Imprimer cette page

Rassemblement jeunesse 2012 : tout en nouveauté

Pour la 14e édition du RaJe (Rassemblement Jeunesse), Francophonie jeunesse de l’Alberta (FJA) a mis une nouvelle formule à l’essai avec le « RaJe surprise » qui a eu lieu au Millenium Place de Sherwood Park, le 5 octobre dernier, et rassemblait 630 jeunes francophones de la 7e à la 10e année de partout en province.
 

« Nous avons voulu créer un effet surprise. Les jeunes ne connaissaient rien du déroulement de la journée », a expliqué la présidente de FJA, Audrey LaBrie.
   

Les activités de l’après-midi se déroulaient toutes à l’extérieur pour profiter des dernières journées ensoleillées et étaient axées sur le développement des compétences en leadership.

« Même les professeurs n’étaient pas au courant », lance l’enseignante et directrice adjointe à l’École publique Gabrielle-Roy d’Edmonton, Sylvie Dassylva. Cette dernière affirme que l’organisation de la journée est tout de même bien rodée.

« L’important c’est de garder l’idée qu’il est possible d’avoir du plaisir en français en Alberta », rappelle Mme Dassylva. 

L’édition 2012 a vu les organisateurs laisser tomber la remise de la coupe J’enRaJe, et ce, afin de diminuer la compétition entre les écoles. « Nous mettons l’accent sur la cohésion entre les jeunes pour les encourager à faire connaissance entre eux. C’est le but initial du RaJe », explique Mme LaBrie.

Cette dernière ajoute qu’un évènement comme le Rassemblement Jeunesse n’avait pas nécessairement d’impact majeur sur les jeunes lorsqu’ils retournaient dans leur communauté.

« Avec les autres évènements en leadership, les jeunes repartent motivés et plus engagés dans leurs communautés et nous voulions créer le même effet », indique-t-elle. 

Durant le diner, les participants, qui possédaient un talent artistique ou qui avaient tout simplement assez de cran pour monter sur scène devant leurs collègues, étaient invités à divertir leurs amis à tour de rôle.

« Cela démontre le concept de par et pour les jeunes mis de l’avant par FJA », ajoute la présidente de l’organisation jeunesse.

Mme Dassylva se réjouit, quant à elle, de l’opportunité pour les élèves de tisser des liens entre eux. « C’est important que les jeunes voient qu’il y a d’autres élèves dans les écoles francophones et qu’il ne s’agit pas seulement de leur communauté. C’est une occasion de se rencontrer et pouvoir discuter. »

C’est d’ailleurs ce qu’apprécie Lyric Miles, en 8e année à l’école Joseph-Moreau d’Edmonton. « C’est amusant de revoir des amis de mon ancienne école et de rencontrer d’autres personnes. Je ne savais pas qu’il y avait autant d’élèves francophones », avoue cette dernière qui a l’intention de revivre l’expérience.

Des conférenciers près des jeunes
Les conférences de la matinée étaient données par les membres du Conseil d’administration de FJA. Les Audrey LaBrie, Philippe de Montigny, Colin Lachance et Gabriel Kreiner sont venus témoigner de leur parcours en Alberta.

« C’est bien que les élèves aient des jeunes qui ont progressé ici comme modèles. Ils sont plus accessibles », croit Sylvie Dassylva.

Originaire de Saint-Paul, Colin Lachance étudie maintenant en Sciences politiques et économie au Campus Saint-Jean. Il est venu témoigner de sa passion pour la francophonie.

Il lui aura fallu quelque temps pour trouver son intérêt envers le fait français. Aujourd’hui, il s’implique pour que ce dernier continu à survivre de façon dynamique.  « J’espère que mon message a bien passé, j’ai parlé avec mon cœur », assure le jeune homme.

Concerts
Pour beaucoup de jeunes, il s’agissait de leur première expérience au RaJe et ces derniers ne savaient donc pas qu’une série d’artistes les attendaient à la fin des activités pour terminer la journée.

Les finalistes de la Chicane albertaine, Synok, ainsi que Paul Cournoyer et Stéphanie Blais ont diverti les jeunes avant qu’ils ne repartent à la maison.

Le chanteur Imposs a clos le spectacle. Ce dernier en était à son 2e passage au RaJe. En 2009, il était aussi invité à titre de conférencier. « Les élèves veulent apprendre de toi, mais ils ne se rendent pas compte que toi aussi tu apprends d’eux », admet le rappeur en ajoutant admirer ces jeunes qui assument leur côté francophone en Alberta.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)