Atteindre le sommet du Kilimandjaro : mission accomplie!

Le 17 aout dernier, après 18 mois de préparatifs, une semaine d’escalade et deux journées plus exigeantes que les autres, près d’une trentaine  d’Albertains, dont la Franco-Albertaine Michelle Pétrin, se sont rendus au sommet du Kilimandjaro, la plus haute montagne en Afrique, qui s’élève à une altitude de 5895 mètres.

L’équipe a amassé plus de 830 000 $ pour le nouveau centre de chirurgie orthopédique de l’hôpital Royal Alexandra, à Edmonton.


Quelque 37 individus dévoués à la cause se sont rendus dans le nord-est de la Tanzanie pour affronter le sommet le plus élevé de l’Afrique. À 54 ans, Michelle Pétrin, une Franco-Albertaine d’Edmonton, a fait partie de cette équipe de bénévoles qui s’était engagée à amasser au moins 575 000 $ et réussir ce périple ambitieux.

« Au départ, c’était pour moi une expérience à vivre avec mes proches. Je cherchais aussi cette sensation d’avoir réussi quelque chose de difficile. Mais, je me suis ensuite vraiment attachée à la cause », explique-t-elle.

Résultats qui dépassent les attentes
L’équipe a surpassé l’objectif initial de 575 000 $, une somme qui devait servir à acheter un nouveau système informatisé de navigation chirurgicale, actuellement le seul en son genre au Canada. Ce système laser est à la fine pointe de la technologie et permettra aux chirurgiens de remplacer des genoux ou des hanches avec une précision absolue. Dans leur ensemble, les nouvelles installations auront certainement un effet catalyseur pour la recherche et l’innovation en orthopédie.

En plus d’amasser des fonds pour le centre de chirurgie orthopédique, l’initiative a permis également de promouvoir une vie active et saine. « Nous, les Albertains, nous sommes bien trop sédentaires et ça pèse lourd sur notre système de santé », constate Michelle Pétrin. « Certains problèmes de santé, des accidents, l’arthrite sont hors de notre contrôle, mais il est important d’être actif pour rester en forme, quel que soit notre âge. »

Au sein de l’équipe, les aventuriers provenaient de plusieurs milieux : gens d’affaires, chirurgiens spécialisés en orthopédie, médecins, triathlètes, comptables, étudiants, ainsi que leurs proches. D’ailleurs, quatre soldats grièvement blessés en Afghanistan et quelques survivants du cancer ont également fait partie de l’expédition, ce qui a été très motivant et enrichissant pour Mme Pétrin.

« La chirurgie aux hanches et aux genoux permet un plus grand confort, une meilleure qualité de vie… Certains individus n’auraient jamais pu escalader la montagne sans cette chirurgie qui nous est maintenant possible et accessible à Edmonton », ajoute-t-elle.

Une surprise au haut des cieux
Les mots manquent à Michelle Pétrin pour décrire son expérience au sommet du volcan Kibo, l’un des trois volcans éteints qui constituent le Kilimandjaro : « Être debout au-dessus des nuages, face à la nature dans son état pur, c’était une expérience à en couper le souffle! »

Le trajet n’a pas nécessité de cordes, de crampons ou d’équipement d’escalade, seulement une endurance physique et mentale rien de moins qu’impressionnante. Contrairement à la plupart de ses compatriotes, Mme Pétrin n’a pas eu de problèmes au début de la randonnée. Elle  s’est bien adaptée à l’altitude. « Chaque pas devenait de plus en plus difficile et on faisait toujours face à la décision de continuer ou d’abandonner », exprime-t-elle.

Ayant entrepris un rythme de marche plus lent que les autres, la Franco-Albertaine s’est retrouvée en arrière du groupe et, à son désarroi, elle a croisé tous les individus qui ont pris le chemin de retour, contraints par leurs limites physiques. En effet, seuls 28 grimpeurs ont réussi à se rendre jusqu’au sommet de la montagne.

Michelle Pétrin, quant à elle, a pu compter sur l’appui de son fiancé, Len Kerekanich, tout au long du trajet. La fin de ce périple marquait le début d’une nouvelle aventure pour la femme de 54 ans : au sommet du Kilimandjaro, Len s’est mis sur un genou et lui a demandé sa main en mariage. « Je ne sais pas comment vous dire ce que j’ai ressenti en mots! », s’exclame-t-elle, toujours émue par ce moment grandiose.

La fondation de l’hôpital Royal Alexandra espère maintenant atteindre 1 million $ pour élargir le centre de chirurgie orthopédique. Il est encore possible de faire un don à partir du site web de la fondation.

« S’il y a une chose à retenir, c’est qu’un pas à la fois, vous pouvez accomplir beaucoup plus que vous croyiez possible. C’est comme ça qu’on a atteint le sommet du volcan et c’est comme ça qu’on avance dans la vie! », partage Michelle Pétrin.
 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut