CMA: Les Brayons sont-ils aussi des Acadiens ?

Nous sommes venus à Edmunston afin de découvrir la richesse culturelle de l’Acadie à travers plusieurs de ses manifestations. Mais dans l’Acadie des Terres et des Forêts, nous apprenons l’existence des « Brayons », des francophones également fiers de leur identité. 

 

Qui sont-ils ? Se reconnaissent-ils comme des Acadiens ? Afin de répondre à ces questions nous avons rencontré le 13 août l’animateur Éric Morneault, l’auteur et comédien Gabriel Robichaud et Natasha Moreau, porte-parole du Pavillon Multimédia de l’Université de Moncton à Edmunston.

D’abord, Natasha Moreau explique que  les Brayons sont les gens qui viennent du Madawaska, comme elle-même. Outre le lieu de naissance, d’après elle, c’est un accent particulier chez les habitants de la région qui permet de les identifier où qu’ils aillent.  

 

De son côté, Éric Morneault raconte son histoire : né dans l’Ouest du Canada à cause de l’activité militaire de son père, il est arrivé au Madawaska avec ses parents à l’âge de trois ans. Même si ses parents provenaient de la région, ils ne lui ont pas parlé de ses origines brayonnes attitude qu’il s’engage à changer avec sa fille. 

 

Quant à Gabriel Robichaud, vu que son installation à Edmunston remonte à quelques années, il n’arrive pas encore à se reconnaître comme brayon. Il souligne toutefois de nombreuses affinités lui permettant de se trouver tout à fait à l’aise dans la région.

 

La question s’impose : est-ce que les Brayons sont des vrais Acadiens ? Éric Morneault donne une réponse positive sans aucune hésitation. Pourtant, il précise qu’il s’agit d’un avis qui n’a pas toujours été partagé. 

 

Il donne comme exemple Jean-Marie Nadeau, un membre fondateur de la Société Nationale de l’Acadie, un Brayon qui s’assume en tant qu’Acadien avec une énorme fierté.

 

Nos trois invités affirment qu’au-delà de l’accent, c’est aussi la nourriture brayonne qui identifie le peuple du Madawaska. Gabriel Robichaud trouve quelque chose de très brayon dans la manière de présenter certains plats traditionnels. Et l’on évoque « la ploye », un plat à base de sarrasin, que tous les visiteurs doivent absolument goûter.  

 

Cette rencontre nous a permis de comprendre qu’il n’y a pas d’antagonisme entre « Brayons » et « Acadiens », étant donné que plusieurs appartenances peuvent participer d’une identité. Alors il semble pertinent de parler des habitants du Madawaska comme des Acadiens brayons.

 

Photo: Natasha Moreau interviewée à la radio. (Centre de la Francophonie des Amériques)

 

 

          

 
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut