Jamais deux sans trois pour Maurice-Lavallée

Pour une troisième année consécutive, l’équipe de robotique de l’école francophone se rendra à St. Louis (Missouri) pour participer au championnat de robotique FIRST, qui se tiendra à la fin du mois d’avril.

Une cinquantaine de personnes se sont réunies à l’école Maurice-Lavallée, le 11 janvier dernier, pour assister à la compétition provinciale de robotique FIRST Tech Challenge. Neuf équipes, dont deux de l’école hôte, ont participé à cette compétition.


« L’an dernier, l’équipe de robotique de l’école comptait 12 élèves, ce qui est un peu trop à mon avis, alors nous avons investi dans l’achat de matériel, ce qui nous a permis de créer deux équipes cette année », a expliqué le responsable et entraineur Michel Gariépy.

Depuis septembre, l’équipe 5009, formée principalement d’élèves de 12e année, et l’équipe 8207, composée d’élèves de la 10e et la 11e année, ont conçu leur robot respectif en plus de travailler à la programmation.

« Les élèves ont vraiment été très impliqués et engagés. La robotique, ils en mangent », admet M. Gariépy. « En terme de programmation, je leur présente la base seulement, mais ensuite, ils achètent des livres pour approfondir leurs connaissances. D’ailleurs, lorsqu’ils ont une question au niveau de la conception, je peux les aider, mais lorsque cela touche la programmation, ils sont nettement plus avancés. Heureusement, un des deux mentors, Philippe Manseau (le second étant Steeve Hryniw), s’y connait et peut leur donner un coup de main », souligne Michel Gariépy

Cet engagement des élèves de Maurice-Lavallée a rapporté lors de la compétition provinciale. D’abord lors de la ronde préliminaire où pendant cinq parties, une équipe accumule le plus de points en 150 secondes en fonction de différentes tâches que le robot doit accomplir, et ce, en travaillant avec une autre équipe, contre deux autres équipes. Au terme de ces cinq parties, les deux formations de l’école francophone avaient pris les deux premiers rangs.

Chacune des équipes devait ensuite choisir un partenaire et former une alliance pendant les rondes éliminatoires. L’équipe 5009, ayant terminé première, a stratégiquement choisi l’autre équipe de Maurice-Lavallée. Autant lors de la demi-finale que lors de la finale, les deux robots ont survolé la compétition, remportant aisément toutes ses parties.

Étant l’équipe leadeur de l’alliance victorieuse, l’équipe 5009, constituée de James Hryniw, Nicholas Westbury, Bradley Chernyk, Gabriel Risbud-Vincent et Colton Lapierre, s’est méritée le premier laissez-passer pour le championnat mondial de robotique FIRST.

Il restait aux juges à déterminer quelle autre équipe obtiendrait la chance d’aller à St. Louis en attribuant le prix Inspire Award Winner. Étant donné que ce prix a également été décerné à l’équipe 5009, le deuxième laissez-passer a automatiquement été remis à la 2e équipe de l’alliance victorieuse, en l’occurrence la seconde équipe de Maurice-Lavallée. Celle-ci est composée de Félix Dionne, Thomas Hryniw, Jacob Warrington, Pierre Hébert, Samantha Langford et Martial Houndjahoué.
 
« Voir nos deux équipes se rendre à St. Louis démontre à quel point les élèves ont travaillé fort et ils méritent pleinement d’y aller. Ce sont eux qui ont travaillé de A à Z sur leur projet », affirme Michel Gariépy.

À Edmonton cette année
En effet, l’entraineur s’est plutôt concentré à l’organisation de cette compétition qui s’est tenue à Edmonton plutôt qu’à Red Deer, comme cela avait été le cas au cours des dernières années. « Avec les coupures dans le milieu de l’enseignement supérieur, le Red Deer College s’est retiré de l’organisation cette année », indique M. Gariépy.

Cette mauvaise nouvelle est arrivée le 21 octobre dernier. « Plutôt que de ne pas tenir de compétition, nous avons décidé de relever le défi et de l’organiser, informe Michel Gariépy. Toutefois, avec toute l’incertitude, nous avons perdu quelques équipes. Normalement, cette compétition regroupe 14 équipes et, cette année, nous étions neuf. »

Pour s’assurer du bon déroulement de la journée, ce dernier a réussi à constituer une équipe de 14 bénévoles. « Cela s’est bien déroulé, mais j’espère que le Red Deer College va revenir sur sa décision l’an prochain et organisera la compétition. Pour les élèves, c’est une bonne expérience », souhaite-t-il.

En mode préparation
Selon Michel Gariépy, les élèves n’auront pas trop des trois prochains mois pour se préparer au championnat mondial. « Cette période servira à améliorer leur robot. Chaque année, quelque 5000 équipes provenant de 13 pays tentent de se rendre à St. Louis où on retrouve les 128 meilleures équipes, dont certaines sont commanditées par de grosses compagnies comme Boeing,  », lance-t-il.  

L’entraineur et enseignant est heureux de voir une équipe francophone se rendre à cette compétition. « Certains élèves font de la robotique depuis leur 7e année. Qu’ils se rendent à St. Louis pour la première ou la deuxième fois, car quelques élèves y étaient l’an dernier, une chose est certaine, ils vivront une expérience unique à côtoyer les meilleurs », conclut-il.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut