Bilinguisme : Une pépinière d’idées

Des francophones de tout le pays se rencontrent pour organiser des activités en français dans leur collectivité. En l’absence d’un candidat du Yukon, deux jeunes Ténois plutôt qu’un ont pu participer au Forum national des jeunes ambassadeurs (FNJA) qui se tenait cette année à Montréal du 9 au 14 août. Le FNJA est organisé par Français pour l’avenir, un organisme qui « vise à promouvoir le bilinguisme officiel du Canada et les avantages d’apprendre et de communiquer en français auprès des élèves de la 7e à la 12e année au Canada ».

Tourisme rencontres et formations Anusha Sivakumar et Jaiden Stevens au centre ont bien aime leur periple a Montreal dans le cadre du Forum national des jeunes ambassadeurs. Photo Francais pour lavenir

Dans le cadre du Forum, les jeunes ambassadeurs préparent les activités de promotion du français qu’ils organiseront dans leur milieu pendant l’année à venir. Et bien sûr, ils s’amusent. « On leur apprend comment s’organiser, explique la directrice générale de Français pour l’avenir, Gabrielle Frédette-Fortin. Ils font un engagement et nous faisons un suivi. »

Parmi les activités de promotion du français déjà organisées dans le passé, mentionnons un club de lecture et une comédie musicale. « Ils nous donnent beaucoup de ressources pour faire le projet, de la rétroaction sur ce qui va bien, ce qui pourrait être amélioré », dit Anusha Sivakumar, de l’école Sir John Franklin de Yellowknife, aux Territoires du Nord-Ouest.

Anusha en est à sa deuxième visite à Montréal. Elle organisera à son école ce que Français pour l’avenir appelle une activité Franconnexion, qui sert à montrer à quoi sert dans la vie le français appris en classe. L’élève bénéficie d’une trousse comprenant des vidéos, des jeux-questionnaires, des propositions d’activités. « Je veux encourager la participation à des activités, car on manque beaucoup d’intérêt pour le français », considère-t-elle. Elle y inclura peut-être du sport, elle qui a participé l’an dernier aux Jeux de la francophonie canadienne.

Jaiden Stevens habite Norman Wells. Dans sa classe de français, ils sont… deux. « Je veux faire une activité pour encourager plus de gens à parler français, mais en dehors de la classe », explique Jaiden, qui a visité le Québec pour la première fois. Ça pourrait être de la musique en français, de la cuisine française. » De la cuisine française ? « Comme de la poutine et des crêpes », précise Jaiden, qui entend cuisiner lui-même.

Des jeunes motivés

Les 30 jeunes Canadiens qui participent à FNJA étudient le français de base ou intensif, ils sont en immersion ou dans des écoles francophones. On y retrouve plusieurs membres des diverses communautés culturelles du pays. « C’est le désir de Français pour l’avenir de représenter la diversité canadienne, souligne Mme Frédette-Fortin. Ils partagent les réalités de leur collectivité. Parfois, le français est leur 3e langue. » C’est le cas d’Anusha Sivakumar, qui parle — quoiqu’imparfaitement — le tamil.

Les futurs ambassadeurs sont sélectionnés à partir d’une vidéo et d’un court texte de présentation de l’activité qu’ils envisagent de créer. « C’est la classe parfaite, s’amuse Mme Frédette-Fortin ! Des jeunes super motivés à l’école. Ils sont engagés, dynamiques, impliqués dans le sport, les arts ou le parascolaire ; souvent, ils brillent en français et ont un caractère un peu extraverti. »

Montréal

L’organisme paie le transport, l’hébergement, etc. À Montréal, ils visitent le Vieux-Port et des galeries, font des pique-niques. Et bien sûr, ils ont des ateliers et des conférences, sur la construction identitaire, par exemple, ou sur l’art de parler en public.

Après, les jeunes ambassadeurs resteront en contact. « C’est un réseau pour la vie », assure Gabrielle Frédette-Fortin.

« C’est vraiment cool de rencontrer des gens de partout au Canada qui apprennent le français », s’enthousiasme Jaiden Stevens, qui trouve que Montréal est vraiment une belle ville et qui est impressionné par les grands édifices.

Le FNJA devrait avoir lieu en Colombie-Britannique l’an prochain.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut