Gene Zwozdesky : un ami de la francophonie au poste de président

Le député d’Edmonton-Mill Creek, Gene Zwozdesky est devenu le 12e président de la législature albertaine.

Entré en poste depuis le 23 mai 2012, Gene Zwozdesky succède à Ken Kowalski, qui occupait cette position depuis 1997.

M. Zwozdesky se dit fier et honoré de l’appui qu’il a reçu de ses collègues à la législature. « Cette élection est différente, elle a lieu entre et parmi les membres de la législature par vote secret », affirme le nouveau président, qui a remporté la majorité des 86 votes contre la députée libérale d’Edmonton-Centre, Laurie Blakeman.


Nouveaux défis
Beaucoup de nouvelles responsabilités attendent Gene Zwozdesky pour son 6e mandat. L’homme politique y voit le devoir et l’opportunité de maintenir et d’améliorer le décorum et la civilité en chambre parlementaire.

Le statut du président a ceci de particulier : il représente tous les membres de l’assemblée, pas seulement un parti au gouvernement ou à l’opposition.

« Un des défis sera de rester juste, mais ferme, puisque tous les membres sont égaux devant le président », avançait Gene Zwozdesky, qui a déjà représenté le gouvernement en tant que ministre de la Santé, des Relations autochtones, de l’Éducation et du Développement communautaire.

Le nouveau président ajoute qu’il ne pourra assister à des activités partisanes durant les sessions parlementaires, en raison de ses nouvelles fonctions qui demandent l’impartialité.
 
En plus de son rôle de médiateur lors des débats à l’Assemblée, il devient maintenant l’hôte de la législature pour les délégations nationales et internationales de passage en Alberta.

« Nous recevons beaucoup de gens qui viennent observer comment l’Alberta réussit à rester prospère et garder un régime de taxes stable alors que le reste du monde est aux prises avec des problèmes financiers », précise ce dernier.

M. Zwozdesky a accueilli des délégations du Québec et de l’Allemagne depuis son entrée en poste.

Le président est aussi responsable de répondre aux demandes et préoccupations des membres de l’assemblée, en plus d’octroyer le budget alloué à chaque circonscription et d’attribuer l’espace disponible pour chaque député et leurs employés. « Nous tiendrons beaucoup de réunions afin de déterminer notre approche avec les membres », laisse-t-il savoir.

M. Zwozdesky assure que son poste de président de l’assemblée n’affectera en rien les services offerts aux membres de sa circonscription.

Francophile avoué
« Je ne suis pas francophone, mais je suis un grand francophile », a dit d’emblée celui qui a reçu en 2004 le prix Ami de la francophonie décerné par l’Association canadienne-française de l’Alberta.

De fait, Gene Zwozdesky a l’intention de continuer la tradition instaurée par son prédécesseur Ken Kowalski et d’inviter les francophones à la législature pour souligner les Rendez-vous de la Francophonie.

Il se souvient, par ailleurs, de l’inauguration du monument  franco-albertain, créé par Herman Poulin, l’Empreinte francophone, à la législature. Son nouveau rôle ne l’empêche pas  d’appuyer moralement la communauté franco-albertaine, dans ses démarches pour obtenir des appuis financiers auprès du gouvernement provincial.

« J’ai reçu beaucoup de soutien de la communauté francophone depuis 40 ans et pas seulement dans ma vie politique, mais dans beaucoup d’autres fonctions sociales », avance le président de l’assemblée qui compte entretenir la relation entamée avec la communauté.

Cet appui de la part du président de l’assemblée législative n’est toutefois pas assuré puisque le système parlementaire de l’Alberta exige que le député qui occupe ce poste soit réélu dans sa circonscription avant de briguer un nouveau mandat à titre de président.
 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut