Danny Morissette : L’appel de l’Ouest

Danny Morissette, originaire de Sorel-Tracy au Québec, est tombé amoureux des Rocheuses albertaines. Après un an et demi passé au pied des montagnes à Banff en 2016, il a dû rentrer en urgence au Québec. Mais le voilà déjà de retour après un long road trip avec sa tente sur le toit. Près de 4 000 kilomètres parcourus et aucun regret, tant l’appel de l’Ouest est irrésistible pour le jeune homme.

Danny Morissette

Danny Morissette a vécu à Banff en 2016-2017. Ce qui l’a poussé à quitter son Québec natal : l’appel des grandes espaces de l’Ouest canadien. « Je suis parti sur un coup de tête, à l’aventure. J’ai tout quitté. Je suis parti à l’inconnu », raconte-t-il.

D’abord en séjour dans la vallée de l’Okanagan en Colombie-Britannique pour la cueillette de cerises, il rejoint très vite Banff en Alberta. « J’avais envie d’aller dans la nature. Je suis un passionné des animaux et du grand air. Je suis venu à Banff avec 200 dollars dans les poches, et j’ai pu trouver un emploi comme serveur au restaurant Pacini, une chaîne québécoise qui s’est implantée dans l’Ouest », explique-t-il.

Danny a voyage avec sa tente sur le toit sur plus de 3 000 kmL’Ouest, remède aux affres de la vie

Le 18 août 2017, Danny reçoit un appel de son père resté au Québec qui lui annonce l’arrêt cardio-vasculaire de sa grand-mère. Le jeune Québécois part alors à la hâte à son chevet. Malheureusement, elle ne se sortira pas de son coma, et s’ensuit un long moment de deuil, suivi d’autres drames familiaux affectant de près le jeune homme.

Les drames passés, Danny ressent le besoin de retourner à Banff. « J’ai une relation d’amour avec l’Ouest. Il y a une énergie indescriptible qui se dégage des Rocheuses. Nos problèmes semblent moins lourds, car ce qui nous entoure est tellement plus gros », exprime-t-il. En tant qu’amoureux de la nature, le Québécois s’émerveille à la rencontre de la faune locale : wapitis, chevreuils, ours… « Partout où je regarde, je suis époustouflé ! », clame-t-il.

Laccueil albertainLa convivialité albertaine

Danny Morissette est revenu le 6 avril dernier à Banff, après un long périple en voiture, tente sur le toit, bravant trois tempêtes de neige et des températures parfois extrêmes. Durant son parcours, il aura pu compter sur la générosité des habitants qu’il a rencontrés sur la route : « Les gens sont aidants. Un jour, on était pris dans une tempête et un couple de personnes âgées nous ont offert le déjeuner chez eux et même de rester dormir ».

Il retrouve une atmosphère authentique et solidaire à Banff : « J’aime l’esprit de communauté, on connaît les gens personnellement ici. Il y a beaucoup de Québécois, de Franco-Albertains et de Fransaskois. Je reste étonné qu’il y en ait autant. Au Québec, on pense qu’il n’y a aucun francophone en dehors de la province », reconnaît-il. Par rapport au Québec, il constate d’ailleurs, avec plaisir, que « le français ici crée des liens ».

Si Danny a adopté l’Alberta, les Albertains l’ont adopté. « J’ai découvert à quel point les Albertains sont gentils. Les voitures s’arrêtent pour laisser passer, je trouve ça magnifique ! On fait pas ça au Québec », lâche-t-il. Avant d’ajouter : « Je me sens chez moi ici. J’ai envie de rester longtemps. Je ne me sens pas comme un étranger. J’aime les valeurs de l’Alberta : solidarité, communauté, entraide, respect de la nature et d’autrui », conclut-il.

Avis aux francophones de passage à Banff : Danny pourra les servir en français chez Pacini !

Évaluer cet élément
(1 Vote)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut