Imprimer cette page

Alain Héroux, un mélomane québécois à Calgary

Alain Héroux compose des mélodies avec sa guitare depuis tout petit et la musique n’a jamais cessé de faire partie de sa vie. Entre chansons fredonnées dans les stations de C-Train et spectacles dans les pubs, son travail a été récompensé en 2013 avec la sortie de son premier album.

 

À l’âge de 6 ans, Alain Héroux rêve, littéralement, de chanter. Des mélodies lui viennent dans son sommeil et au réveil il utilise sa petite guitare acoustique à une corde pour leur donner vie. Très vite, malgré son jeune âge, la nécessité de chanter dans une autre langue lui apparaît. « Je rêvais de pouvoir composer en anglais » raconte-t-il. Cela deviendra dès lors un but important dans sa vie.

 

Devenu adolescent, Alain Héroux utilise ses talents de musicien et de chanteur pour gagner de l’argent dans les bars. C’est grâce à cela qu’il paye ses études à l’université pour devenir travailleur social. À cette époque il ne compose pas mais se contente de faire des reprises de chansons existantes.

 

Lorsqu’il déménage à Calgary quelques années plus tard, pour suivre sa compagne qui y a trouvé un emploi, il met la musique entre parenthèses pendant 8 ans. Durant cette période, il perfectionne son anglais, puis redécouvre la nécessité de placer la musique au centre de sa vie. « Il y a un peu plus de 2 ans, on vivait toutes sortes de choses, j’ai alors repris ma guitare et j’ai commencé à écrire mes propres chansons ».

 

Dix compositions en anglais plus tard, le premier album d’Alain Héroux est né. L’opus, baptisé Little Angel, sort en juin 2013. Il est diffusé sur les ondes du Québec, de l’Alberta, des États-Unis et de plusieurs pays d’Europe, où la chanson My Way plaît particulièrement au public. Le disque sera même sacré « Album du mois », en décembre 2013 à Terneuzen, aux Pays-Bas.

 

Des anecdotes sur sa carrière, Alain Héroux en a beaucoup, et certaines sont particulièrement touchantes. « J’aime jouer mes nouvelles chansons dans les stations de C-Train et cela m’arrive souvent d’avoir des gens qui viennent me faire un câlin car une chanson les touche. Une fois, un monsieur est venu me dire qu’il avait le cancer et m’a demandé de rejouer une chanson sept ou huit fois. Il est resté une demi-heure à m’écouter, et à la fin il m’a dit que ça l’avait aidé à passer sa journée. »

 

Une autre fois, après avoir joué dans une station de C-Train, le chanteur est allé se rassasier dans un McDonald’s à proximité. « La serveuse avait reconnu Little Angel qui passait un peu à la radio à cette époque et m’a demandé un autographe. J’ai trouvé ça drôle mais cela m’a fait vraiment plaisir ! ». Alain Héroux garde les pieds sur terre et procure des conseils avisés. « Il ne faut jamais arrêter de foncer, cela donne le goût de croire que l’on peut réaliser des choses ».

 

L’artiste québécois travaille désormais sur un deuxième opus, qui sera composé de chansons en anglais mais également en français. Il devrait sortir au cours de l’été 2015. Alain Héroux sera également en concert le 21 mars prochain, avec les Canadian Singers Songwriters, à la Cité des Rocheuses, où il chantera notamment certains de ses nouveaux titres en français.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)