Serge Segura, ambassadeur pour les océans au ministère des Affaires étrangères françaises, a participé lundi 5 novembre, dans le cadre de la version « océan » des French Ameri-Can Climate TalkS (FACTS), à une série de conférences à l’Université de l’Alberta. Pour cette édition d’Edmonton 2018, il s’agit d’aborder les liens entre le changement climatique et l’océan.

Cargo ship Ocean Freedom

Un rapport du gouvernement canadien, publié pendant l’été 2018, fait état d’une triste situation dans le parc national de Wood Buffalo (PNWB) situé en Alberta et aux Territoires du Nord-Ouest. Ce parc, inscrit sur la liste des sites du patrimoine mondial de l’UNESCO en raison de ses paysages, sa biodiversité et ses habitats fauniques exceptionnels, pourrait être déplacé sur la liste des sites du patrimoine mondial en péril.

Wood Buffalo Parc

Elizabeth May exonérée, Trans Mountain dans l’illégalité. La cheffe du Parti vert du Canada a été arrêtée en mars pour outrage au tribunal, lors d’une manifestation à Burnaby, en Colombie-Britannique, contre l’expansion de l’oléoduc Trans Mountain. Mais l’annulation du permis d’expansion par la Cour fédérale d’appel, le 30 août, rend justice à Elizabeth May. La cheffe est plus que jamais déterminée à monter aux barricades « dans la grande bataille contre le changement climatique ».

0910 Francopresse 0910 Planete chaude Elizabeth may arrestationSRC

30 août, Montréal - En réponse à la décision de la Cour d’appel fédérale relativement au projet d’expansion du pipeline de Trans Mountain aujourd’hui, le porte-parole de Greenpeace Canada, Patrick Bonin, a déclaré:

«C’est une victoire majeure pour les peuples autochtones, les groupes environnementaux et pour tous les Canadiens. La cour a rejeté unanimement un processus qui était déficient depuis le départ. Il est temps que le premier ministre Trudeau se rende à l’évidence et prenne les milliards de dollars publics prévus pour ce projet et les investisse pour accélérer la transition vers une économie basée sur les énergies renouvelables. Avec les feux de forêts, les inondations et la fumée étouffante de cet été, le premier ministre ne peut plus ignorer les coûts de l’inaction en matière de climat et doit saisir l’opportunité créée par la décision d’aujourd’hui pour se placer du bon côté de l’histoire.

Ce jugement témoigne de la force de la population et du mouvement dirigé par les autochtones. Ils ont mené ce combat et des milliers d’alliés à travers le pays et le monde entier les ont rejoints. Des centaines de personnes, des grand-mères jusqu’aux chefs religieux, ont même été arrêtées pour avoir protesté contre ce projet. Au delà de la célébration de cette victoire majeure, nous resterons prêts à nous battre de nouveau si ce projet refait surface et met en danger nos terres, notre eau et notre climat.»

L’approbation du projet d’agrandissement a été contestée devant la Cour d’appel fédérale en raison d’une consultation inadéquate des Premières nations et de la non-protection des orques qui sont en voie de disparition et qui doivent être protégés en vertu de la Loi sur les espèces en péril. La Cour a jugé que les consultations auprès des autochtones était bien en deçà des exigences minimales imposées par la jurisprudence de la Cour suprême du Canada et qu’il était «injustifié»  de ne pas avoir considéré le passage accru des pétroliers dans l’évaluation.

S'il est construit, le pipeline Trans Mountain exposerait encore davantage les orques résidant dans le sud, en permettant le passage de plus de 400 pétroliers par année dans leur habitat. Il est probable que le jugement d’aujourd’hui retarde considérablement le projet et validera les préoccupations formulées par les Premières nations, les groupes environnementaux et le grand public concernant le processus d’évaluation ayant mené à l’approbation du projet d’expansion de Trans Mountain.

Rappelons qu’en mai, le gouvernement Trudeau a accepté d’acheter le pipeline Trans Mountain et son projet d’expansion au montant de 4,5 milliards de dollars. Une décision qui a miné le rôle du Canada à titre de leader mondial du climat et qui va à l’encontre de l’Accord de Paris et de la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones.

La Cour d’appel fédérale a suspendu jeudi 30 août la construction de l’oléoduc controversé du Trans Mountain censé acheminer le pétrole albertain via la Colombie-Britannique vers la côte Pacifique canadienne. Selon la justice, le gouvernement n’a pas suffisamment consulté les populations autochtones, et a mal évalué les conséquences sur l’environnement avant de démarrer le chantier.

pipeline

Le ministre de l’environnement français Nicolas Hulot a démissionné mardi 28 août en prenant de court son entourage tant politique que personnel. Un geste fort pour ne plus accepter « les petits pas » de la politique française en matière d’écologie. De l’autre côté de l’Atlantique, deux jours plus tard, soit le jeudi 30 août, notre première ministre Rachel Notley annonce que la province se retire du plan national de lutte contre le changement climatique, une réaction-sanction basée sur la décision de la Cour d’appel fédérale de suspendre l’avancée de l’oléoduc Trans Mountain. Quand un ministre remet en question le modèle économique en place, l’autre cherche à le sauvegarder. Sommes-nous vraiment condamnés à ce choix impossible, devoir choisir entre environnement et économie ? Le temps n’est-il pas venu de nous redéfinir ?

fork 2115485 1280

Avec un été chaud et sec, l’eau douce est plus précieuse que jamais. La sécheresse, les feux de forêt et l’appauvrissement des réserves d’eau potable menacent plusieurs régions. Des restrictions sont à prévoir.

Francopresse 0630 Leau La vague de chaleur 1

La 29e édition de la Fête franco-albertaine s’est tenue du 6 au 8 juillet au David Thompson Resort, à Nordegg. Plus de 550 festivaliers se sont réunis pour passer quelques jours dans les montagnes avec comme préoccupation première, l’écoresponsabilité. Spectacles et activités de plein air ont animé toute cette fin de semaine. De nombreuses familles se sont donné rendez-vous comme à chaque année, à Nordegg.

Fete franco albertaine 2018

Dans le cadre d’un partenariat avec l’Association canadienne-française (ACFA) régionale de Canmore, la Société de la petite enfance et de la famille du sud de l’Alberta (SPEFSA) propose une visite guidée en français de Cave and Basin de Banff le samedi 24 juin.

caveandbasin to do canada

Il sera impossible pour le Canada d’atteindre sa cible de réduire les gaz à effet de serre fixé pour 2020 dans le cadre de l’Accord de Paris, selon la commissaire à l’environnement et au développement durable du Canada. Alors que les 195 pays signataires du pacte étaient réunis cette semaine à Bonn (Allemagne) pour préparer le sommet de décembre, le Comité sénatorial de l’énergie, de l’environnement et des ressources naturelles publiait un rapport plaidant pour une « société sans carbone » d’ici 2030.

Francopresse 0510 rapport Senat Singh e Meili NPD 2

Page 1 sur 3

À votre service !

LeFranco Annuaire couverture 07

Aller au haut