Parlement jeunesse de l’Alberta : Francophonie Jeunesse de l’Alberta lance sa 26e édition !

DSC 0343 1Près de 110 jeunes sont venus participer du 28 au 30 avril au Parlement Jeunesse francophone de la province. Une occasion de parler en français et d’en apprendre un peu plus sur les rouages du fonctionnement de la société canadienne. Un exercice de style qui aura permis aux jeunes de réaliser des simulations parlementaires dans un décorum plus vrai que nature : la Législature !

« Chaque année, il y a toujours de nouvelles affaires et je suis toujours impressionnée par le progrès des jeunes », déclare Caroline Kreiner, coordinatrice du bureau d'animation en leadership et responsable du volet journalisme cette année. L’art oratoire prend une place prépondérante dans ce type d’événements. Le Parlement Jeunesse de l’Alberta (PJA) est l’occasion pour les jeunes de s’exprimer en français et de développer leurs aptitudes à prendre la parole dans la langue de Molière. C’est aussi le moment opportun pour un jeune d’en apprendre un peu plus sur le devoir civique en général. « Comment un projet de loi devient une loi, mais aussi comment le gouvernement fonctionne-t-il ? C’est un excellent complément au cours d’études sociales », explique la coordinatrice. Cette simulation parlementaire est la 26e édition d’une longue série. Denise Lavallée était l’initiatrice de ce projet voilà de ça quelques années.

 

Cette année, les projets de loi ont abordé des sujets graves tels que : la santé albertaine, la peine de mort et la récolte d’organes, la nationalisation pétrolière et l’éducation des parents prospectifs. Tous ces sujets ont été choisis par les jeunes. Selon la coordinatrice, les sujets sont d’abord sélectionnés par le cabinet. « Les jeunes, les ministres comme on les appelle, travaillent avec les membres du cabinet sur des projets de loi préférablement controversés pour stimuler la discussion, c’est vraiment par et pour les jeunes », explique Caroline Kreiner. Les adultes ne participent donc pas à ce processus.  

 

Les jeunes puisent généralement leurs idées dans l’actualité tant provinciale qu’internationale. Selon la coordinatrice, la question environnementale est importante en Alberta, les jeunes s’intéressent donc à ce qui se passe tant dans leur province que dans les autres pays, afin de comparer et d’animer le débat.

 

Le PJA a rassemblé des jeunes venant aussi de Falher, Jasper, Cold Lake et Lethbridge.   

 

Le premier projet de loi à être adopté portait sur la santé albertaine et le second sur la peine de mort et la récolte d’organes. « Le PJA est actuellement le plus grand parlement jeunesse provincial au Canada », souligne Caroline Kreiner.  

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut