Imprimer cette page

Le slogan « Right Fiers » continue à semer la controverse

Lors de son dévoilement en février 2016, le slogan « Right Fiers » de la 7e édition des Jeux de la francophonie canadienne (JeuxFC) avait semé la controverse. Le dossier étant clos depuis un bon moment, certains ont décidé de le ramener au grand jour lors de la tenue des JeuxFC en juillet 2017.  

 

Le slogan « Right Fiers » avait été proposé aux Jeux de la francophonie canadienne par un groupe de jeunes. Ce dernier avait pour but d’illustrer l’identité acadienne étant notamment une expression en chiac, soit une variété de Français parlé par les Acadiens dans les provinces des Maritimes. Le chiac emprunte plusieurs éléments linguistiques à l’anglais. 

Ce choix de slogan adhérait également à la mission du Par et Pour les jeunes de l'événement explique la présidente des JeuxFC, Mélissa Martel, « On voulait vraiment utilisé le slogan que les jeunes nous avaient proposé puisque c’est ce que la jeunesse voulait. Même si c’est une expression de la région de Moncton, ça représentait beaucoup plus que ça. »

En effet, selon Mélissa Martel, ce message se veut positif dans le cadre des discours sur l’insécurité linguistique qui préoccupe actuellement la jeunesse. « Les jeunes de partout au Canada, surtout en milieu minoritaire, se font souvent dire que leur français n’est pas assez bon. Ainsi, nous voulions mettre l’accent sur le fait que les jeunes peuvent s’exprimer comme ils le veulent, s’assumer et montrer leurs couleurs, » explique-t-elle.

DSC 0113

Ce choix a toutefois choqué plusieurs défenseurs de la langue française lors de son dévoilement, et a continué à en choquer plusieurs durant les JeuxFC, dont la chroniqueuse québécoise du Journal de Montréal, Sophie Durocher. Cette dernière a publié deux chroniques s’intitulant « Tigidou Right Trou » et « Right fiers d’être des Dead Ducks » qui soulignaient que le choix d’un slogan bilingue était « absurde ».

Mme Durocher a notamment indiqué que « les organisateurs des jeux à Moncton-Dieppe ont montré à quel point le français parlé dans certains coins du Canada est devenu un franglais bâtard ». Radio-Canada avait d’ailleurs publié un article sur le fait que des jeunes parlaient en anglais aux JeuxFC, en adressant la présence d’anglophones et le rôle du slogan, à la suite de la première chronique de Mme Durocher. 

Les messages véhiculés par ces chroniques n’ont toutefois pas fait l’unanimité dans les milieux minoritaires, étant encore une fois un manque de compréhension du Québec par rapport aux réalités des minorités de langue française hors Québec.

Éric Doucet, entraîneur pour Équipe Alberta en musique aux JeuxFC 2017 et 2014, mais aussi participant en 2011, a notamment  voulu rectifier l’image dépeinte par ces chroniques en répondant à Sophie Durocher dans une lettre ouverte le 19 juillet 2017.   

 

Vous pouvez lire sa lettre ouverte en vous rendant à la page https://ericdoucetblog.wordpress.com/2017/07/19/lettre-ouverte-a-sophie-durocher/

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)