaient, jusqu’à récemment offertes des formations en mécanique. Ce garage pourrait être démoli et remplacé par une autre construction qui pourrait elle aussi abriterdeux ou trois salles de classe. Il est évident que ces transformations, constructions et/ou rénovations couteront assez cher et sont devenues l’objectif de recherche d’éventuels financements.

Les efforts des éducateurs de la garderie à transmettre non seulement la culture et la langue traditionnelles, mais aussi à préparer ces enfants pour l’école primaire avec si peu de moyens sont plus que louables. Des ressources éducatives supplémentaires devront être fournies afin de les aider dans ces tâches. Le Centre César devra aussi appuyer leurs besoins de formation continue tout en s’assurant qu’ils soient bien reconnus dans leur profession par le gouvernement rwandais.

La démolition du garage ne signifierait pas nécessairement que des cours de mécanique ne seraient plus offerts au Centre César. De toute façon, l’offre d’une telle formation sur un terrain qui abrite aussi une garderie n’est pas la meilleure solution. S’il était possible de trouver un terrain soit à acheter ou à louer à Kimironko, il serait possible de réoffrir une telle formation qui pourrait être gérée par le Centre César.

Autres initiatives
Les mamans ont décidé de se lancer en affaires! En effet, elles sont en train de créer une coopérative d’œufs. En se mobilisant pour acheter des poules couveuses en utilisant le concept coopératif, les mamans participantes élèveront des poules chez elles et vendront les œufs au centre. Un concept similaire de coopérative de champignons est aussi à l’étude.

D’autres projets ont récemment été discutés pour le centre. Ce dernier comprend une cuisine qui pourrait aisément être transférée en boulangerie, permettant ainsi aux mamans de vendre du pain frais à Kimironko. Selon les dire d’Henriette Zimulinda, la directrice intérimaire du Centre César, il n’existerait pas déjà une telle boulangerie.

Deux chambres à coucher sont présentement aménagées au Centre César et il serait possible de convertir deux bureaux en chambres supplémentaires. Les mamans pourraient donc offrir un service de gite du passant (Bed & Breakfast) en utilisant la cuisine pour la préparation de certains repas.

Dans un contexte de « volontourisme », ces chambres pourraient être réservées pour des visiteurs/touristes désirant contribuer bénévolement aux activités du Centre César. Les personnes hébergées paieraient leurs chambres et leurs repas à des couts raisonnables et pourraient aussi profiter d’un séjour chez des mamans désireuses de les accueillir aux mêmes tarifs.

Le « volontourisme » est un concept qui s’adapterait très bien dans le cadre des activités du Centre César. Déjà, deux écoles francophones de Winnipeg envoient régulièrement des étudiants à Kimironko afin de leur donner l’occasion de faire du bénévolat à l’échelle internationale en Afrique.

À la suite de leur expérience vécue au Rwanda, d’anciennes participantes du Collège Louis-Riel en 2007 ont lancé un évènement annuel, Jazz pour l’humanité, afin de collecter des fonds pour les veuves du génocide vivant à Kimironko.

En Alberta, l’école secondaire de Beaumont (immersion) et l’école Harry Ainlay (anglophone) ont démontré de l’intérêt à développer des projets similaires.

Le succès du Centre César se mesurera ultimement en fonction de sa contribution à l’amélioration de la qualité de vie des mamans et leurs familles dans leur communauté à Kimironko.

Puisqu’elle établit des liens solides entre l’intervention préscolaire, la formation des adultes, la création d’emploi et la création d’entreprises sociales, l’approche globale préconisée par Ubuntu Edmonton se doit de continuer d’être globale, exhaustive et systémique.

Après tout, UBUNTU veut dire humanité. Et c’est dans ce cadre qu’Ubuntu Edmonton prévoit la tenue d’une activité majeure de collecte de fonds pour l’hiver 2013.

Si vous désirez contribuer au Centre César et ses projets, veuillez communiquer avec Alain Bertrand – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)