Initiation au droit de vote dans les écoles: Forger une jeunesse impliquée

montage VOTE copyLa rentrée des classes de cette année coïncide avec la campagne électorale fédérale. Dans le cours d’études sociales des élèves de douzième année, à l’école Alexandre-Taché de Saint-Albert, l’approche des élections fédérales est devenue le sujet de prédilection.

 

L’enseignant en études sociales de niveau 30, François Bergeron, a changé un tant soit peu son plan de cours, cette année. Lui qui doit notamment parler des idéologies politiques et économiques et de la structure de différents modèles de sociétés, a cru bon d’expliquer plus tôt que prévu les systèmes démocratiques canadien et américain.

 

« Rendus en douzième année, les jeunes sont assez curieux en ce qui a trait à la politique et à l’économie. Surtout qu’en ce moment, avec les élections fédérales de cet automne, et l’approche des présidentielles américaines, ça bouge beaucoup. Mes élèves me posent des questions à savoir pourquoi tel candidat a dit ou fait telle chose », précise François Bergeron.

 

L’enseignant estime qu’une faible proportion de ses élèves seront en âge de voter le 19 octobre, mais ceux qui sont en mesure de le faire ont droit à plus d’encadrement. « C’est important qu’ils réalisent que voter, ce n’est pas quelque chose qui devrait être vu comme une tâche ardue. J’essaie de les réconforter et de les aider à prendre une décision éclairée », dit-il, en ajoutant qu’il leur parle également des documents exigés. Dans le cadre de leur cours, les élèves de 18 ans et plus sont obligés de se déplacer pour aller voter.

 

BERGERON BOUCHERComment savoir pour qui voter?

Selon lui, il est irréaliste de demander aux jeunes de lire chacune des plateformes électorales des partis politiques pour faire leur choix. Plutôt, il suggère de s’inspirer des résultats que leur donne la boussole électorale d’ICI Radio-Canada et d’engager des discussions avec les différents candidats qui représentent leurs circonscriptions.

 

L’un des objectifs du cours d’études sociales est de donner le goût aux jeunes de s’impliquer dans la vie politique de leur société, notamment en exerçant leur droit de vote. « Le but est de les transformer en citoyens actifs et responsables, mais tout dépend de la motivation intrinsèque de l’élève et celle de l’enseignant », explique François Bergeron.


Par ailleurs, l’enseignant essaie de faire réfléchir les adolescents et jeunes adultes sur l’influence que peuvent avoir leurs proches et leurs valeurs morales sur leurs opinions politiques. Lorsque cette notion est comprise, il est plus facile de prendre une décision orientée sur ses propres convictions.

 

Photo 1: Montage à partir d'images de Pixabay.

Photo 2: L'enseignant François Bergeron et Max-Olivier Boucher, un élève de douzième année à l'école Alexandre-Taché. Courtoisie: École Alexandre-Taché.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut