Le 28 avril prochain aura lieu le premier Concours d’idées entrepreneuriales au Campus Saint-Jean, lors duquel les gagnants se verront octroyer un total de 5000 $ en argent et services. Parmi les quatre prétendants, Julie Croquison, étudiante en Gestion au Centre Collégiale de l’Alberta et originaire de la France, a accepté de nous parler de son intérêt pour l’entrepreneuriat ainsi que du projet qu’elle présentera.

Photo - Julie Croquison

Ariana Nasr est une artiste anglophone originaire de Nouvelle-Écosse. Il y a trois ans, elle découvre Édith Piaf et Jacques Brel et se prend de passion pour la chanson française. Séduite par les textes qui résonnent en elle, elle décide de les mettre à l’honneur sur scène en montant un spectacle en français.

Ariana2

Un grand monsieur du monde lyrique, le célèbre baryton Bernard Turgeon, s’est éteint le 25 octobre dernier. Véritable légende de l’opéra au Canada, M. Turgeon aura marqué les esprits tant par son talent de chanteur, mais aussi par la force de ses interprétations dans des rôles d’envergure tels que celui de Louis Riel. Bernard Turgeon aura également dans son sillon formé un grand nombre d’artistes dans le cadre de ses classes d’interprétation. Le départ du célèbre baryton aura laissé un grand vide, mais son passage aura laissé sans conteste une marque indélébile !  

Installé à Fort McMurray depuis 2008, Vincent Bonisoli est un designer français qui se décrit comme « un extra-terrestre » dans son domaine. Connu en Alberta pour avoir créé le compte à rebours des Western Summer Games de 2015 qui se sont déroulés à Fort McMurray, il produit depuis d’autres œuvres pour la communauté et se passionne en ce moment pour la création de jeux pour enfants. Portrait d’un artiste au parcours atypique.

JOHANYPhotographe professionnelle depuis 2010, Johany Jutras, 28 ans, sillonne actuellement tout le Canada en suivant la LCF (Ligue canadienne de football). Un projet unique qui lui a permis de s’arrêter dans plusieurs villes canadiennes. Le Franco s’est entretenu avec cette passionnée du ballon ovale sur un projet aussi ambitieux que courageux lors de son arrêt à Edmonton.


Johany Jutras a quitté Montréal le 14 juillet dernier. C’est sous forme de guide du routard que la photographe passe une semaine dans chaque ville où la Ligue canadienne de football possède une équipe canadienne. Ce périple est une opportunité unique d’écrire un livre sur cette aventure atypique. Johany prend donc des photos et essaye de découvrir la culture de chacune de ces villes à travers ses nombreux clichés. « Chaque ville est unique sur ce marché du football », explique t-elle.

Le 31 juillet dernier, Thomas Pomerleau et sept autres étudiants engagés se sont vu remettre officiellement leur Queen’s Golden Jubilee Citizenship Medal pour l’année 2014 des mains de la Lieutenante-gouverneure de l’Alberta, l’honorable Lois Mitchell.

Cette médaille du jubilé, assortie d’une bourse de 5000 $, a été créée en 2002 pour souligner le 50e anniversaire de l’accession au trône par Sa Majesté la reine Elizabeth II. Elle vise à reconnaître des jeunes albertains pour leur rôle de leadership et leur engagement bénévole au niveau parascolaire et dans la communauté.

«J’ai vraiment été surpris lorsque j’ai reçu en février dernier une lettre qui confirmait que j’avais été choisi comme récipiendaire. Je sais que dans l’évaluation des dossiers, ils ont regardé mon implication à l’école secondaire lors de ma 10e, 11e et 12e année», avoue le jeune homme originaire de Beaumont qui a entamé ses études universitaires au Campus Saint-Jean en septembre 2015.

Déjà connue dans le milieu de l’éducation francophone en Alberta, l’enseignante Simone Desilets, née à Bonnyville, est réputée pour son sens de l’écoute et son désir d’aider les autres. Cela l’a amené à faire du bénévolat outremer, chaque été depuis 2012. D’ailleurs, elle vient de débuter son nouveau périple au Togo, jusqu’en fin juillet. Portrait d’une Franco-Albertaine d’exception et de sa façon de changer le monde, une personne à la fois.

