Un règlement albertain fourbe, des procédures suspendues, de la fausse information de la part de la Couronne et un droit virtuel. Voilà le scandaleux bilan de la place du français dans des causes d’infractions provinciales devant la Cour d’appel, la Cour du Banc de la Reine et la Cour provinciale de l’Alberta. Alors que les autres provinces fournissent différents moyens d’avoir accès à la justice dans les deux langues officielles, Justice Alberta fournit plutôt des obstacles à l’accès à la justice en français.

Gerard Levesque

Aller au haut