À Ottawa au moment de l’entrevue, Simone Desilets quittait le pays quelques heures plus tard pour son quatrième voyage avec le Projet outremer, qui envoie chaque année quelques dizaines d’enseignants canadiens bénévoles vers d’autres pays pour offrir de la formation au corps professoral du pays hôte. « Étant jeune, j’ai eu la chance d’avoir plusieurs enseignants venant d’autres pays à travers le monde, ou des enseignants qui ont voyagé. Comme jeune fille, c’est resté », admet-elle. « J’ai commencé à m’impliquer avec la Fédération canadienne des enseignants lorsque j’ai appris que l’on cherchait des enseignants bénévoles pendant l’été pour faire de la formation. Je connaissais le programme depuis longtemps et j’ai toujours été tentée de le faire, mais les circonstances familiales n’étaient pas en ma faveur », se souvient Mme Desilets, aussi mère de deux enfants. Une fois que ceux-ci étaient assez vieux, elle a tenté sa chance et a été sélectionnée pour un premier voyage, en Ouganda.

 

L’aventure de l’équipe canadienne de soccer féminin en Coupe du Monde de la FIFA s’est arrêtée à Vancouver, samedi, alors qu’elle a été éliminée par les Anglaises en quart de finale. « Le rêve s’est éteint, mais les souvenirs vont rester pour toujours », a exprimé la défenseuse québécoise Marie-Ève Nault sur son compte Twitter. L’athlète s’est entretenue avec Le Franco avant de disputer le match contre l’équipe anglaise qui a mis fin au rêve canadien.

 

Ce n’est pas de la musique techno, du rap ou du hip-hop qui joue dans les oreilles de la défenseuse de l’équipe canadienne de soccer, Marie-Ève Nault, lorsqu’elle est en route vers un match. Bien assise dans l’autobus, elle écoute plutôt des airs qui la calment et l’aident à visualiser l’affrontement à venir. « Je veux être prête peu importe ce qui va arriver », lance la joueuse qui a servi de remplaçante durant cette Coupe du monde.

 

Mais une fois au vestiaire, le rythme s’accélère. Autour d’elle, ses coéquipières dansent et chantent sur de la musique populaire. « Moi je suis plus en retrait, je les regarde et je ris », dit-elle, en précisant que l’équipe est tissée serrée. « Nous avons tellement une bonne chimie en groupe, tout le monde est là pour aider l’équipe à aller jusqu’à la fin », lance-t-elle fièrement.

Avant l’élection qui l’a portée à la tête de sa circonscription par une avance confortable de 7300 voix, Shannon Phillips comptait déjà près de 20 ans d’implications au sein du NPD, autant provincial que fédéral. « J’ai toujours été intéressée aux politiques de gauche, alors je me suis impliquée activement dans différents enjeux et causes », se souvient la nouvelle ministre âgée de 39 ans, qui a notamment travaillé comme analyste économique pour la Fédération des travailleurs de l’Alberta, où elle a abordé plusieurs questions environnementales. Elle a aussi œuvré à Womanspace Lethbridge.

 

 

 

 

Parcours atypique, détermination, précocité; à tout juste 18 ans, Catherine Gagnon en impressionne plus d’un !

 

 

Médaille Strathcona, Médaille de la Légion royale canadienne, Médaille de la Ligue navale, puis élue tour à tour cadet de l'année dans la division de l'Alberta, cadet de la Marine nationale de l'année, Top Instructeur, et enfin l’obtention du titre de « Chief Petty Officer First Class »; c’est donc un palmarès impressionnant que possède Catherine Gagnon.

Page 1 sur 4

Édition de la semaine

Abonnez-vous à la version électronique ici.

Abonnez-vous à la version papier ici.

L'annuaire francophone 2017

Aller au haut